Archives par mot-clé : featured

Le periferie romane Laura Aggio Caldon – intervista

Laura Aggio Caldon - The new districts Italy 2014
Laura Aggio Caldon – The new districts Italy 2014

É indubbio, da qualche decennio oramai in Italia s’impone una topografia sociale sempre più contrastata dove le ineguaglianze sociali e spaziali si mescolano creando dei dispositivi d’esclusione.

Non è un caso se l’architetto Renzo Piano con la sua squadra G124 ha presentato al Senato un primo rapporto annuale totalmente dedicato alle periferie italiane dal titolo “Rammendo delle periferie” di Roma, Catania e Torino da lungo tempo abbandonate. Durante la presentazione ha affermato come la vera prova per la nazione sia di trasformare tali luoghi in città al fine di recuperare e rivitalizzare questi spazi urbani. Ciò mostra come la questione delle periferie sia una delle più grandi sfide alle quali sia necessario confrontarsi.

Proprio su questo tema la fotografa Laura Aggio Caldon ha portato a termine un progetto tra il 2013-2014 intitolato « The new districts – Italy » interessandosi alla nuova periferia romana. Un esempio, quest’ultimo, frutto di un’ urbanizzazione in stretto contatto con interessi privati che non è riuscita nel corso dei decenni a risolvere il problema dell’emergenza abitativa. Al contrario, le immagini che percepiamo attraverso le sue foto parlano di una nuova questione sociale italiana.

Laura Aggio Caldon - The new districts Italy 2013
Laura Aggio Caldon – The new districts Italy 2013

A seguito della pubblicazione di un articolo sulla rivista « Internazionale » dal titolo « Nuove periferie romane » abbiamo contattato Laura Aggio Caldon, la quale ha gentilmente accettato la nostra intervista:

Come si è svolto il suo lavoro?

L.A.C: Per raccontare una delle nuove periferie romane, all’inizio ho cercato di conoscerla attraverso i suoi abitanti e attraverso la sua architettura. Ho cercato di capire il come e il perché sia nata una nuova periferia all’interno di una città che ospita interi palazzi disabitati e in che cosa si differenziasse dal preconcetto che avevo e che ognuno di noi porta con se quando si trattano argomenti così vicini alla nostra realtà.

Quali scelte ha operato per il contesto delle sue fotografie? Perché interessarsi nei giorni nostri alle periferie?

L.A.C: Le scelte operate nella realizzazione del lavoro sono state estremamente influenzate dall’ambiente che mi circondava, da ciò che vedevo. Ho scelto di sottolineare l’aspetto geometrico e ripetitivo che vedevo in quei luoghi, per cui ho provato a realizzare scatti molto semplici e puliti che evocassero in qualche modo la sensazione di anonimato che quel luogo mi evocava. Nuova Ponte di Nona fa parte del quartiere Ponte di Nona che ha decisamente un carattere più « storico » esistendo da molto tempo. Ho amato da subito l’ambivalenza di questo quartiere. Da una parte la nuova concezione di periferia fatta di alti edifici molto simili l’uno all’altro, abitato da cittadini di classe media e che suscita una sensazione di anonimato. Nella parte più « storica » del quartiere invece si vive la realtà della periferia come zona emarginata fatta di degrado e a volte anche di criminalità, ma con un carattere deciso e con una cooperazione attiva tra i suoi abitanti. Questi due concetti di periferia mi hanno portata ad interessarmi a Ponte di Nona attraverso le mie fotografie.

Laura Aggio Caldon - The new districts Italy 2013
Laura Aggio Caldon – The new districts Italy 2013

Quali sono state le sue sensazioni visitando questi luoghi? Qual è la sua personale visione?

L.A.C: Ho avuto la sensazione di trovarmi in un luogo isolato dal resto della città come se non ne facesse realmente parte. Ho avuto, inoltre, la percezione che le due parti di Ponte di Nona non si sarebbero mai amalgamate e che avrebbero mantenuto, almeno ai miei occhi, la particolarità di assomigliare a due satelliti vicini ma completamente distinti.

