Indicibles Témoignages? Autour de Charlotte Delbo

Indicibles Témoignages? Tel est le titre de la journée d’étude internationale dédiée à l’œuvre de l’écrivaine Charlotte Delbo au centenaire de sa naissance, organisée par Catherine Douzou (ICD) et François Olvier Touati (CITERES) de l’Universit François Rabelais de Tours.

Figure peu évoquée dans le panorama littéraire français, passée en second plan parmi les femmes de la Résistance, Delbo a été un grand témoin du traumatisme de la déportation.

Née dans une famille d’origine italienne, Charlotte Delbo s’engage tout jeune dans les rangs des filles communistes, où connaîtra son futur mari, Georges Dudach responsable dans le PCF. Leur avenir sera marqué par une forte implication dans la résistance au nazisme qui les séparera pour toujours.

En effet après avoir été attrapés, incarcérés et interrogés par les Allemands, Delbo sera déportée dans le convoi de 230 femmes « politiques » le 24 janvier 1943 à destination d’Auschwitz-Birkenau, tandis que Georges mourra fusillé à l’âge de 28 ans. L’ADIEU lors de leur dernière rencontre, sera pour elle source d’inspiration dans plusieurs œuvres.

Pendant son enfermement, elle n’abandonne pas sa passion théâtrale qui avait connue lorsqu’elle était assistante du metteur en scène Louis Jouve, continuant à réciter devant ses compagnes deux pièces de Girodoux : Electre et Ondine.

Dès son retour avec les autres quarante-huit femmes survivantes, elle entend témoigner de son expérience de déportée politique dans les champs de concentration, répondant à un souci personnel de faire savoir et en même temps d’obligation envers les autres, particulièrement envers les futures générations auxquelles elle s’adresse plus intentionnellement.

Delbo donne à voir l’engagement du témoin : « Je transpose, je n’invente rien » dit-elle. Son style pauvre de repères, sans aucun souci chronologique, a comme conséquence de placer le lecteur dans la désorientation, tel était véritablement le sentiment des déportés.

Elle s’efface en prenant le rôle de porte parole de l’expérience d’une collectivité de femmes, racontant le ressenti de ces compagnes et en même temps le sien dans plusieurs récits et pièces théâtrales dont : Aucun de nous ne reviendra, Le Convoi du 24 janvier, Qui rapportera ces paroles ?, Une connaissance inutile, L’adieu, Mesure de nos jours.

20131120_175234[1]

Cette journée développée autour du rôle du témoignage historique aussi bien que dans le domaine des arts du spectacles et de la littérature, nous a permis la rencontre avec l’œuvre de cette femme résistante soucieuse de sa postérité.

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.