Archives par mot-clé : banlieue

« Banlieue » Exposition d’art à Milan

L’Institut français Milano et l’Associazione ArtGallery présentent l’exposition d’art collective « Banlieue » organisée sous la direction de Federica Morandi. Des artistes italiens et français : Ador&Sémor, Michele Guidarini, Massimiliano Petrone, Sanja Milenkovic, Jacopo Prina, Giulio Vesprini e Silvano Belloni presenteront leurs oeuvres nous feront découvrir les banlieues françaises dans toute leur richesse

Cette exposition qui inaugurera avec le vernissage le 4 février 2015 à 18.30 au “Palazzo delle Stelline” -Corso Magenta 63 à Milan (siège de L’Institut français de Milan), s’interrogera sur la valeur et le concept de périphérie/banlieue dans nos jours. En effet, la banlieue prise dans son sens large est à concevoir non seulement comme limite géographique « Extra muros » au-delà de la ville, mais en tant que lieu d’échange et berceau de nouvelles formes d’expression.

L’exposition sera visitable du 4 février au 6 mars 2015

Mardi – vendredi 15.00 – 19.00

Informations :

http://institutfrancais-milano.com/it/eventi/arte-fotografia

http://www.fmap.it/

Journée d’études / One Day Conference Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaJournée d’études / One Day Conference

Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

11 décembre 2014

http://www2.lingue.unibo.it/francofone/banlieues/index.html

Dans l’ouvrage Le pays de la littérature (2003), Pierre Lepape souligne qu’en France plus qu’ailleurs politique et création littéraire sont liées intimement depuis les Serments de Strasbourg (841). Mais que se passe-t-il quand, dans un pays fortement centralisé comme la France, politique et pouvoir ne sont plus représentées par les écrivains situés dans un « centre » symbolique, mais plutôt par ceux qui se placent à titres divers (ethnique, social, culturel) dans les « marges » ?

Cette journée d’études propose d’analyser les représentations politiques et les pratiques d’engagement et de résistance des auteurs provenant de la marge française par excellence : la banlieue.

Espace liminal d’exclusion/inclusion, interne et en même temps externe à la ville, la banlieue française doit son nom au droit féodal, selon lequel elle désigne un territoire annulaire de l’ampleur d’une lieue (environ 4 km) autour du domaine seigneurial où s’exerce le droit de ban. Cela dit, ce terme a été re-sémantisé par de nombreux écrivains et artistes qui le reconduisent à l’ancienne pratique de la mise au ban, en soulignant ainsi la forte tendance ghettoïsante à la base de l’organisation architectonique, sociale et culturelle de ces espaces suburbains. Habitée aujourd’hui par de « nouveaux Français », d’origines autres, la banlieue devient le territoire idéal pour examiner la représentation littéraire du pouvoir et la mise en œuvre de formes d’engagement inédites qui, à partir de pratiques de résistance sédimentées, acquièrent maintenant de nouveaux sens. A presque dix ans des émeutes des banlieues qui ont marqué l’automne 2005, considérées en France les plus significatives après mai 1968, cette journée d’études propose de faire un tour d’horizon, en prenant en considération les aspects multiples de la « parole des marges » à travers l’analyse de quelques auteurs parmi les plus représentatifs du panorama actuel.

Intervenants

Laura Reeck is Associate Professor of French at Allegheny College. Her research interests include the Beur/banlieue literary and cultural field, ethnic minority writing in France, the harkis in literature, and contemporary literary movements. She is the author of Writerly Identities in Beur Fiction and Beyond (Lexington Books, 2011 ; paperback 2013).  Recent articles and chapters have appeared in Contemporary French and Francophone Studies, Francophone Postcolonial Studies, Hommes et migrations, and Sefar.

Kathryn Kleppinger is Assistant Professor of French and Francophone Studies at The George Washington University. She has previously published articles on the media construction of ‘beur’ literature, the social and political stakes of writing by Alain Mabanckou and Léonora Miano, and the Littérature-Monde Manifesto. Her book, Branding the ‘Beur’ Author: Minority Writers and the Media in France, 1983-2013 is forthcoming from Liverpool University Press.

