Archives par mot-clé : rap

Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.

L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de « la haine ».
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe « New African Poets » (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient « Abd al Malik » (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle « L’art et la révolte » au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)

Rachid Santaki: les polars de Saint-Denis s’écrivent au rythme de hip-hop

C’est dans un contexte fortement juvénile et urbain qui se situe l’écrivain Rachid Santaki et sa production littéraire. En effet, la culture hip-hop et urbaine avec ses différentes branches, ses codes et son langage, apparaissent à petites touches dans l’ensemble de ses narrations, se déroulant dans les quartiers les plus sensibles et sombres de la banlieue de Saint-Denis.

Par la suite, nous nous proposons d’analyser le rôle que ces références jouent à l’intérieur de, Flic ou caillera (2013) le dernier roman de sa trilogie néo-polar, en remarquant comment ces renvois ne semblent pas simplement faire partie du sombre décor représenté. Au contraire, ils constituent les fondements identitaires d’une culture de jeunesse métissée, à la marge qui, s’opposant à l’autorité dominante, invente de nouvelles formes d’expression dérivant de ses bas-fonds et de ses contre-cultures.P1040726

Rachid Santaki

Né en 1973 à Casablanca d’un père marocain et d’une mère française, Rachid Santaki a grandi à Saint-Ouen en banlieue parisienne avant de s’installer à Saint-Denis. Avant de se consacrer à l’écriture, il était un ancien éducateur sportif, passionné de boxe. Son intérêt pour la culture urbaine qui côtoyait quotidiennement depuis son adolescence, le pousse d’abord à créer le site internet hiphop.fr puis, en 2003, le premier magazine gratuit 5styles dédié, pareillement qu’au premier, aux artistes urbains et pour lequel il a obtenu de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris le prix Espoir de l’économie 2006. C’est comme cela qu’il découvre le monde de la rédaction, le poussant à écrire son premier récit La Petite Cité dans la prairie (2008), concernant son parcours personnel et professionnel.

Après ses deux premiers romans, à savoir Les anges s’habillent en caillera (2011) et Des chiffres et des litres (2012), parus aux éditions indépendantes Moisson Rouge (dont le titre reprend le célèbre roman policier américain de Dashiell Hammet paru en 1929), nous retrouvons Santaki aux Éditions du Masque (spécialisés dans les romans policier), avec Flic ou caillera (2013), troisième volet de la série de romans polar mettant en scène son Saint-Denis.

Le roman, divisé en quatre parties et en trente quatre chapitres alterne la voix omnisciente du narrateur à celle de la première personne du protagoniste. L’intrigue met en scène le jeune Medhi vivant avec sa mère dans un quartier « sensible » de Saint-Denis. Il est dans une situation très précaire : tagueur et peintre par passion, passionné de culture hip-hop, paraît constituer la seule figure angélique que met en scène Santaki. Un monde où les policiers sont corrompus dans des trafics illicites de drogue, mais aussi piégés par un passé qui les hante, faisant parfois confiner le polar avec le récit de filiation.

Saint-Denis: un véritable personnage

Dans toute la trilogie, plus qu’un décor, la ville devient elle aussi un véritable personnage à part entière, témoignant ainsi de l’attachement que l’auteur porte à son Saint-Denis. La banlieue, ses cités à la marge où il a toujours vécu, et l’intérêt pour la culture urbaine l’ont mené à s’inspirer d’histoires de banlieusards bien réels pour écrire ses polars.  Il affirme, à plusieurs reprises, qu’il s’agit de fiction mais inspirée de la réalité: « J’ai beaucoup observé les parcours autour de moi. Certains sont passés de l’autre côté, sont partis en prison et sont revenus changés »[1], souligne-t-il.

Le choix du polar, qui jouit d’une reconnaissance considérable dans la production littéraire contemporaine, lui octroie une véritable liberté d’écriture, permettant de mettre en lumière le pire de la société, fonçant le trait sur ses cotés les plus sombres et violents de la société, comme soulignent les critiques Dominique Viart et Bruno Vercier : « Alors que l’ancien roman policier confortait les valeurs bourgeoises en rétablissant l’ordre perturbé, le « néo-polar », au contraire, exhibe les diverses formes de la violence étatique et les injustices». (Viart et Vercier, 2008 : 367).

