Archives par mot-clé : banlieues

Appel à communication  » Banlieues/Periferie : quelles représentations contemporaines des quartiers « sensibles »? »

Depuis les trente dernières années, le mot banlieue désigne l’inscription territoriale d’une question sociale, comme le souligne l’historienne experte de la banlieue parisienne Annie Fourcaut . Très en vogue dans les débats médiatiques et politiques, notamment depuis les premières émeutes urbaines médiatisées des années 1990 jusqu’à arriver aux plus violentes en 2005, les banlieues entendues comme quartiers « sensibles », semblent rassembler autour d’elles et de leur jeunesse surtout, les connotations les plus disparates et péjoratives : paupérisation socio/économique, ségrégation résidentielle, dégradation du bâtiment, violence et délinquance. Nombreux sont les sociologues, philosophes, urbanistes et ethnologues contemporains qui signalent l’apparition de nouveaux phénomènes, au-delà du cas français, dans cet espace urbain. Celui-ci se configure, au niveau mondial, comme un champ ouvert au sein duquel de nouvelles formes de lutte, d’occupation, de consommation, de nomadisme s’instaureraient. La rhétorique et les représentations liées à ces lieux sont donc devenues expression d’un malaise saisi par les spécialistes comme « épicentre du problème social contemporain » .
Le projet de ce colloque s’inscrit dans ce contexte d’actualité et vise à réfléchir sur les représentations sociales et artistiques contemporaines de ces lieux, incluant la littérature et les arts visuels tels que le cinéma, la photographie et les arts urbains. Ces formes artistiques sembleraient s’insérer dans une mouvance de contestation de l’autorité dominante par une remise en question de l’ordre établi. C’est pour cette raison que nous prenons en compte les discours critiques qui les accompagnent interrogeant la figure de l’auteur en tant qu’artiste responsable et/ou impliqué.
À ce titre, le projet s’insère dans le programme scientifique du laboratoire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) de l’Université de Tours intitulé « Les paradigmes de l’autorité » aussi bien que dans le projet de recherche de l’Université de Gênes (PRA 2014) intitulé : « Conflictualité urbaine et imaginaire littéraire du tournant du millénaire à aujourd’hui ».
On privilégiera la pluridisciplinarité dans les communications, aussi bien qu’une ouverture vers d’autres figurations des marges urbaines, non seulement européennes mais aussi mondiales.
Les trois pistes de réflexions autour desquelles nous pourrons travailler sont les suivantes :

Axe 1 : Réflexions socio-urbaines autour des zones marginales : des réalités « invisibles ».
Axe 2 : Au-delà du paysage, voyage en périphérie entre les arts visuels et la musique.
Axe 3 : Narrer les banlieues : quelle « implication » pour l’écrivain à présent ?

Le premier axe questionnera l’affirmation selon laquelle ces périphéries s’imposent désormais comme la nouvelle « question urbaine » . Depuis quelques décennies, en effet, émerge une topographie sociale toujours plus contrastée où les inégalités sociales et spatiales se mélangent créant des dispositifs d’exclusion. Pour le cas italien, l’architecte Renzo Piano et son équipe G124 viennent de présenter au Sénat un premier rapport annuel totalement dédié à la restructuration des périphéries de Rome, Catane et Turin, depuis longtemps abandonnées et tenues à l’écart. Au cours de la présentation il a affirmé que le véritable enjeu social des prochaines trente années est la transformation des périphéries en villes. Ce qui revient à dire que la question des banlieues est l’un des plus grands défis auquel toutes les sociétés contemporaines devront faire face. C’est donc sur la portée de ces récentes réflexions et recherches socio-urbaines que nous nous interrogerons pour commencer.
Le second axe de réflexion portera sur le rôle politique et social que les arts visuels (cinéma, vidéo, photographie, graffitis, arts numériques) et la musique (rap, slam et autres) jouent dans les multiples représentations des banlieues, qu’ils contribuent à la construction de clichés et de mythologies ou qu’ils s’attachent au contraire à les contester.
Le troisième axe accordera un espace privilégié à la littérature, en se focalisant sur ce que la critique appelle depuis les émeutes françaises de 2005 : « littérature des banlieues » ou « urbaine ». Nous rejoindrons alors la question du rôle de l’écrivain en tant qu’acteur dévoilant à travers ses fictions « critiques » un univers méconnu, ou connu seulement à travers l’image que nous en donnent les médias.