Qual’è stato il rapporto con gli abitanti durante gli scatti?
L.A.C: Con i cittadini ho cercato di instaurare un rapporto di sincerità e collaborazione, c’è voluto del tempo perché la gente si fidasse di me, per far capire loro quale fosse lo scopo del mio lavoro. Dal momento che non mi hanno più vista come un estranea ma come parte attiva del quartiere ho iniziato a scattare e a rappresentare ciò che mi trasmetteva questa periferia romana. Ho avuto la possibilità di  incontrare persone complicate e persone estremamente affascinanti

Laura Aggio Caldon - The new districts Italy 2013
Laura Aggio Caldon – The new districts Italy 2013

Definirebbe il suo operato in termini di « denuncia sociale »?

L.A.C: La presenza di degrado e la carenza di servizi per quanto riguarda la zona più storica di Ponte di Nona come l’isolamento sociale e la mancanza di servizi pubblici a favore delle attività commerciali nella Nuova Ponte di Nona sono sicuramente aspetti di denuncia che trapelano dalle mie immagini. Lo scopo principale del mio lavoro,però, è quello di mostrare questo nuovo concetto di periferia unito al più antico esempio di periferia Italia. Come dicevo l’ambivalenza di questo luogo.

Un caloroso ringraziamento a Laura per la sua disponibilità! Buon lavoro!

Laura Aggio Caldon è una fotografa classe 1983. Nata in provincia di Milano, ha studiato Fotografia all’ISFCI di Roma, dove ha terminato gli studi con un master nel 2013. Il suo lavoro si concentra su temi di approfondimento sociale e giornalistico sia all’estero sia in Italia.

http://www.lauraggio.com/

L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de « la haine ».
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe « New African Poets » (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient « Abd al Malik » (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle « L’art et la révolte » au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)

« La Marche », parlons-en!

Lors de la célébration de ses trente ans, La Marche, dernière production cinématographique du réalisateur belge Nabil Ben Yadir, vient de sortir dans les salles françaises le 27 novembre, donc parlons-en !

Il s’agit de la première réalisation librement inspirée de la marche antiraciste pour l’égalité et contre le racisme, partie de la banlieue lyonnaise de Minguettes le 15 octobre 1983 et arrivée à Paris le 03 décembre 1983.

Le film s’insère dans un contexte sombre et xénophobe, avec la chanson Hexagone de Renaud comme fond sonore «la France est un pays de flics […] pour faire règner l´ordre public ils assassinent impunément», le jeune Mohamed (Tewfik Jallab équivalent du vrai Toumi Djaïdja) est agressé par un chien d’un policier qui finalement lui tire dessus, un soir dans le quartier de hautes tours de béton des Minguettes, à Vénissieux. Après cet événement personnel, aussi bien qu’à la suite d’une série de crimes racistes contre les jeunes d’origine arabe sur tout le territoire français dans les premières années quatre-vingts, il décide, avec son association SOS Avenir Minguettes, d’entamer une longue marche pacifique inspirée des luttes de Martin Luther King et Gandhi vers Paris, passant par les grandes villes françaises, soutenue entre autres par des militants dont, en première ligne, le père Christophe Dubois (Olivier Gourmet équivalent du vrai père Christian Delorme).


Pour ceux qui connaissent l’histoire, dès le début la marche se présente comme une fiction et non pas comme un documentaire. La reconstruction n’est pas toujours conforme à la réalité, comme par exemple la non-veridicité du nombre et des noms des personnages, aussi bien que certains des faits racontés. Cependant le contexte est bien réel, celui de la crise économique, de la fermeture des usines, de la montée du chômage, de la pauvreté qui caractériseraient les catégories les plus fragiles du tissu social, comme conséquence de la fin des très connus Trente Glorieuses. (Sur le sujet il vient de paraître un essai d’un collectif d’historiens, qui donne un aperçu critique sur cette période «mythifié» : Une autre histoire des Trente Glorieuses : Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerreEd.La Découverte)