Ajoutons que la grande réussite de ce genre concerne la volonté d’interpeller et de questionner le réel, tout en narrant d’un passé ressenti comme incertain ou duquel remettre en question les choix interprétatifs dominants. Voilà donc les réalités historiques évoquées dans le roman: les cicatrices du 17 octobre 1961, la mort des deux jeunes Zyed et Bouna déclenchant les émeutes urbaines d’automne 2005, les mots de Nicolas Sarkozy qui voulait « nettoyer les cités au Karcher »[2] dont le narrateur en revient tout au long du récit.

C’est donc une terre de liberté pour Santaki, lui permettant de dévoiler les conduites d’une société qui, à son avis, a perdu ses repères, tel est le cas des délinquants de banlieue qu’il fresque.

Entre littérature, hip-hop et cinéma

L’agir de la police joue alors un rôle central, tout comme la culture urbaine et ses références cinématographiques. Ces-ci ont énormément influencé la culture hip-hop entre la fin des années 1970 et 1980, laquelle, à son tour, le réinsère fréquemment sous forme intertextuelle dans ses différentes formes narratives, dont les textes rap. Avec Santaki la littérature paraît réunir tous ces approches, en faisant l’un des traits les plus remarquables de sa poétique.

Tout d’abord, son inspiration dérive de sa connaissance du septième art à partir des années quatre-vingts, et aussi des séries policières, dont les récentes Braquo (2005) ou Engrenages (2009) l’ont marqué par la mise en scène d’un univers judiciaire humanisé.

 

D’autres indications et clins d’œil cinématographiques sont présents au fur et en mesure de la narration dont La Haine (1995) de Matthieu Kassovitz, New Jack City (1991) de Mario Van Peebles,  Flic ou voyou (1979) de Georges Lautner, Scarface (1983) de Brian de Palma ou Bad boys (1995) de Michel Bay. Des références dans lesquelles une large partie des la jeunesse des quartiers se retrouve et avec lesquelles le romancier s’amuse à les actualiser, comme le remplacement du fameux « voyou » par « caillera ».

Santaki ne s’inspire pas uniquement du cinéma pour élaborer les titres de ses livres. Tout au long des 238 pages, le hip-hop est omniprésent comme lui-même assène: « Pour moi la culture hip hop est une culture qui a trente ans et qui est révolutionnaire car elle utilise la ville comme support et véhicule des valeurs, ce sont celle que j’utilise dans mon travail d’auteur »[3].

La musique joue un rôle fondamental qui évolue et se densifie au fil des pages. Oscillant entre les leaders du rap et du funky américain et leurs équivalents français des années 1980-1990, cette musique consacre des épisodes précis de la vie des personnages.

Au rythme de hip-hop

L’originalité réside dans le fait qu’elles rentrent dans la narration sous une forme intertextuelle, s’insérant à chaque fois pour décrire l’état d’âme des personnages ou expliquer une scène. Ces textes ont le but d’élucider la situation. Un exemple parmi d’autres, est la citation de la chanson Dear Mama de Tupac, considérée par les critiques comme l’une des plus grandes chansons de hip-hop de tous les temps.

Une culture avec laquelle il a grandi en lui rendant toujours hommage : « je suis très attaché aux valeurs de cette culture. Ses valeurs, peace, love, unity and havin fun me suivent dans mon travail, et j’affiche mon roman avec les codes de la culture hip hop, toujours plus loin »[4].

Dans la narrations nous trouvons trente chansons, en passant de Fifty Cent à Booba, de Sting à Rohff, accompagnés pour la plupart par des brefs morceaux de textes en italique et aussi par de brèves descriptions relevant d’une forme d’ekphrasis , les liant au contexte, permettant tout d’abord à l’auteur de cligner l’œil à son lecteur potentiel qui, lui, comprendra sans problème les renvois, se sentant ainsi plus rapproché. 

Sampler donc des titres déjà connus parce qu‘ils parlent, transposer tous les codes du hip-hop dans la littérature, voilà le style de Santaki : « Je suis issu de la culture hip hop, je suis issu aussi du street marketing, ».

« Aux Etats-Unis, les rappeurs ont influencé des auteurs. Il faut désacraliser l’écriture »[5], estime-t-il, citant volontiers l’écrivain américain George Pelecanos, dont les romans plongent dans les bas-fonds de Washington.