Le colloque aura lieu à l’Université de Gênes les 16 et 17 septembre 2015.
Les propositions de communications accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique doivent être transmises par courriel avant le 10 mai 2015.
Une publication des actes est prévue.

Langues acceptées : français, italien.

Calendrier :
envoi des propositions de communication : avant le 10 mai 2015
acceptation des propositions : 1er juin 2015
colloque : 16 et 17 septembre 2015

Comité scientifique :
Elisa Bricco (Università di Genova)
Serena Cello (Università di Genova)
Catherine Douzou (Université de Tours)
Christina Horvath (Oxford Brookes University)
Nancy Murzilli (Università di Genova/Institut français d’Italie)
Laura Reeck (Allegheny College)

Comité d’organisation :
Elisa Bricco, Serena Cello, Anna Fochesato, Nancy Murzilli (Università di Genova)

Contact :
colloquebanlit2015@gmail.com
http://banlit.hypotheses.org/

Mots clé : banlieues, quartiers sensibles, littérature, cinéma, art, photographie, cultures urbaines, hip-hop, urbanisme, sociologie.

Brève bibliographie :
Avenel, Cyprien, Sociologie des quartiers sensibles, 3ème édition, Paris, Armand Colin, 2010.
Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
Béthune, Christian, « Le hip hop : une expression mineure », Volume !, 8 : 2, 2011, en ligne http://volume.revues.org/pdf2728, consulté le 20/01/2014.
Carpenter, Juliet et Christina Horvath, Regards croisés sur la banlieue, Bruxelles, Oxford, Peter Lang, 2015.
Chaulet-Achour, Cristiane, « Banlieue et Littérature », in Situations de banlieue – Enseignement, langues, cultures, INRP, coll. « Education, politiques, sociétés », sous la dir. de M-M. Bertucci et V. Houdart-Merot, déc. 2005, p.129 à 150.
Cyrille, François, «Des littératures de l’immigration à l’écriture de la banlieue», Synergies Sud–Est européen, n°1, 2008.
Dikeç, Mustafa, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy, Oxford, Blackwell Publishing, 2007.
Fourcaut, Annie, « Les banlieues populaires ont aussi une histoire », Projet 4/2007 (n° 299), p. 7-15.
Hargreaves. Alec.G, Gans Guinone,A.M., « Au delà de la littérature beur ? », Expressions Maghrébines, revue de la CICLIM, Vol 7, n°1, 2008.
Horvath, Christina (ed.), Francosphères, 2014, vol.3, n°2.
Horvath, Christina, Le roman urbain contemporain, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2008.
Kokoreff, M., Lapeyronnie,D., Refaire la cité, Paris, Seuil, 2013.
Le Goaziou Véronique et Mucchielli Laurent, Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005. Édition revue et augmentée, Paris, La Découverte « Sur le vif », 2007.
Lepoutre, David, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.
Paquot, Thierry, Banlieues/Une anthologie, Lusanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2008.
Reeck, Laura, Writerly identities. In Beur fiction and Beyond, USA, Lexington Books, 2011.
Viart, D., Rubino, G., Écrire le présent, Paris, Armand Colin, 2013.
Viart D., Vercier B., La littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008.
Villechaise-Dupont, Agnès, Amère banlieue, les gens des grands ensembles, Paris, Grasset et Fasquelle, Le Monde de l’éducation, 2000, pp.266-267.
Vitali, Ilaria, Intrangers- Post-migration et nouvelles frontières de la littérature beur, Tome I, Bruxelles, Editions Academia, 2011.
Vitali, Ilaria, «De la littérature beure à la littérature urbaine: Le Regard des Intrangers», Nouvelles Études Francophones, Vol.24, N°1, Printemps 2009.
Wacquant, Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006.