Christina Horvath est docteur en littérature française de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et maître de conférences en études françaises à l’Université Oxford Brookes. Spécialiste de la littérature française contemporaine et auteur d’un ouvrage sur le roman urbain contemporain en France, elle travaille actuellement sur une monographie portant sur les récits de banlieue. Co-fondatrice de Banlieue Network, elle a organisé deux colloques interdisciplinaires sur la banlieue, ainsi que deux workshops, une résidence d’été dans le département 93 et une exposition d’art intitulé « Voix et images de la banlieue ».

Simona Barello est chercheuse indépendante. Elle collabore avec des universités européennes et américaines, parmi lesquelles la Sorbonne Paris IV, New York University, Iowa State University. Ses recherchent portent sur les questions identitaires et d’hybridité culturelle aussi bien que sur la subversion des canons littéraires. Elle a publié plusieurs articles et l’essai At the Margins of the Margins: Female Identities within Beur Literature and Film (2009). Elle est aussi traductrice et récemment s’est occupée de l’édition italienne de Nine Unlikely Tales de Edith Nesbit et du dossier sur la littérature italienne de la revue Siècle XXI à paraître au printemps 2015.

Serena Cello. Née en 1986, elle est actuellement doctorante en Langues, Cultures et Technologies de l’Information et de la Communication à l’Université de Gênes (Italie) et en cotutelle avec l’Université François Rabelais de Tours en Langues arts et humanités – littérature française (E.A. 6297 – Équipe Interactions Culturelles et Discursives (ICD). Sujet de thèse : « La littérature de « banlieue » : un engagement littéraire contemporain » sous la direction de Mme Elisa Bricco et Mme Catherine Douzou. Elle est aussi membre de l’ARGEC, Atelier de recherches génois sur l’écriture contemporaine. Blog de thèse : http://banlit.hypotheses.org/.

Ilaria Vitali est Docteur en littératures française et comparée de l’Université Paris IV-Sorbonne et de l’Université de Bologne, où elle est actuellement «Assegnista di ricerca Senior». Ses recherches portent sur la circulation et à la réécriture des classiques, sur les écritures migrantes et sur la «banlieue littéraire» (La nebulosa beur, 2014; Intrangers, 2011;  Aritmetica dell’emigrazione, 2003). Traductrice du français vers l’italien, elle a contribué à faire connaître en Italie plusieurs écrivains liés aux banlieues, dont Rachid Djaïdani, Samuel Benchetrit, Saphia Azzeddine et Mabrouck Rachedi.

 

Colloque international : La banlieue loin des clichés : Nouvelles Voix, Images and Identités émergeant à la périphérie des villes françaises

Voici le programme du colloque auquel je participerai avec une communication di titre : « Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement »Banlieue Project Conference poster

 

3-4 April 2014, Oxford Brookes University

Conference Programme

Thursday 3rd April 2014

9.00 – 9.15 Welcome by Juliet Carpenter and Christina Horvath (Banlieue Network)

9.15 – 10.15Keynote by Professor Edward Welch(University of Aberdeen)Apprehending the banlieueLes Passagers du Roissy-Express and the politics of spatial enquiry

 

10.15 – 10.40       Tea and coffee in the Dining Room

 

10.40 – 12.30Session 1. Music Room   Chair: Isabelle GalichonCommunautés, Voix, Participation /Communities, Voices, Participation
Barbara Morovich(ENSAS-Strasbourg)Participation, négociation et réception : quartiers populaires et projets dans l’espace public
Juliet Carpenter(Oxford Brookes – ENS Lyon)Listening for ‘unheard voices’?Giving a voice to the banlieues through community participation in urban regeneration
Beth Epstein(NYU Paris)In Defense of «Social Mixing»: Cosmopolitan Hope from Below
Bruno Levasseur (Roehampton University)Décentrer l’étude des représentations des banlieues au 21è siècle: vers une approche ordinaire des productions culturelles suburbaines 

