Archives de catégorie : À propos des banlieues

Journée d’études / One Day Conference Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaJournée d’études / One Day Conference

Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

11 décembre 2014

http://www2.lingue.unibo.it/francofone/banlieues/index.html

Dans l’ouvrage Le pays de la littérature (2003), Pierre Lepape souligne qu’en France plus qu’ailleurs politique et création littéraire sont liées intimement depuis les Serments de Strasbourg (841). Mais que se passe-t-il quand, dans un pays fortement centralisé comme la France, politique et pouvoir ne sont plus représentées par les écrivains situés dans un « centre » symbolique, mais plutôt par ceux qui se placent à titres divers (ethnique, social, culturel) dans les « marges » ?

Cette journée d’études propose d’analyser les représentations politiques et les pratiques d’engagement et de résistance des auteurs provenant de la marge française par excellence : la banlieue.

Espace liminal d’exclusion/inclusion, interne et en même temps externe à la ville, la banlieue française doit son nom au droit féodal, selon lequel elle désigne un territoire annulaire de l’ampleur d’une lieue (environ 4 km) autour du domaine seigneurial où s’exerce le droit de ban. Cela dit, ce terme a été re-sémantisé par de nombreux écrivains et artistes qui le reconduisent à l’ancienne pratique de la mise au ban, en soulignant ainsi la forte tendance ghettoïsante à la base de l’organisation architectonique, sociale et culturelle de ces espaces suburbains. Habitée aujourd’hui par de « nouveaux Français », d’origines autres, la banlieue devient le territoire idéal pour examiner la représentation littéraire du pouvoir et la mise en œuvre de formes d’engagement inédites qui, à partir de pratiques de résistance sédimentées, acquièrent maintenant de nouveaux sens. A presque dix ans des émeutes des banlieues qui ont marqué l’automne 2005, considérées en France les plus significatives après mai 1968, cette journée d’études propose de faire un tour d’horizon, en prenant en considération les aspects multiples de la « parole des marges » à travers l’analyse de quelques auteurs parmi les plus représentatifs du panorama actuel.

Intervenants

Laura Reeck is Associate Professor of French at Allegheny College. Her research interests include the Beur/banlieue literary and cultural field, ethnic minority writing in France, the harkis in literature, and contemporary literary movements. She is the author of Writerly Identities in Beur Fiction and Beyond (Lexington Books, 2011 ; paperback 2013).  Recent articles and chapters have appeared in Contemporary French and Francophone Studies, Francophone Postcolonial Studies, Hommes et migrations, and Sefar.

Kathryn Kleppinger is Assistant Professor of French and Francophone Studies at The George Washington University. She has previously published articles on the media construction of ‘beur’ literature, the social and political stakes of writing by Alain Mabanckou and Léonora Miano, and the Littérature-Monde Manifesto. Her book, Branding the ‘Beur’ Author: Minority Writers and the Media in France, 1983-2013 is forthcoming from Liverpool University Press.

Christina Horvath est docteur en littérature française de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et maître de conférences en études françaises à l’Université Oxford Brookes. Spécialiste de la littérature française contemporaine et auteur d’un ouvrage sur le roman urbain contemporain en France, elle travaille actuellement sur une monographie portant sur les récits de banlieue. Co-fondatrice de Banlieue Network, elle a organisé deux colloques interdisciplinaires sur la banlieue, ainsi que deux workshops, une résidence d’été dans le département 93 et une exposition d’art intitulé « Voix et images de la banlieue ».

Simona Barello est chercheuse indépendante. Elle collabore avec des universités européennes et américaines, parmi lesquelles la Sorbonne Paris IV, New York University, Iowa State University. Ses recherchent portent sur les questions identitaires et d’hybridité culturelle aussi bien que sur la subversion des canons littéraires. Elle a publié plusieurs articles et l’essai At the Margins of the Margins: Female Identities within Beur Literature and Film (2009). Elle est aussi traductrice et récemment s’est occupée de l’édition italienne de Nine Unlikely Tales de Edith Nesbit et du dossier sur la littérature italienne de la revue Siècle XXI à paraître au printemps 2015.