Compte rendu journée d’études .Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaDepuis les trente dernières années, le mot banlieue désigne l’inscription territoriale d’une question sociale, comme dénote l’historienne experte de la banlieue parisienne Annie Fourcaut[1]. Très en vogue dans les débats médiatiques et politiques, notamment depuis les premières émeutes urbaines des années 1980 en passant par celles médiatisées de la décennie successive, jusqu’à arriver aux plus violentes en 2005, la banlieue semble rassembler autour d’elle et de sa jeunesse surtout, les connotations les plus disparates et péjoratives. De la peur des faubourgs et de la périphérie industrielle avec ses côtés violents, sombres, misérables (les Apaches, la Banlieue Rouge, les Blousons Noirs etc.) du siècle précédent nous sommes survenus à une rhétorique et à des représentations liées aux banlieues, ou mieux encore aux cités[2], devenues expression d’un malaise saisi par des spécialistes comme: « épicentre du problème social contemporain »[3] :

Dans le langage courant le mot ‘banlieue’ renvoie non pas à une entité spatiale précise, mais à une zone vaguement urbaine susceptible de qualifier tout secteur enclavé et tout groupement de population qui s’écarterait de la norme et se replierait sur lui-même. Le terme met en exergue le soupçon qu’inspire toute marginalité et son usage montre qu’il est confondu régulièrement avec celui de ‘quartier’, alors même que le périphérisme en question est plus social que géographique[4]

À ce propos le géographe et spécialiste des banlieues françaises Hervé Vieillard Baron nous propose de considérer le mot banlieue en tant que singulier conjugué au pluriel, en donnant cinq notions touchant plusieurs domaines : juridique, géographique, sociologique, culturel et enfin symbolique. Pour cela il est nécessaire de prendre en compte une lecture multiple de ce terme qui pendant le cours du temps a subi un glissement de sens.

C’est donc dans ce contexte que s’insère la journée d’études du titre « Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir » organisé par Ilaria Vitali au Département de Langues et Littératures Étrangères de l’Université de Bologne, ayant comme intérêt celui d’étudier les rapports entre ces marges périphériques les plus « sensibles », le politique et la littérature pour s’interroger sur les renouvellements des formes d’engagement à présent.

Laura Reeck (Allegheny College) a ouvert la journée avec une communication du titre Taking On the Center in Rachid Djaidani’s Rengaine. Ce film est le dernier effort de Rachid Djaidani fruit de plus de neuf ans de travail, tourné sans acteurs de profession, pour lequel il n’a obtenu aucun financement, ni sponsor également qu’aucun aide par les institutions cinématographiques françaises.

Paris est le cœur où se déroule l’histoire d’amour turbulente entre une femme arabe et un homme de descendance africaine. Pourtant la représentation de la ville aussi bien que l’histoire fait preuve d’un détachement de tout stéréotype et de transgression des tabous dans un jeu qui veut inverser les lieux communs, donnant un exemple de ce qu’on appelle accented cinema[5].  Un nouveau genre émergent que Hamid Naficy propose d’opposer aux films Hollywoodiens se caractérisant par le déplacement des metteurs en scène, leurs modalités de productions alternatives ainsi que leur style. Laura Reeck a ainsi montré l’ampleur de la déterritorialisation de Paris mise en place par Djaïdani à travers des scènes dévoilant une perspective décentrée, contribuant ainsi à la ré-conceptualisation du centre et de la marge.

Kathryn Kleppinger (George Washington University) est intervenue sur : Politics and Invention in Sabri Louatah’s Les Sauvages. Les Sauvages est thriller sociopolitique se déroulant pendant les élections présidentielles françaises de 2012. Les quatre romans tournent autour de la planification de l’attentat contre le futur premier président arabe Idder Chaouch ayant la capacité d’unir la nation grâce à son charisme et ses messages positifs. Cependant la situation subit un bouleversement lorsqu’un jeune d’origine algérienne tire dessus au candidat. Le climat s’assombrit tournant alors vers la violence des émeutes auxquels les institutions ne savent pas répondre.

Kathryn Kleppinger développe ainsi le thème de l’engagement romanesque de Louatah pour lequel au-delà d’un intérêt précis sur des personnages vivant dans les marges, il essaye de dépasser les questions ethniques et démontrer que le thriller et la comédie sociale peuvent à présent s’investir de thèmes sociaux contemporains. Bref ce que la littérature peut faire pour la sphère publique.