Avec les lois concernant l’arrêt de l’immigration « de travail » en 1974 et les politiques dites du « regroupement familial » de 1976, les immigrés ne sont plus seulement une force de travail «temporaire», mais ils s’installent durablement en France avec leurs familles et faute de moyens financiers, ils le font dans des milieux très populaires. Leurs jeunes fils sont la cible d’une montée des discriminations, ils rejettent l’appellation d’«immigré de deuxième génération», leur désir est d’être considérés comme des citoyens français à part entière et donc intégrés totalement dans la société dans laquelle ils ont vécu.

La question des banlieues « sensibles » commence donc à apparaître sur la scène politique et sociale avec les premières émeutes urbaines et les affrontements des jeunes avec les forces de l’ordre dans la cité de Minguettes en 1981. En attaquant le gouvernement sur la question de l’immigration et de la sécurité, le Front National obtient du consensus, arrivant à plus 16% au premier tour des éléctions municipales à Dreux en 1983 comme il est évoqué dans le film.

C’est l’époque d’une forte violence policière, de rejet de l’immigré, le film évoque les nombreux jeunes arabes victimes d’actes de violence, dont l’épisode de la croix gammée sur le dos de Monia, inspiré d’un événement ayant eu lieu avant la Marche (le 30 mai 1980 à Bondy sur la personne de Mohamed Messaoudi, 19 ans). Un deuxième cas évoqué est l’atroce lynchage d’un Arabe par des jeunes légionnaires à bord du train Bordeaux-Vintimille.

Après un début silencieux, ces jeunes de toutes origines confondues mais surtout Maghrébines,d’ou le mot marche des beurs (verlan d’arabe), arrivent à Paris avec un cortège de 100.000 personnes. L’événement fait la une de la presse écrite et télévisée, ils sont accueillis en fanfare par les membres des partis de gauche, et par plusieurs associations ainsi que par Georgina Dufoix, Secrétaire d’Etat à la famille et aux immigrés et enfin par le Président de la République François Mitterand, qui leur concède les revendications réclamées. En outre, le développement social des quartiers sera désormais considéré comme une priorité nationale. (Vidéo INA http://www.ina.fr/video/LXC00011694: et http://www.ina.fr/video/CAB8301925401/marche-pour-l-egalite-et-contre-le-racisme-video.html).

Cette marche devient le symbole de la reconnaissance sociale de ces jeunes, leur consacrant le plein accès à la citoyenneté. Comme l’écrit l’historien Mohamed Harbi, « l’année décisive [dans la francisation des immigrés algériens], c’est 1983 : la marche pour l’égalité enterre définitivement l’idée du retour»1 Nombreuses associations voient le jour dans les mois suivants afin de maintenir vifs ces propos, dont SOS racisme au slogan « Touche pas à mon pote »  né en 1984 accusée par contre, d’être trop politisée par le Parti Socialiste et à laquelle aucun des organisateurs de la marche ne participera, comme il est cité dans le générique de fin du film.

Des questions se posent alors : est-ce que ces  propositions sont toujours actuelles ? Quelles constatations pouvons-nous faire à la célébration des trente ans? Au  début,  cette marche ne concernait qu’une partie de la population: celle des fils d’immigrés maghrébins (pour la plupart), mais maintenant la palette semble avoir augmenté concernant tous ceux qui, malgré les efforts et les politiques conduites dans ces dernières décennies, continuent à revendiquer la liberté, l’égalité et la fraternité sur le sol français.

Plusieurs sociologues sont revenus sur ce sujet, notamment après les émeutes urbaines dans les quartiers « sensibles » de 2005, voyant malheureusement un lien avec les actuelles jeunes générations des « cités », soi-disant la faillite d’un projet: «La révolte de ces Français, qu’expriment ces émeutes, souligne à quel point la question de la reconnaissance des populations issues de l’émigration des anciennes colonies, posée en 1983 par la Marche pour l’égalité et contre le racisme, a peu progressé dans le débat public » (Beaud et Masclet 2006).