 

12.30– 13.50       Lunch at the Brookes Restaurant

14.00–15.30 Session 2. Music RoomChair: Anaïs MarshallApproches comparatives et holistiquesComparative and holistic approaches 14.00–15.30 Session 3. Green RoomChair: Beth EpsteinVoix cinématographiquesCinematographic voices
Alex B. Schafran(University of Leeds)Representing the Banlieue: Adventures in a massive territory  Aline Caillet(Université Paris I)Chemins de traverse
Paul Kirkness(University Of Edinburgh)The right to the cité: Displaying place attachment in two French housing estates Joe Bender(Harvard University )En direct avec les immigrés: Self-Representation and Intervention in the Films of the MohamedCollective
Daniel Laforest(University of Alberta)Narrating Digital Urbanism project  

 

15.30– 16.00       Tea and coffee in the Dining Room

Session 4. Music Room Chair: Edward WelchÉcrire contre ou avec les clichés / Writing against or with clichés
Elise Bouhet(Trinity College, SUNY, Albany)Reconstruire les banlieues. Déconstruire les clichés
Christina Horvath(Oxford Brookes)Les lieux-clichés dans l’espace romanesque de la banlieue
Mourad Khelil /Skander Kali(Université Paris IV-Paris Sorbonne)De l’utilité des clichés pour raconter la banlieue

 

18.00-20.00         Glass Tank Gallery, Oxford Brookes

Private view of the exhibition ‘Voices and Images from the Banlieue’

Book Launch event with writers Mamadou Mahmoud N’Dongo and Skander Kali

Refreshments / Vin d’honneur

Friday 4th April 2014

 

9.30 – 10.30 keynote by Mohamed Mechmache(ACLEFEU) +1“La démocratie ne se fera plus sans nous » : la participation des habitants dans la politique de la ville

10.30 – 10.50       Tea and coffee in the Dining Room

10.50 – 12.20Session 5. Music roomChair: Christina HorvathVoix collectives-voix individuellesCollective-Individual voices 10.50 – 12.20Session 6. Green roomChair: Barbara MorovichMedia et stigmatisationStigmatisation and media
Isabelle Galichon(Université Bordeaux III)« Restaurer la voix »Le récit de soi comme résistance éthique face à l’invisibilité politique  Mehdi Derfoufi(Université de Lyon I)De Zidane le « grand-frère » à la trahison nationale:Les constructions médiatiques des garçons des banlieues
Serena Cello(Universités de Gênes et François Rabelais de Tours)Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement   Dorothée Bertenhoff(Philips-Universität Marburg)A l’encontre de l’opinion véhiculée par les médias : une perspective de l’intérieur – La littérature (issue) des banlieues  
Chikako Mori(Hitotsubashi University Tokyo)Les banlieues, un espace sans écriture ? Place de l’écriture dans les « pratiques culturelles de banlieue » Yannick Hascoet(Université de Lyon, UMR5600)La mise en valeur d’un espace stigmatisé. Le rôle des artistes et de touristes « hors des sentiers battus » dans la légitimation des quartiers Nord de Marseille

 

12.30–13.50        Lunch at the Brookes Restaurant

14.00- 15.30 Session 7. Music Room Chair: Chikako MoriEntre littérature et musiqueBetween literature and music
Sarra Khaled(Universités de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis / de la Manouba- Tunis)Grand Corps Malade: la voix poétique de la banlieue
Bettina Ghio (Université Paris 3)La représentation de la banlieue dans le rap français : vérité du réel ou perspective littéraire ?
Helena Zubcekova(Université Masaryk, Brno,)Lexique identitaire homophonique dans le rap français.Analyse qualitative des chansons de Diam’s, MC Solaar et Rohff.