Engagement dans la « littérature de la banlieue » entre stratégies de dé stigmatisation et prise de parole. Christina Horvath (Oxford Brookes University)   aborde de son côté l’engagement des récits de fiction et non-fiction des banlieues pour faire face à la stigmatisation. L’écriture se fait ainsi porteuse des préoccupations de la société et des questions sociales sachant qu’il y a une urgence de la parole provenant de ces territoires. Quelles stratégies d’écriture sont donc mises en place ? Elle en entrevoit trois : de l’extérieur pour démasquer le clivage social ; de l’intérieur afin de de-stigmatiser les clichés véhiculés sur la banlieue, et enfin la parole donnée aux résidents en tant qu’acte d’empowerment.

La deuxième session est ouverte par Simona Barello (Université Paris IV-Sorbonne) avec une communication du titre J’écris donc je suis: voile, engagement ou engagement voilé?. Dans la dernière décennie la fonction du voile a changé remarquablement dans l’usage qu’en font les jeunes femmes issues de familles musulmanes habitant les banlieues françaises.

Après avoir été trop facilement réduit à marque d’obéissance et de soumission pendant longtemps, pour certaines filles le voile est devenu bannière de l’orgueil de leur origine et appartenance culturelle, comme pour la protagoniste de l’épisode Quai de Seine du film Paris je t’aime (2006).

À partir des situations présentées dans le film Douce France (1995) de Malik Chibane  et dans le récit Dans la peau d’un teug (2013) de Nargesse Bibimoune, Simona Barello a analysé les formes de cet engagement dans toute leur ambiguïté et ses contradictions face à la société française aussi bien qu’à la vie quotidienne des jeunes femmes dans les soi-disant « quartiers sensibles » comme dans les « centres ».

Engagement délibéré ou implication nécessaire? Romancer les banlieues à présent Serena Cello (Université de Gênes / Université F. Rabelais de Tours) essaye d’apporter une réponse en analysant le corpus de douze romans appartenant à la « littérature des banlieues » publiés en 2006. Au delà du débat taxinomique, la spécificité de ces narrations consiste dans le fait de donner une représentation sur les réalités actuelles des banlieues « sensibles ». En effet, la raison qui pousse ces écrivains est l’urgence de la parole, la volonté de dénoncer en portant à la connaissance d’un plus large public une situation critique restant souvent un tabou, dans laquelle vit une multitude de gens qu’ils définissent comme oubliés tout en déconstruisant les stéréotypes médiatiques et les visions catastrophiques. Ces narrations au-delà d’une conception anachronique d’engagement sartrien, paressaient se lier à la notion de « fictions critiques » où l’écrivain s’impliqué en tant que citoyen pour dévoiler une vérité « peu » ou « mal » connue.

En clôture de cette journée d’études, Ilaria Vitali (Université de Bologne) a traite la problématique de La banlieue des enfants: petits narrateurs engagés dans trois narrations : Le Gone du Chaaba (1986) d’Azouz Begag, Samira des quatre-routes(1999) de Jeanne Benameuret et le Petit Malik (2008) de Mabrouck Rachedi. Les trois romans traversant les trente dernières décennies sembleraient liées par un fil rouge.

En effet, tous les trois enfants protagonistes racontent un monde loin des clichés. Qu’il s’agisse de démêler une identité complexe ou de réhabiliter un «quartier sensible», ces «petits narrateurs engagés» exposent leurs préoccupations, luttent pour leurs causes et réinvestissent à leur manière des formes d’engagement sédimentées. Situés aux marges de la ville ainsi que de la communauté adulte, ils sont bien placés pour fournir de nouvelles grilles d’interprétation du monde qui les entoure.

 


[1] Annie Fourcaut, « Quelle était belle la banlieue… », L’Histoire, n°315, 2006.