Serena Cello. Née en 1986, elle est actuellement doctorante en Langues, Cultures et Technologies de l’Information et de la Communication à l’Université de Gênes (Italie) et en cotutelle avec l’Université François Rabelais de Tours en Langues arts et humanités – littérature française (E.A. 6297 – Équipe Interactions Culturelles et Discursives (ICD). Sujet de thèse : « La littérature de « banlieue » : un engagement littéraire contemporain » sous la direction de Mme Elisa Bricco et Mme Catherine Douzou. Elle est aussi membre de l’ARGEC, Atelier de recherches génois sur l’écriture contemporaine. Blog de thèse : http://banlit.hypotheses.org/.

Ilaria Vitali est Docteur en littératures française et comparée de l’Université Paris IV-Sorbonne et de l’Université de Bologne, où elle est actuellement «Assegnista di ricerca Senior». Ses recherches portent sur la circulation et à la réécriture des classiques, sur les écritures migrantes et sur la «banlieue littéraire» (La nebulosa beur, 2014; Intrangers, 2011;  Aritmetica dell’emigrazione, 2003). Traductrice du français vers l’italien, elle a contribué à faire connaître en Italie plusieurs écrivains liés aux banlieues, dont Rachid Djaïdani, Samuel Benchetrit, Saphia Azzeddine et Mabrouck Rachedi.

 

Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.

L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de “la haine”.
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe “New African Poets” (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient “Abd al Malik” (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle “L’art et la révolte” au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)

Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 2

Les Choux, Créteil 2009 / Cyrus Cornut
Les Choux, Créteil 2009 / Cyrus Cornut 

Après avoir vu et apprécié l’œuvre du photographe Cyrus Cornut (Voir première pertie Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 1 ), je l’ai contacté afin de pouvoir parler avec lui de son travail. Voici donc l’interview qu’il m’a gentiment accordé à propos de ses photos et de son expérience qu’il a conduit dans les périphéries françaises.

Moi: Comment s’est déroulée votre démarche? Combien de temps vous y avez dédié?

Cornut: Ce travail a dans un premier temps été produit dans le cadre un travail collectif de 14 photographes qui ont décidé de travailler sur différentes thématiques concernant la France. J’ai choisi de travailler sur les zones de logement de masses des banlieues de Paris, par fascination et curiosité. Je me suis d’abord rendu sur plusieurs sites, pour tester différentes approches photographiques et évaluer la réalité du terrain. J’ai alors choisi dans un premier temps de travailler en hiver très tôt le matin, pour ne pas prendre de risques. J’ai travaillé sur le projet 3 hivers de suites, et au fur et a mesure le soir également. Je souhaitais ces horaires pour les mélanges de lumières naturelles et artificielles. Puis j’ai eu une commande d’un bailleur social qui m’a donné carte blanche sur ses territoires et j’ai continué encore une saison. Le travail a finalement duré 4 années, et il faudrait que je photographie encore quelques sites pour le terminer et en faire un livre.

Comment est-ce que vous avez choisi le cadre? Pourquoi se concentrer sur ces lieux?

J’ai choisi de travailler sur ces cités par défit personnels. D’abord par fascination pour ces formes urbaines, mais aussi parce que l’idée qu’il y ai des territoires à 5 ou 10 km du centre de Paris, que je connais moins bien que les grandes métropoles Asiatiques a des milliers de km d’ici, des territoires dans lesquels je n’irais jamais, même parfois réputé pour être dangereux et non conseillé. Cette idée me dérangeait. J’ai voulu aller voir moi même, et me confronté à ces visions, ces sensations. Et voir aussi, ce que la pensée théoriques des architectes et urbanistes de l’époque valait en réalité.