Tout en dévoilant une parfaite maitrise de la langue standard, élément prioritaire de son écriture, notre auteur travaille pour restituer le parler de ces jeunes, en utilisant ce langage comme une valeur. Une volonté d’être au plus près de la langue des personnages qu’il veut mettre en scène, en se documentant ou en s’inspirant de ses contextes quotidiens, tels que la salle de boxe qu’il fréquente : «Mon style est oral, je voulais qu’on se retrouve à Saint Denis et l’intérêt n’est pas de faire vivre le lecteur avec une langue étrangère ou une ambiance décalé mais de le plonger dans mon Saint Denis, qui reste un univers sombre et fictif»[6].

Et encore, similairement au rappeur qui pour parler haut est obligé à parler fort et surtout contre quelqu’un utilisant la force et la violence du phrasé, Santaki aussi fait usage d’un langage violent et vulgaire l’insérant dans les dialogues entre les personnages. Ce qui dénote gout pour la provocation des valeurs établis, de l’ordre social et des institutions. Une salissure verbale qui n’est pas très éloignée des bavures visuelles que les taggueurs imposent aux murs des villes.

La qualité de son polar paraît résider donc, dans cette forme de toile que l’écrivain tisse entre ses différentes composantes. Tout au long du roman, nous voyons comment la langue et le rythme participent aussi à la constitution d’un amalgame indivisible, qui, avec les autres composantes de la culture urbaine que nous avons analysé, dont le cinéma et les codes de l’hip-hop ont le résultat d’établir un dialogue unique qui explicite la visée de l’auteur et que comme nous venons de montrer, crée son style. Dans le cas de Santaki, opter pour le renvoi à cette culture « de rue » n’est donc ni une fatalité, ni un choix aussi irresponsable comme certains assènent, mais une option réellement choisie.

 Romans:

Flic ou Caillera, Ed. du Masque, 2013.

Des chiffres et des litres, Ed. Moisson Rouge, 2012.

Les anges s’habillent en caillera, Ed. Moisson Rouge, 2011.

 

Dernière parution: Business dans la cité, Seuil, 2014.

 

Bibliographie

Barret, Julien, Le rap ou l’artisanat de la rime, Paris, L’harmattan, 2008.

Bazin, Hugues, La culture hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

Béthune, Christian, « Le hip hop : une expression mineure »,  Volume !, 8 : 2, 2011, en ligne http://volume.revues.org/pdf2728, consulté le 20/01/2014.

Lepoutre, David, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997

Santaki, Rachid, « Anges et voyous du 9-3 » – Le Monde  par Catherine Simon- 29juin 2012.

Viart D., Vercier B., La littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008.

 


[1] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki, un auteur de polar au plus près des « cailleras » », ladepeche.fr, 23 février 2011, in http://www.ladepeche.fr/article/2011/02/23/1020794-rachid-santaki-auteur-polar-plus-pres-cailleras.html, consulté le 20/01/2014.

[2] Nicolas Sarkozy, Le Monde, 21 juin 2005.

[3] Santaki, Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.

[4] Ibidem.

[5] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki affiche son polar urbain », Le Parisien, 21 novembre 2011, http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/rachid-santaki-affiche-son-polar-urbain-21-01-2011-1236615.php, consulté le 20/01/2014.

[6] Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.

 

Colloque international : La banlieue loin des clichés : Nouvelles Voix, Images and Identités émergeant à la périphérie des villes françaises

Voici le programme du colloque auquel je participerai avec une communication di titre : « Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement »Banlieue Project Conference poster

 

3-4 April 2014, Oxford Brookes University

Conference Programme

Thursday 3rd April 2014

9.00 – 9.15 Welcome by Juliet Carpenter and Christina Horvath (Banlieue Network)

9.15 – 10.15Keynote by Professor Edward Welch(University of Aberdeen)Apprehending the banlieueLes Passagers du Roissy-Express and the politics of spatial enquiry

 

10.15 – 10.40       Tea and coffee in the Dining Room

 

10.40 – 12.30Session 1. Music Room   Chair: Isabelle GalichonCommunautés, Voix, Participation /Communities, Voices, Participation
Barbara Morovich(ENSAS-Strasbourg)Participation, négociation et réception : quartiers populaires et projets dans l’espace public
Juliet Carpenter(Oxford Brookes – ENS Lyon)Listening for ‘unheard voices’?Giving a voice to the banlieues through community participation in urban regeneration
Beth Epstein(NYU Paris)In Defense of «Social Mixing»: Cosmopolitan Hope from Below
Bruno Levasseur (Roehampton University)Décentrer l’étude des représentations des banlieues au 21è siècle: vers une approche ordinaire des productions culturelles suburbaines 