[2] Nous nous referons à la cité dans le contexte des quartiers populaires, voire sensibles, comme un ensemble d’immeubles formant un tout homogène d’un point de vue architectural, social, économique à l’intérieur du quartier urbain défavorisé, détournant ce vocabulaire de son sens originel, celui d’une ville et de la communauté solidaire de ses citoyens.  Definition du Dictionnaire Larousse 2013 : « Nom donné à des ensembles d’immeubles, de maisons formant un tout homogène ou ayant une même destination ».

[3] Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.

[4] Ibidem.

[5] Hamid Naficy, An Accented Cinema: Exilic and. Diasporic Filmmaking, Princeton and Oxford: Princeton University Press, 2001.

Livre: Periferie. Da problema a risorsa

Ce livre publié en 2009 par l’éditeur Sandro Teti est né de la rencontre de Franco Ferrarotti et Maria Immacolata  Maciotti. Le premier doyen de sociologie, fondateur en 1951 des célèbres « Quaderni di sociologia » enseignant depuis 1961 de sociologie à l’Université de Roma « La Sapienza ». Macioti est depuis 1976 professeur auprès de la faculté de « Sciences de la communication » à « La Sapienza ».

Leurs recherches rendent compte d’un voyage parmi les périphéries du monde et plus particulièrement de Rome en tant que lieux de confrontation, collisions et contaminations. Des endroits où l’incertitude, le désordre mais aussi la nouveauté, la créativité et une vivacité inné.

L’introduction donnée par le sociologue Khaled Fouad Allam est lucide et désarmante. Autrement dit, nous serions face à une nouvelle « question urbaine » qui représente en ce début de siècle ce qui fut la « question sociale » au début du XX siècle.

La logique centre-périphérie s’est progressivement annulée, cédant la place à un plus ample désordre urbain animé par la violence et la naissance de nouvelle frontières symboliques qui utilisent l’idée cde culture et les appartenances ethniques et religieuses (gated communities) pour construire des frontières mentales dans le territoire urbain.

La crise des banlieues est donc l’image de la perte des racines et de l’identité ainsi que de forte solitude. Des contextes qui cachent des drames de vie le plus souvent silencieux. Il faut redéfinir les périphéries, repenser, réinventer ces lieux qui nécessitent d’une solution on ne peut plus urgente.

 

PERIFERIE DA PROBLEMA A RISORSA

Franco Ferrarotti e Maria Immacolata Macioti
Préface : Flavio Albanese
Introduction : Khaled Fouad Allam
Pages: 168
Prix: € 17,00
ISBN 978-88-88249-17-9

« La Marche », parlons-en!

Lors de la célébration de ses trente ans, La Marche, dernière production cinématographique du réalisateur belge Nabil Ben Yadir, vient de sortir dans les salles françaises le 27 novembre, donc parlons-en !

Il s’agit de la première réalisation librement inspirée de la marche antiraciste pour l’égalité et contre le racisme, partie de la banlieue lyonnaise de Minguettes le 15 octobre 1983 et arrivée à Paris le 03 décembre 1983.

Le film s’insère dans un contexte sombre et xénophobe, avec la chanson Hexagone de Renaud comme fond sonore «la France est un pays de flics […] pour faire règner l´ordre public ils assassinent impunément», le jeune Mohamed (Tewfik Jallab équivalent du vrai Toumi Djaïdja) est agressé par un chien d’un policier qui finalement lui tire dessus, un soir dans le quartier de hautes tours de béton des Minguettes, à Vénissieux. Après cet événement personnel, aussi bien qu’à la suite d’une série de crimes racistes contre les jeunes d’origine arabe sur tout le territoire français dans les premières années quatre-vingts, il décide, avec son association SOS Avenir Minguettes, d’entamer une longue marche pacifique inspirée des luttes de Martin Luther King et Gandhi vers Paris, passant par les grandes villes françaises, soutenue entre autres par des militants dont, en première ligne, le père Christophe Dubois (Olivier Gourmet équivalent du vrai père Christian Delorme).


