Archives par mot-clé : intégration

Ali, portrait d’une jeunesse banlieusarde italienne

  Né à Rome en 1978, Claudio Giovannesi obtient en 2002 un Master en Lettres Modernes à l’Université de Rome, puis il fréquente le « Centro Sperimentale di Cinematografia ». A côté de son activité cinématographique, de 2001 à 2004 il a travaillé à RadioRAI, puis il a publié des critiques de cinéma et il a collaboré pour le programme télévisuel Blob. Parmi ses films: Caino (2002); Welcome Bucarest (2007), La Casa sulle Nuvole (2009), son premier long métrage, remporte plusieurs prix au Festival du Film de Bruxelles et au Festival du Film Italien de Villerupt. En 2009, il s’intéresse aux questions de l’adolescence et de l’intégration sociale dans la société italienne et plus précisément dans les banlieues de Rome pour son documentaire Fratelli d’Italia, qui reçoit une mention spéciale au Festival de Rome. Quatre ans plus tard, il poursuit sa réflexion sur ces mêmes thématiques et les mêmes acteurs protagonistes  pour réaliser sa fiction Ali a les yeux bleus (2013) qui a été récompensé au festival international du Film de Rome en 2012 avec le Prix de la Meilleure première et seconde œuvre ainsi que le Prix Spécial du Jury.

Ici aussi la banlieue reste une source d’inspiration, pour raconter une histoire qui se déroule pendant une semaine dans la banlieue d’Ostie, sur le littoral qui jouxte Rome. C’est ici qui à eu lieu le meurtre du cinéaste Pier Paolo Pasolini en 1975. Ali a les jeux bleus est d’ailleurs un poème de Pasolini faisant notamment partie du recueil Prophétie publié en 1962, dans lequel le poète imagine, avec aisance et grande lucidité, l’avenir italien, la pluriethnicité avec l’arrivée des nouveaux immigrants provenant des pays du sud.

Giovannesi nous plonge dans la vie d’un jeune garçon de seize ans Nader, entre les copains, l’école, les virées chez les prostituées. Nader est Égyptien mais il est né à Rome, il est amoureux d’une Italienne, Brigitte. Loin des traditions de sa famille, du Ramadan, de la prière et de l’interdiction de la viande de porc, c’est pour cet amour « impossible » qu’il s’enfuit de sa maison, contre l’avis de ses parents qui le voudraient marié à une femme égyptienne.  La vie dans la rue n’est pas facile, c’est pour défendre son ami Stefano, qu’il plante la lame d’un couteau dans un jeune Roumain. Comme il est recherché, il doit se cacher et dormir sur la plage, en plein hiver. Là, il commence à faire face à toutes ses contradictions identitaires. Il se sent avant tout italien : il porte des lentilles teintées bleues, et surtout il est nettement fasciné par la société de consommation. Pourtant les contradictions l’enferment, il en vient à tirer sur son ami Stefano parce qu’il tourne autour de sa sœur, afin de défendre la seule valeur qui le hante : l’honneur, comme un parfait intégriste.


Ali a les yeux bleus
Ali a les yeux bleus Extrait vidéo VO

Le clin d’œil à Les Ragazzi (1958) les premiers romans de Pasolini sur la jeunesse du sous-prolétariat est bien évidente, Giovannesi cherche le réalisme le plus cru, à travers l’usage du dialecte romanesque lui-aussi et l’utilisation des acteurs non-professionnels, et s’inspirant au vécu réel (l’histoire est bien vraie) de ces jeunes.

Cependant il certifie la mort de la vision poétique du maître, pour au contraire confirmer celle sociologique, celle des Scritti Corsari, où Pasolini dénonce le conformisme et l’abandon des différences entre les classes sociales comme une capitulation étique et politique afin d’une conformation, d’un camouflage dans les nouveaux valeurs de la société capitaliste de masse, bourgeoise où le seul roi est l’argent.  Nous pourrions ici entrevoir une dénonciation de la crise des valeurs, d’égarement d’une jeunesse en solitude à la marge, entouré par la micro criminalité, la délinquance fruit (pour le magistrat Denis Salas dans le cas de la jeuensse française ) « d’un décrochage des quartiers par rapport à la vie sociale, forme désespérée, chronique autodestructrice et fortement territorialisée de survie avant tout collective »[1]. Elle semblerait s’instaurer comme la contrepartie du malaise social et économique qui affecte ces jeunes, mais aussi comme une forme autre de socialisation, loin de la famille ou des institutions, qui permettraient, au contraire, de trouver une place dans le groupe et le quartier.

Ces jeunes protagonistes commettent des actes de vol en bande pour survivre et parfois aussi pour s’amuser sous prétexte, peut-être d’un ennui dominant. Il peut s’agir de « petits » trafics de survie, de business d’objets volés, jusqu’à toucher des réseaux plus importants et revenus majeur, dans l’espoir de promotion, ccomme dans le cas du pistolet acheté par Nader. Dans une logique de capitalisme sauvage, ces actes leur donnent l’accès aux ressources matérielles pour participer à la société de consommation  sans lesquels ils y seraient exclus, tout en suivant une « solidarité délinquante »[2], à savoir la participation à un modèle alternatif de réussite sociale.

Ce qui lui manque est la vision d’un avenir meilleur, d’un projet de vie. Aucun progrès, ni révolution sont malheureusement envisagés, mais au contarire une éternelle conduite misérable.


[1] Salas, Denis, « La délinquance d’exclusion », Les Cahiers de la sécurité intérieure, Paris, IHESI, La documentation française, n°29, 1997.

[2] Sauvadet, Thomas, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Armand Colin, coll. « Sociétales », 2006.