Cité du Clos Saint-Lazare, commune de Stains, 2009/Cyrus Cornut
Cité du Clos Saint-Lazare, commune de Stains, 2009/Cyrus Cornut 

Quels ont-été vos sensations en visitant ces lieux?

J’ai eu évidemment un sentiment permanent d’insécurité d’autant plus que j’allais la bas avec un appareil photo. Ce sont des lieux ou l’on ne va pas si l’on n’y habite pas. C’est un peu comme si l’on rentrait dans un “territoire” surveillé. On est tout de suite remarqué comme “étranger” et l’appareil photo peut provoquer les imaginaires (est ce que je suis de la police?). Les formes ouvertes, et non délimités des espaces extérieurs renforcent  l’impression que l’ont est observé, ou que l’on est dans un no man’s land, comme si l’on arrivait sur une plaine devant un château d’ou les gardent nous observe depuis les donjons..

Outre le sentiment de ne pas être en sécurité, il y a la perception de l’architecture des logements de masse. Ca me donne toujours l’impression que l’on met les gens dans des boites, quel que soient les raisons, économiques, idéologiques… Et puis beaucoup d’entres eux sont très dégradés, comme si les gens la bas avaient été abandonnées.

Pouriez vous expliquer plus en détail ce sentiment d’abandon que vous aviez eprouvé?

Bien que des grosses campagnes de réhabilitation et de destruction ait été entreprise, beaucoup de ces sites sont très délabrés, et ghettoïsés. Les façades des bâtiments, les cages d’escaliers, les rues sont parfois dans des états de décrépitudes qui laisse à penser que plus personnes ne s’en occupe. Les pires endroits sont ceux ou il y a eu une accession a la propriété et ou les copropriété sont surendettés et n’ont pas les moyen d’entretenir. Une certaine réalité concernant l’insécurité et différents type de trafic entretient ce délabrement et cet abandon en créant des zones de non droit.

Les Presles, Épinay-sur-Seine 2008/Cyrus Cornut
Les Presles, Épinay-sur-Seine 2008/Cyrus Cornut 

À côté des jugements plutôt négatifs que vous avez tout à l’heure cité : « zone de non droit », « sentiment d’insécurité », quelle à été votre personnelle perception ? Au delà des réputations de ces lieus comme « dangereux et non conseillé » quelle a été votre confrontation à cette realité? Bref avez-vous changé votre perception?

Je en vous cache pas que j’ai eu des problèmes à plusieurs reprises malgré ma discrétion. Mais en passant par des fixeurs sur place , c’est a dire des personnes qui connaissent les lieux, on peux travailler. Il faut aussi s’annoncer, et ne pas venir “voler des photos” au risque d’être mal perçu. Je ne sais pas si j’ai changé ma perception. J’ai tout même bien constaté les efforts de l’état et des bailleurs privés pour rendre ces lieux plus agréables. Beaucoup de choses ont été faites, et beaucoup de quartiers ont retrouvés peau neuve. Mais il reste néanmoins un problème structurel, ce sont des lieux ou l’ont ne vas pas si on n’y habite pas car il n’y a pas de commerces, de lieu culturels… et le manque de mixité sociale ne permet pas vraiment l’ouverture culturelle. Aussi, l’échelle des construction est une négation de l’échelle humaine.

Avez-vous eu des contactes avec les habitants ? Est-ce qu’ils étaient intéressés à votre travail ?

Oui j’ai eu des contacts avec les habitants, certains que je photographiais, d’autres qui me guidaient, d’autres encore qui me menaçaient (c’est une réalité, on ne peux pas l’occulter, même si évidemment il s’agit d’une extrême minorité). Globalement les gens n’étaient pas vraiment intéressé par mon travail. Ils n’ont souvent pas la culture de l’image, ou d’autres préoccupations, et se demande vraiment pourquoi on photographie ce genre d’endroit qu’ils considèrent eux même comme “moche”. Parfois des jeunes ayant une culture de cité étaient amusés de reconnaitre d’autres cités dans mes photos.