 

15.30– 15.50       Tea and coffee in the Dining Room

15.50- 17.00Session 10.Music RoomChair: Juliet CarpenterBanlieues: sites of diversity / Banlieues: sites de diversité
Anaïs Marshall, Laure Cormier(Université Paris13-Nord)Natures en banlieues : vecteurs d’appropriation de territoire ?
Dominique Lanni(University of Malta)« J’ai de mes ancêtres gaulois… » ou les voix de la banlieue à l’épreuve de l’héritage littéraire national
Anaïs Stampfli (Université Grenoble III)La banlieue d’après la plume guadeloupéenne de Frankito : humour, poésie et vitalité…

 

17.00-17.30         Closing remarks / Clôture

 

 

 

 

 

Ali, portrait d’une jeunesse banlieusarde italienne

  Né à Rome en 1978, Claudio Giovannesi obtient en 2002 un Master en Lettres Modernes à l’Université de Rome, puis il fréquente le « Centro Sperimentale di Cinematografia ». A côté de son activité cinématographique, de 2001 à 2004 il a travaillé à RadioRAI, puis il a publié des critiques de cinéma et il a collaboré pour le programme télévisuel Blob. Parmi ses films: Caino (2002); Welcome Bucarest (2007), La Casa sulle Nuvole (2009), son premier long métrage, remporte plusieurs prix au Festival du Film de Bruxelles et au Festival du Film Italien de Villerupt. En 2009, il s’intéresse aux questions de l’adolescence et de l’intégration sociale dans la société italienne et plus précisément dans les banlieues de Rome pour son documentaire Fratelli d’Italia, qui reçoit une mention spéciale au Festival de Rome. Quatre ans plus tard, il poursuit sa réflexion sur ces mêmes thématiques et les mêmes acteurs protagonistes  pour réaliser sa fiction Ali a les yeux bleus (2013) qui a été récompensé au festival international du Film de Rome en 2012 avec le Prix de la Meilleure première et seconde œuvre ainsi que le Prix Spécial du Jury.

Ici aussi la banlieue reste une source d’inspiration, pour raconter une histoire qui se déroule pendant une semaine dans la banlieue d’Ostie, sur le littoral qui jouxte Rome. C’est ici qui à eu lieu le meurtre du cinéaste Pier Paolo Pasolini en 1975. Ali a les jeux bleus est d’ailleurs un poème de Pasolini faisant notamment partie du recueil Prophétie publié en 1962, dans lequel le poète imagine, avec aisance et grande lucidité, l’avenir italien, la pluriethnicité avec l’arrivée des nouveaux immigrants provenant des pays du sud.

Giovannesi nous plonge dans la vie d’un jeune garçon de seize ans Nader, entre les copains, l’école, les virées chez les prostituées. Nader est Égyptien mais il est né à Rome, il est amoureux d’une Italienne, Brigitte. Loin des traditions de sa famille, du Ramadan, de la prière et de l’interdiction de la viande de porc, c’est pour cet amour « impossible » qu’il s’enfuit de sa maison, contre l’avis de ses parents qui le voudraient marié à une femme égyptienne.  La vie dans la rue n’est pas facile, c’est pour défendre son ami Stefano, qu’il plante la lame d’un couteau dans un jeune Roumain. Comme il est recherché, il doit se cacher et dormir sur la plage, en plein hiver. Là, il commence à faire face à toutes ses contradictions identitaires. Il se sent avant tout italien : il porte des lentilles teintées bleues, et surtout il est nettement fasciné par la société de consommation. Pourtant les contradictions l’enferment, il en vient à tirer sur son ami Stefano parce qu’il tourne autour de sa sœur, afin de défendre la seule valeur qui le hante : l’honneur, comme un parfait intégriste.


Ali a les yeux bleus
Ali a les yeux bleus Extrait vidéo VO

Le clin d’œil à Les Ragazzi (1958) les premiers romans de Pasolini sur la jeunesse du sous-prolétariat est bien évidente, Giovannesi cherche le réalisme le plus cru, à travers l’usage du dialecte romanesque lui-aussi et l’utilisation des acteurs non-professionnels, et s’inspirant au vécu réel (l’histoire est bien vraie) de ces jeunes.