Pour ceux qui connaissent l’histoire, dès le début la marche se présente comme une fiction et non pas comme un documentaire. La reconstruction n’est pas toujours conforme à la réalité, comme par exemple la non-veridicité du nombre et des noms des personnages, aussi bien que certains des faits racontés. Cependant le contexte est bien réel, celui de la crise économique, de la fermeture des usines, de la montée du chômage, de la pauvreté qui caractériseraient les catégories les plus fragiles du tissu social, comme conséquence de la fin des très connus Trente Glorieuses. (Sur le sujet il vient de paraître un essai d’un collectif d’historiens, qui donne un aperçu critique sur cette période «mythifié» : Une autre histoire des Trente Glorieuses : Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerreEd.La Découverte)

Avec les lois concernant l’arrêt de l’immigration « de travail » en 1974 et les politiques dites du « regroupement familial » de 1976, les immigrés ne sont plus seulement une force de travail «temporaire», mais ils s’installent durablement en France avec leurs familles et faute de moyens financiers, ils le font dans des milieux très populaires. Leurs jeunes fils sont la cible d’une montée des discriminations, ils rejettent l’appellation d’«immigré de deuxième génération», leur désir est d’être considérés comme des citoyens français à part entière et donc intégrés totalement dans la société dans laquelle ils ont vécu.

La question des banlieues « sensibles » commence donc à apparaître sur la scène politique et sociale avec les premières émeutes urbaines et les affrontements des jeunes avec les forces de l’ordre dans la cité de Minguettes en 1981. En attaquant le gouvernement sur la question de l’immigration et de la sécurité, le Front National obtient du consensus, arrivant à plus 16% au premier tour des éléctions municipales à Dreux en 1983 comme il est évoqué dans le film.

C’est l’époque d’une forte violence policière, de rejet de l’immigré, le film évoque les nombreux jeunes arabes victimes d’actes de violence, dont l’épisode de la croix gammée sur le dos de Monia, inspiré d’un événement ayant eu lieu avant la Marche (le 30 mai 1980 à Bondy sur la personne de Mohamed Messaoudi, 19 ans). Un deuxième cas évoqué est l’atroce lynchage d’un Arabe par des jeunes légionnaires à bord du train Bordeaux-Vintimille.

Après un début silencieux, ces jeunes de toutes origines confondues mais surtout Maghrébines,d’ou le mot marche des beurs (verlan d’arabe), arrivent à Paris avec un cortège de 100.000 personnes. L’événement fait la une de la presse écrite et télévisée, ils sont accueillis en fanfare par les membres des partis de gauche, et par plusieurs associations ainsi que par Georgina Dufoix, Secrétaire d’Etat à la famille et aux immigrés et enfin par le Président de la République François Mitterand, qui leur concède les revendications réclamées. En outre, le développement social des quartiers sera désormais considéré comme une priorité nationale. (Vidéo INA http://www.ina.fr/video/LXC00011694: et http://www.ina.fr/video/CAB8301925401/marche-pour-l-egalite-et-contre-le-racisme-video.html).

Cette marche devient le symbole de la reconnaissance sociale de ces jeunes, leur consacrant le plein accès à la citoyenneté. Comme l’écrit l’historien Mohamed Harbi, « l’année décisive [dans la francisation des immigrés algériens], c’est 1983 : la marche pour l’égalité enterre définitivement l’idée du retour»1 Nombreuses associations voient le jour dans les mois suivants afin de maintenir vifs ces propos, dont SOS racisme au slogan « Touche pas à mon pote »  né en 1984 accusée par contre, d’être trop politisée par le Parti Socialiste et à laquelle aucun des organisateurs de la marche ne participera, comme il est cité dans le générique de fin du film.

Des questions se posent alors : est-ce que ces  propositions sont toujours actuelles ? Quelles constatations pouvons-nous faire à la célébration des trente ans? Au  début,  cette marche ne concernait qu’une partie de la population: celle des fils d’immigrés maghrébins (pour la plupart), mais maintenant la palette semble avoir augmenté concernant tous ceux qui, malgré les efforts et les politiques conduites dans ces dernières décennies, continuent à revendiquer la liberté, l’égalité et la fraternité sur le sol français.

Plusieurs sociologues sont revenus sur ce sujet, notamment après les émeutes urbaines dans les quartiers « sensibles » de 2005, voyant malheureusement un lien avec les actuelles jeunes générations des « cités », soi-disant la faillite d’un projet: «La révolte de ces Français, qu’expriment ces émeutes, souligne à quel point la question de la reconnaissance des populations issues de l’émigration des anciennes colonies, posée en 1983 par la Marche pour l’égalité et contre le racisme, a peu progressé dans le débat public » (Beaud et Masclet 2006).