 

12.30– 13.50       Lunch at the Brookes Restaurant

14.00–15.30 Session 2. Music RoomChair: Anaïs MarshallApproches comparatives et holistiquesComparative and holistic approaches 14.00–15.30 Session 3. Green RoomChair: Beth EpsteinVoix cinématographiquesCinematographic voices
Alex B. Schafran(University of Leeds)Representing the Banlieue: Adventures in a massive territory  Aline Caillet(Université Paris I)Chemins de traverse
Paul Kirkness(University Of Edinburgh)The right to the cité: Displaying place attachment in two French housing estates Joe Bender(Harvard University )En direct avec les immigrés: Self-Representation and Intervention in the Films of the MohamedCollective
Daniel Laforest(University of Alberta)Narrating Digital Urbanism project  

 

15.30– 16.00       Tea and coffee in the Dining Room

Session 4. Music Room Chair: Edward WelchÉcrire contre ou avec les clichés / Writing against or with clichés
Elise Bouhet(Trinity College, SUNY, Albany)Reconstruire les banlieues. Déconstruire les clichés
Christina Horvath(Oxford Brookes)Les lieux-clichés dans l’espace romanesque de la banlieue
Mourad Khelil /Skander Kali(Université Paris IV-Paris Sorbonne)De l’utilité des clichés pour raconter la banlieue

 

18.00-20.00         Glass Tank Gallery, Oxford Brookes

Private view of the exhibition ‘Voices and Images from the Banlieue’

Book Launch event with writers Mamadou Mahmoud N’Dongo and Skander Kali

Refreshments / Vin d’honneur

Friday 4th April 2014

 

9.30 – 10.30 keynote by Mohamed Mechmache(ACLEFEU) +1“La démocratie ne se fera plus sans nous » : la participation des habitants dans la politique de la ville

10.30 – 10.50       Tea and coffee in the Dining Room

10.50 – 12.20Session 5. Music roomChair: Christina HorvathVoix collectives-voix individuellesCollective-Individual voices 10.50 – 12.20Session 6. Green roomChair: Barbara MorovichMedia et stigmatisationStigmatisation and media
Isabelle Galichon(Université Bordeaux III)« Restaurer la voix »Le récit de soi comme résistance éthique face à l’invisibilité politique  Mehdi Derfoufi(Université de Lyon I)De Zidane le « grand-frère » à la trahison nationale:Les constructions médiatiques des garçons des banlieues
Serena Cello(Universités de Gênes et François Rabelais de Tours)Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement   Dorothée Bertenhoff(Philips-Universität Marburg)A l’encontre de l’opinion véhiculée par les médias : une perspective de l’intérieur – La littérature (issue) des banlieues  
Chikako Mori(Hitotsubashi University Tokyo)Les banlieues, un espace sans écriture ? Place de l’écriture dans les « pratiques culturelles de banlieue » Yannick Hascoet(Université de Lyon, UMR5600)La mise en valeur d’un espace stigmatisé. Le rôle des artistes et de touristes « hors des sentiers battus » dans la légitimation des quartiers Nord de Marseille

 

12.30–13.50        Lunch at the Brookes Restaurant

14.00- 15.30 Session 7. Music Room Chair: Chikako MoriEntre littérature et musiqueBetween literature and music
Sarra Khaled(Universités de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis / de la Manouba- Tunis)Grand Corps Malade: la voix poétique de la banlieue
Bettina Ghio (Université Paris 3)La représentation de la banlieue dans le rap français : vérité du réel ou perspective littéraire ?
Helena Zubcekova(Université Masaryk, Brno,)Lexique identitaire homophonique dans le rap français.Analyse qualitative des chansons de Diam’s, MC Solaar et Rohff.

 

15.30– 15.50       Tea and coffee in the Dining Room

15.50- 17.00Session 10.Music RoomChair: Juliet CarpenterBanlieues: sites of diversity / Banlieues: sites de diversité
Anaïs Marshall, Laure Cormier(Université Paris13-Nord)Natures en banlieues : vecteurs d’appropriation de territoire ?
Dominique Lanni(University of Malta)« J’ai de mes ancêtres gaulois… » ou les voix de la banlieue à l’épreuve de l’héritage littéraire national
Anaïs Stampfli (Université Grenoble III)La banlieue d’après la plume guadeloupéenne de Frankito : humour, poésie et vitalité…

 

17.00-17.30         Closing remarks / Clôture