Cependant il certifie la mort de la vision poétique du maître, pour au contraire confirmer celle sociologique, celle des Scritti Corsari, où Pasolini dénonce le conformisme et l’abandon des différences entre les classes sociales comme une capitulation étique et politique afin d’une conformation, d’un camouflage dans les nouveaux valeurs de la société capitaliste de masse, bourgeoise où le seul roi est l’argent.  Nous pourrions ici entrevoir une dénonciation de la crise des valeurs, d’égarement d’une jeunesse en solitude à la marge, entouré par la micro criminalité, la délinquance fruit (pour le magistrat Denis Salas dans le cas de la jeuensse française ) « d’un décrochage des quartiers par rapport à la vie sociale, forme désespérée, chronique autodestructrice et fortement territorialisée de survie avant tout collective »[1]. Elle semblerait s’instaurer comme la contrepartie du malaise social et économique qui affecte ces jeunes, mais aussi comme une forme autre de socialisation, loin de la famille ou des institutions, qui permettraient, au contraire, de trouver une place dans le groupe et le quartier.

Ces jeunes protagonistes commettent des actes de vol en bande pour survivre et parfois aussi pour s’amuser sous prétexte, peut-être d’un ennui dominant. Il peut s’agir de « petits » trafics de survie, de business d’objets volés, jusqu’à toucher des réseaux plus importants et revenus majeur, dans l’espoir de promotion, ccomme dans le cas du pistolet acheté par Nader. Dans une logique de capitalisme sauvage, ces actes leur donnent l’accès aux ressources matérielles pour participer à la société de consommation  sans lesquels ils y seraient exclus, tout en suivant une « solidarité délinquante »[2], à savoir la participation à un modèle alternatif de réussite sociale.

Ce qui lui manque est la vision d’un avenir meilleur, d’un projet de vie. Aucun progrès, ni révolution sont malheureusement envisagés, mais au contarire une éternelle conduite misérable.


[1] Salas, Denis, « La délinquance d’exclusion », Les Cahiers de la sécurité intérieure, Paris, IHESI, La documentation française, n°29, 1997.

[2] Sauvadet, Thomas, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Armand Colin, coll. « Sociétales », 2006.

La banlieue romaine de Pasolini

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014 la Cinémathèque française dédie une exposition à une grande figure intellectuelle et artistique italienne, du XXème siècle, celle de Pier Paolo Pasolini. Elle trace 25 ans de vie romaine de l’auteur, dès son débarquement du Frioul en gare de Rome avec sa mère Susanna en janvier 1950, jusqu’à son assassinat un matin de novembre 1975 sur la plage d’Ostie.

La visite s’enchaine sur six sections correspondant aux périodes le plus marquantes de sa vie dans la capitale, en commençant par la première, dédiée aux années 1950-1954 au moment où il est contrait à quitter son village puisque déshonoré, viré du parti communiste et des on travail d’enseignant pour sa conduite homosexuelle. C’est à cette époque de grande misère qu’il connaît  et partage les conditions de vie des classes pauvres dans les banlieues romaines, en s’installant dans les « borgate », qui deviendront ensuite le cadre et le sujet de ses tournages et pour lesquelles il tombera amoureux jusqu’à affirmer « Rome est divine ».

Cette longue histoire nous est racontée à l’aide de la voix du poète. En effet, à travers des extraits d’interviews transmises par les hautparleurs présents dans chaque salle, nous sommes presque guidés par ses pensées. Tout en passant par ses grandes rencontres littéraires (Moravia, Morante, Calvino, Sartre), cinématographiques (Rossellini, Bolognini) et artistiques (Laura Betti, Maria Callas) qui marqueront sa vie dans les années 1960 et 1970, nous suivons un parcours riche d’images. Nous les voyons aussi à travers des reproductions des cadres de salles de spectacles ainsi que des instruments et équipements de l’époque, tel qu’une vraie voiture (Fiat 1100) transformée en écran ou un vrai mixer de reproduction audiovisuelle.

