Archives par mot-clé : borgate

La banlieue romaine de Pasolini

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014 la Cinémathèque française dédie une exposition à une grande figure intellectuelle et artistique italienne, du XXème siècle, celle de Pier Paolo Pasolini. Elle trace 25 ans de vie romaine de l’auteur, dès son débarquement du Frioul en gare de Rome avec sa mère Susanna en janvier 1950, jusqu’à son assassinat un matin de novembre 1975 sur la plage d’Ostie.

La visite s’enchaine sur six sections correspondant aux périodes le plus marquantes de sa vie dans la capitale, en commençant par la première, dédiée aux années 1950-1954 au moment où il est contrait à quitter son village puisque déshonoré, viré du parti communiste et des on travail d’enseignant pour sa conduite homosexuelle. C’est à cette époque de grande misère qu’il connaît  et partage les conditions de vie des classes pauvres dans les banlieues romaines, en s’installant dans les « borgate », qui deviendront ensuite le cadre et le sujet de ses tournages et pour lesquelles il tombera amoureux jusqu’à affirmer « Rome est divine ».

Cette longue histoire nous est racontée à l’aide de la voix du poète. En effet, à travers des extraits d’interviews transmises par les hautparleurs présents dans chaque salle, nous sommes presque guidés par ses pensées. Tout en passant par ses grandes rencontres littéraires (Moravia, Morante, Calvino, Sartre), cinématographiques (Rossellini, Bolognini) et artistiques (Laura Betti, Maria Callas) qui marqueront sa vie dans les années 1960 et 1970, nous suivons un parcours riche d’images. Nous les voyons aussi à travers des reproductions des cadres de salles de spectacles ainsi que des instruments et équipements de l’époque, tel qu’une vraie voiture (Fiat 1100) transformée en écran ou un vrai mixer de reproduction audiovisuelle.

Nous trouvons non seulement des documents sur support papier tel que ses poèmes, ses lettres et des articles originaux, mais nombreux sont les extraits de ses films dont notamment Acattonne(1961), Mamma Roma(1962), La Ricotta (1963) ainsi que des interviews, des journaux télévisés de l’époque, des enquêtes auxquelles on peut accéder grâce à des casques et des écrans situes tout au long du parcours.

Ce qui résulte intéressant à coté de cette visite, est l’exposition numérique complémentaire accessible depuis le site www.pasoliniroma.com.

En cliquant sur l’affiche principale qui montre l’artiste jouant au football en banlieue, nous sommes plongés au cœur de la ville à travers un plan interactif. Grâce à cinquante adresses et dates emblématiques de la Rome pasolinienne nous pouvons nous déplacer à notre guise, en visitant ses faubourgs avec les yeux du poète. Nous pouvons suivre le plan géographique ou bien la ligne du temps en-dessous, tout en sachant que chaque repère coloré correspond à sept thématiques différentes :

–          Vert : Maisons et déménagements

–          Orange : Pasolini écrivain

–          Jaune : Vie sociale et intellectuelle

–          Rouge : Politique

–          Céleste : Filmographique (Accattonne, Mamma Roma, La Ricotta, Des oiseaux petit et gros)

–          Violet : La dernière journée

En cliquant sur chaque « bulle » colorée, des contenus médiatiques s’affichent sur le côté droit de l’écran. Il s’agit pour la plupart de photos et de vidéos de l’époque accompagnés par des textes et des poèmes concernant les banlieues, les résidences de Pasolini et ses rencontres avec les artistes.

Tel est le cas de la première étape concernant son arrivée. Une photo de l’époque nous montre la gare de Termini dans l’année 1950 considérée l’un des exemples les plus significatifs d’architecture Rationaliste Italienne.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/50

Une étape successive concerne l’année 1953, reprenant des photos de lui côtoyant la jeunesse des borgate qui sera le sujet de son premier roman Les Ragazzi. Pour se documenter sur la jeunesse prolétarienne de la capitale et étayer ses écrits, Pasolini étend ses pérégrinations aux faubourgs : le Trastevere bien sûr, mais aussi Monteverde Nuovo, autrement appelée la « zona di Donna Olimpia ».

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/54

Ce qui résulte intéressant ce sont non seulement les photos accompagnés par textes, mais aussi les vidéos du tournage des films et des documentaires posthumes aussi bien que les dessins à main réalisés par lui-même concernant le story-board des scénographies.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/22

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/28

D’autres éléments sont présents concernant des épisodes politiques, comme des images inédites des manifestations étudiantes à la faculté d’architecture en conflit avec la police en 1968. Il publiera un poème sur ces événements coédite avec Alberto Moravia sur la revue Nuovi Argomenti, opposant les jeunes policiers, issus du prolétariat du sud de l’Italie, aux bourgeois révoltés de 68.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/38

À la fin de la visite virtuelle nous pouvons accéder à un « bonus », le site nous renvoie à un blog The poetics of margin – blog of Pasolini Rome exhibition.  Composé en quatre catégories (cinéma, littérature, politique et Rome) il présente des vidéos d’interviews de grandes personnalités artistiques qui ont participé ou visité l’exposition aussi bien que d’autres contenus multimédia faisant le lien avec l’œuvre de Pasolini. En autre nous pouvons prendre des chemins de traverse en suivant Žilda, street artist rennais, dont les collages convoquent les fantômes de Pasolini au détour des ruelles de Rome.

Nous pouvons analyser donc ces deux expositions complémentaires, celle à la Cinémathèque et celle virtuelle, comme un exemple de démocratisation de l’œuvre d’art à travers la technologie selon le sens donné par le philosophe Walter Benjamin dans son essai L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1935).

D’après l’auteur la reproduction technique (essentiellement photographie et cinéma) rend accessible l’œuvre aux masses, perdant ainsi sa valeur aristocratique qui la caractérisait jusqu’à ce moment. Ce qu’il appelle l’Aura, son hic et nunc, un élément qui la situe dans une position préférentielle abordable seulement par une élite sélectionnée.

L’œuvre de Pasolini et plus particulièrement celle cinématographique, a été conçue dans cet esprit démocratique. Des films mettant en scène des classes populaires, destinés à tout public mélangé, non élitiste, échappant à quelconque pensée de masse, à laquelle l’artiste s’oppose durement.  Au contraire il envisage créer de l’art pour tous ceux qui sont intéressé par son message, indépendamment de leur classe sociale.

Suivant cette thèse, nous pourrions apercevoir cette exposition virtuelle organisée par avec le même regard. Sous une forme très simple et divulgatrice abordable à tous, plus de cents contenus multimédia entre photos, affiches, tableaux, manuscrits, films et vidéos sont présents, dont le principe premier est d’accompagner et de connaître au plus près Pasolini au long de sa vie multiple et foisonnante en tension permanente : celle d’un homme créant et luttant sur tous les fronts. Ces reproductions techniques nous permettent de voyager avec lui au cœur de ce qui constitue et définit son génie: l’amitié, la littérature, la politique, l’amour, le sexe, le cinéma. Mais, en même temps, l’exposition nous révèle également le sens politique et social de l’art multimédia en tant que nouvel instrument démocratique sur la suite des deux précédents, finalisé à concrète accessibilité de masse.