Cité de la Noue. Parc des Guilands, Bagnolet, 2008/Cyrus Cornut
Cité de la Noue. Parc des Guilands, Bagnolet, 2008/Cyrus Cornut 

En tant que photographe, quelle était votre visée en photographiant ces lieux? Est-ce que la vôtre est une démarche de dénonciation?

Non il n’a aucune démarche de dénonciation ou de jugement mais simplement une fascination et l’envie de faire un constat, un inventaire de ce que les architectes et les urbanistes, ainsi que les contraintes économiques et sociales ont produit. L’envie d’une part de me confronter au terrain, et d’autre part de traiter ces architectures de logement comme des monuments dont ils ont l’envergure. Le traitement photographique (couleur, lumière) en fait des objets presque irréels, posé comme des ovnis.

 

 

Je remercie Cyrus Cornut pour le temps qu’il m’a accordé ainsi que pour sa merveilleuse oeuvre artistique sur les Grands Ensembles.

L’auteur:

Français d’origine irano-irakienne, Cyrus Cornut, vit d’abord à Bagdad, le Caire puis Paris où il étudie l’architecture. Un parcours sinueux qui explique en partie sa fascination pour le principe du palimpseste urbain et son travail sur la ville, ses évolutions, ses trames et ses traces, ses vides et les comportements humains qu’elle induit. Dans le cadre du projet F14 qui unit 14 photographes de la sélection Arles 2006 et qui porte sur la France et son territoire, il présente son Voyage en Périphérie en banlieues, ces territoires d’« antivoyages », souvent dortoirs plus que sites touristiques, zones d’activité plus que quartiers touristiques.

http://www.cyruscornut.com/

http://picturetank.com/photographer.php?id=468

 

 

Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 1

Cité Champagne, Argenteuil 2010. Cyrus Cornut
Cité Champagne, Argenteuil 2010.Cyrus Cornut 

 

 

Le photographe Cyrus Cornut nous amène avec lui dans son “Voyage en péripherie”  à travers son exposition photographique qui a eu lieu en Avril 2012 voici le lien

Présentation du travail de l’auteur :

Dans le cadre du projet F14 qui unit 14 photographes de la sélection Arles 2006, portant sur la France et son territoire, et en réponse amicale au travail de Raymond Depardon sur la France en 20×25, Cyrus Cornut présente «Voyage en Périphérie» : « L’important n’est pas la destination, mais la déambulation », suivant le mot de Stevenson. La photographie est pour moi une condition mentale. J’y suis arrivé par le voyage. Inversement, la nature fixe de l’image a le pouvoir de transporter son spectateur. Dans la  riche diversité des paysages français, les banlieues restent  des territoires d’« antivoyages ». Construites dans la hâte et dans une histoire courte, elles sont loin de véhiculer l’image consensuelle d’une France romantique. Elles sont souvent des dortoirs plutôt que des sites touristiques, des zones d’activités plutôt que des quartiers historiques. Les formes urbaines adoptées épousent la grande échelle. Les principes de la ville classique ont été inversés. Le bâti n’est plus la résultante du dessin de l’espace public, il ne s’insère plus dans un tissu. Émergent alors des volumes platoniciens inspirés des préceptes de la charte d’Athènes où l’espace public devient lâche et résiduel. Le plan urbain s’adapte aux véhicules motorisés et le piéton n’a plus de raison d’être. Si le territoire a ses centres géographiques, économiques, politiques ou culturels, les banlieues en sont le centre névralgique. Fragiles comme toutes entités ayant grandi trop vite, elles nourrissent nos fantasmes et cristallisent bon nombre de questions de l’époque actuelle. « Voyage en périphérie » est une extraspection. C’est l’histoire d’un voyage physique dans les banlieues de « ma ville » qui me semblaient hier plus lointaines que quelques grandes métropoles du monde. Cyrus Cornut – http://www.cyruscornut.com/

Voir la suite: Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 2 – Interview avec l’auteur