Si certains sociologues et chercheurs traitent de l’existence de vrais ghettos français sur le modèle américain (D.Lapeyronnie 2008; L.Bronner 2010) d’autres préfèrent parler plutôt de la naissance d’un processus de ségrégation et d’une dynamique séparatiste, renforcés aussi par les médias coupables à leurs avis d’instaurer un système circulaire construisant la peur et stigmatisant ces lieux en zones de « non-droit ». (R.Castel 2007, H-V.Baron 2011).

Certes, le panorama n’est pas idyllique, plusieurs situations se sont dégradées dans ces lieux, tel qu’un appauvrissement socio-économique des classes populaires, un habitat social beaucoup moins hétérogène en termes de groupes sociaux et plus abimé que dans les années 1960-1970, et enfin une dissolution du tissu associatif et militant aussi bien qu’une fracture politique avec les partis de gauche, qui n’ont pas su répondre positivement aux demandes et aux revendications de ces jeunes, les éloignant encore plus de la sphère décisionnelle.

Les nouvelles générations dont les parents sont d’origine immigrée, surtout maghrébine et sub-saharienne, sont pour la plupart nés sur le sol français, donc citoyens de la République, mais ils souffrent d’un handicap, d’un stigmate, celui d’appartenir à une minorité ethnique. Ils subissent des discriminations sur plusieurs niveaux: en contact avec les forces de l’ordre (délit de faciès), à l’émbauche, à l’école et aussi par rapport à la religion (R.Castel,2007). Ce qui nous apparaît plus évident actuellement par rapport à la Marche, est une amère déception et désespoir pour l’avenir de la part des jeunes générations, ce qui dénote un manque de prise de parole ainsi que de volonté politique. Ils se révoltent mais ils n’arrivent pas à s’exprimer, à proposer. Au contraire, la génération précédente s’est mobilisée socialement et politiquement, agissant contre l’invisibilité et le déni d’existence sociale et politique de leurs parents, traités comme des «travailleurs immigrés», un passage d’ailleurs repris dans le film lorsque, dans un premier temps, ces derniers s’opposent à l’idée d’une marche. Ces jeunes avaient pris conscience de participer à un événement historique qui pouvait changer leurs conditions de vie.

Dommage que le film, n’ait pas pu aller au delà du simple constat des faits pour aborder plus en profondeur ces thématiques qui sont encore tout à fait actuelles. Sa vocation est restée plutôt «didactique», ne dépassant pas un premier niveau de lecture, répondant  à des contraintes cinématographiques, s’adressant au grand public français qui apparement n’a jamais connu la portée de cet événement historique. En effet, selon un sondage OpinionWay réalisé pour la Licra et publié le 2 octobre 2013, seuls 19 % des Français disent avoir entendu parler de la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

Donc, pour La Marche aucune reconstruction fidèle et historique est mise en place, il s’agit plutôt d’une évocation. C’est le message qui compte, probablement un peu trop manichéen, suivi de slogans : « La haine n’est pas une réponse« , »il faut toujours marcher« , même si dans une récente interview, le père Christian Delorme affirme se reconnaître dans le personnage qui le représente. (écouter l’émission Olivier Gourmet et Christian Delorme pour le film « La Marche »).

Dernières parutions sur le sujet:

Bibliographie:

Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.

Beaud Stéphane et Masclet Olivier, « Des « marcheurs » de 1983 aux « émeutiers » de 2005  » Deux générations sociales d’enfants d’immigrés, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2006/461e année, p. 809-843.

Bronner, Luc, La loi du ghetto, Paris, Calman-Levy, 201.n

Castel, Robert, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Seuil, 2007.

Lapeyronnie, Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.

  1. Cité dans Bourtel, K et  Vidal, D., Le mal-être arabe. Enfants de la colonisation, Marseille, Éditions Agone, 2005, p. 78. []