Archives par mot-clé : censure

Octobre à Paris : ce que l’artiste peut contre la censure

Dans le cadre des films Censure et films interdits  du cinéma Studio de Tours, j’ai pu profiter de la vision du documentaire Octobre à Paris de Jacques Panijel (1962) retraçant la préparation, l’organisation et les conséquences de la manifestation parisienne des Algériens du 17 octobre 1961. Il a été tourné entre la fin de l’année 1961 et les premiers mois en 1962, juste après les faits. Puisqu’il remettait en cause l’autorité française et présentait des actes considérés comme illégaux, le documentaire fut réalisé de manière clandestine et financé par des organisations souterraines telles que le Comité Audin ou le FLN. C’est dans la même année qu’il a été montré au festival de Cannes et de Venise, mais aussitôt censuré. Une version épurée a été autorisé seulement en 1973, dépouillé de ses parties les plus crues concernant la violence de la police sur les manifestants.  Il a fallu donc attendre le 19 octobre 2011 pour briser la censure et profiter ainsi de sa vision complète.

Quel est donc le sujet alors de ce documentaire ? Le réalisateur repart à la recherche des motivations, des causes qui ont amené les manifestants algériens, mais pas seulement, puisque il montre aussi les Français solidaires, à manifester long les bords de la Seine pendant cette nuit tragique.

Il se rend alors dans le décor des bidonvilles ouvrières autour de la capitale pour interviewer les protagonistes ou bien les survivants, quelques mois après, tout en essayant de leur faire revivre ces jours. Le contexte est bel est bien celui de la guerre d’Algérie. Des attentats ainsi que des assassinats à la fois d’indépendantistes algériens et de policiers se multiplient. La pression est si forte que le préfet de police, Maurice Papon, finit par instaurer le 5 octobre un couvre-feu de 20h30 à 5h30 pour tous les « Français musulmans d’Algérie ». Le 17 octobre 1961, la Fédération de France du FLN appelle les Algériens de Paris et de sa région à manifester pacifiquement contre ce couvre-feu jugé discriminatoire. À cette époque le ministre de l’Intérieur et le général de Gaulle, Roger Frey, donne carte blanche à Maurice Papon pour interdire la manifestation.

Au coucher du soleil, ces Algériens, majoritairement des ouvriers, se rendent dans la capitale en costume du dimanche, avec le put de manifester pacifiquement. Le documentaire souligne l’interdiction d’utilisation de toute arme par un fort autocontrôle de la part des organisateurs-mêmes. Pour certains, c’était la première fois qu’ils quittaient leurs bidonvilles. Plus de 30.000 Algériens sont accueillis par des milliers de policiers à Paris. La répression policière est sans limite : arrestations – plus de 12 000- tortures, expulsions, disparus, rafle. Ces signes nous les voyons à travers les cicatrices des survivants repris par la camera de Panijel. De plus, ce qui marque cette nuit sanglante, ce sont les morts jetés dans la Seine, le bilan est macabre, on parle de plus de 300 morts biens que les chiffres officielles s’arrêtent à quelques morts.

La journée du 17 octobre a été un tournant dans la guerre d’Algérie, qui continuera jusqu’au cessez-le-feu du 19 mars 1962 et à l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet. Une forte censure s’est abattue sur les journaux, les livres, les documentaires, qui tenteront de faire la lumière sur cette nuit si douloureuse, comme le documentaire Octobre à Paris en témoigne.

Seulement quelque décennie plus tard on a levé le voile sur cet événement de l’histoire française grâce aussi à l’écrivain Didier Daeninckx et à son célèbre roman Meurtres pour mémoire (1984).

À travers son travail de documentation auprès des archives de la Bibliothèque nationale et de son beau frère kabyle, il a eu accès à des témoignages recueillis par le FLN auprès des manifestants. Comme il dit ces événements n’étaient pas tenus au secrets, mais « ignorés, étouffés, minorés ». C’est justement au début des années quatre-vingts qu’également la nation découvre l’affaire Papon accusé de « crime contre l’humanité » révélant son rôle dans la déportation des Juifs bordelais ainsi que son rôle dans la répression policière des années 1961 et 1962 contre les algériens à la suite d’une recrudescence des attentats du FLN contre des policiers français.

Le scandale fait ouvrir les yeux sur cette période noire de l’histoire française, comme en témoigne aussi l’historien Jean-Luc Einaudi à travers son livre La Bataille de Paris – 17 octobre 1961 (1991). C’est dans la même année que Daeninckx obtient le premier article dans Le Monde sur le susdit roman.

Il est curieux que la diffusion d’Octobre à Paris dans les salles, coïncide avec un autre documentaire traitant exactement du même sujet : Ici on noie les Algériens (2011) de Yasmina Adi.

La cinéaste met en lumière elle-aussi, une vérité encore taboue, mêlant témoignages et archives inédites. Son film retrace les différentes étapes de ces événements et révèle la stratégie et les méthodes de manipulation et de censure et mise en place au plus haut niveau de l’État.

Il paraît ainsi que le silence ait traversé les décennies, et que l’art dans toutes ses formes, ait su au contraire, éclaircir ces zones d’ombre. Elle serait ici un exemple de comment elle servirait à déranger, à ouvrir des portes tout en interrogeant une réalité opaque. L’écrivain ou le cinéaste, dans notre cas, ne peuvent pas se taire, leur silence les rendrait complices de ces coups portés à l’humanité. Ce qu’ils nous proposent ce sont des témoignages qui n’ont pas la prétention de tout dire sur l’événement, tel un essai d’histoire. Au contraire, leur voix parle pour les absents, les « sans voix » et tous ceux  qui ont été privés de la parole. Leur travail ouvre une brèche dans le mur des faux semblants, une fenêtre sur la réalité avec un décalage temporel qui nous oblige à méditer.