Si certains sociologues et chercheurs traitent de l’existence de vrais ghettos français sur le modèle américain (D.Lapeyronnie 2008; L.Bronner 2010) d’autres préfèrent parler plutôt de la naissance d’un processus de ségrégation et d’une dynamique séparatiste, renforcés aussi par les médias coupables à leurs avis d’instaurer un système circulaire construisant la peur et stigmatisant ces lieux en zones de « non-droit ». (R.Castel 2007, H-V.Baron 2011).

Certes, le panorama n’est pas idyllique, plusieurs situations se sont dégradées dans ces lieux, tel qu’un appauvrissement socio-économique des classes populaires, un habitat social beaucoup moins hétérogène en termes de groupes sociaux et plus abimé que dans les années 1960-1970, et enfin une dissolution du tissu associatif et militant aussi bien qu’une fracture politique avec les partis de gauche, qui n’ont pas su répondre positivement aux demandes et aux revendications de ces jeunes, les éloignant encore plus de la sphère décisionnelle.

Les nouvelles générations dont les parents sont d’origine immigrée, surtout maghrébine et sub-saharienne, sont pour la plupart nés sur le sol français, donc citoyens de la République, mais ils souffrent d’un handicap, d’un stigmate, celui d’appartenir à une minorité ethnique. Ils subissent des discriminations sur plusieurs niveaux: en contact avec les forces de l’ordre (délit de faciès), à l’émbauche, à l’école et aussi par rapport à la religion (R.Castel,2007). Ce qui nous apparaît plus évident actuellement par rapport à la Marche, est une amère déception et désespoir pour l’avenir de la part des jeunes générations, ce qui dénote un manque de prise de parole ainsi que de volonté politique. Ils se révoltent mais ils n’arrivent pas à s’exprimer, à proposer. Au contraire, la génération précédente s’est mobilisée socialement et politiquement, agissant contre l’invisibilité et le déni d’existence sociale et politique de leurs parents, traités comme des «travailleurs immigrés», un passage d’ailleurs repris dans le film lorsque, dans un premier temps, ces derniers s’opposent à l’idée d’une marche. Ces jeunes avaient pris conscience de participer à un événement historique qui pouvait changer leurs conditions de vie.

Dommage que le film, n’ait pas pu aller au delà du simple constat des faits pour aborder plus en profondeur ces thématiques qui sont encore tout à fait actuelles. Sa vocation est restée plutôt «didactique», ne dépassant pas un premier niveau de lecture, répondant  à des contraintes cinématographiques, s’adressant au grand public français qui apparement n’a jamais connu la portée de cet événement historique. En effet, selon un sondage OpinionWay réalisé pour la Licra et publié le 2 octobre 2013, seuls 19 % des Français disent avoir entendu parler de la Marche pour l’égalité et contre le racisme.

Donc, pour La Marche aucune reconstruction fidèle et historique est mise en place, il s’agit plutôt d’une évocation. C’est le message qui compte, probablement un peu trop manichéen, suivi de slogans : « La haine n’est pas une réponse« , »il faut toujours marcher« , même si dans une récente interview, le père Christian Delorme affirme se reconnaître dans le personnage qui le représente. (écouter l’émission Olivier Gourmet et Christian Delorme pour le film « La Marche »).

Dernières parutions sur le sujet:

Bibliographie:

Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.

Beaud Stéphane et Masclet Olivier, « Des « marcheurs » de 1983 aux « émeutiers » de 2005  » Deux générations sociales d’enfants d’immigrés, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2006/461e année, p. 809-843.

Bronner, Luc, La loi du ghetto, Paris, Calman-Levy, 201.n

Castel, Robert, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Seuil, 2007.

Lapeyronnie, Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.

  1. Cité dans Bourtel, K et  Vidal, D., Le mal-être arabe. Enfants de la colonisation, Marseille, Éditions Agone, 2005, p. 78. []