Nous trouvons non seulement des documents sur support papier tel que ses poèmes, ses lettres et des articles originaux, mais nombreux sont les extraits de ses films dont notamment Acattonne(1961), Mamma Roma(1962), La Ricotta (1963) ainsi que des interviews, des journaux télévisés de l’époque, des enquêtes auxquelles on peut accéder grâce à des casques et des écrans situes tout au long du parcours.

Ce qui résulte intéressant à coté de cette visite, est l’exposition numérique complémentaire accessible depuis le site www.pasoliniroma.com.

En cliquant sur l’affiche principale qui montre l’artiste jouant au football en banlieue, nous sommes plongés au cœur de la ville à travers un plan interactif. Grâce à cinquante adresses et dates emblématiques de la Rome pasolinienne nous pouvons nous déplacer à notre guise, en visitant ses faubourgs avec les yeux du poète. Nous pouvons suivre le plan géographique ou bien la ligne du temps en-dessous, tout en sachant que chaque repère coloré correspond à sept thématiques différentes :

–          Vert : Maisons et déménagements

–          Orange : Pasolini écrivain

–          Jaune : Vie sociale et intellectuelle

–          Rouge : Politique

–          Céleste : Filmographique (Accattonne, Mamma Roma, La Ricotta, Des oiseaux petit et gros)

–          Violet : La dernière journée

En cliquant sur chaque « bulle » colorée, des contenus médiatiques s’affichent sur le côté droit de l’écran. Il s’agit pour la plupart de photos et de vidéos de l’époque accompagnés par des textes et des poèmes concernant les banlieues, les résidences de Pasolini et ses rencontres avec les artistes.

Tel est le cas de la première étape concernant son arrivée. Une photo de l’époque nous montre la gare de Termini dans l’année 1950 considérée l’un des exemples les plus significatifs d’architecture Rationaliste Italienne.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/50

Une étape successive concerne l’année 1953, reprenant des photos de lui côtoyant la jeunesse des borgate qui sera le sujet de son premier roman Les Ragazzi. Pour se documenter sur la jeunesse prolétarienne de la capitale et étayer ses écrits, Pasolini étend ses pérégrinations aux faubourgs : le Trastevere bien sûr, mais aussi Monteverde Nuovo, autrement appelée la « zona di Donna Olimpia ».

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/54

Ce qui résulte intéressant ce sont non seulement les photos accompagnés par textes, mais aussi les vidéos du tournage des films et des documentaires posthumes aussi bien que les dessins à main réalisés par lui-même concernant le story-board des scénographies.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/22

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/28

D’autres éléments sont présents concernant des épisodes politiques, comme des images inédites des manifestations étudiantes à la faculté d’architecture en conflit avec la police en 1968. Il publiera un poème sur ces événements coédite avec Alberto Moravia sur la revue Nuovi Argomenti, opposant les jeunes policiers, issus du prolétariat du sud de l’Italie, aux bourgeois révoltés de 68.

http://www.pasoliniroma.com/#!/fr/map/38

À la fin de la visite virtuelle nous pouvons accéder à un « bonus », le site nous renvoie à un blog The poetics of margin – blog of Pasolini Rome exhibition.  Composé en quatre catégories (cinéma, littérature, politique et Rome) il présente des vidéos d’interviews de grandes personnalités artistiques qui ont participé ou visité l’exposition aussi bien que d’autres contenus multimédia faisant le lien avec l’œuvre de Pasolini. En autre nous pouvons prendre des chemins de traverse en suivant Žilda, street artist rennais, dont les collages convoquent les fantômes de Pasolini au détour des ruelles de Rome.

Nous pouvons analyser donc ces deux expositions complémentaires, celle à la Cinémathèque et celle virtuelle, comme un exemple de démocratisation de l’œuvre d’art à travers la technologie selon le sens donné par le philosophe Walter Benjamin dans son essai L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1935).

D’après l’auteur la reproduction technique (essentiellement photographie et cinéma) rend accessible l’œuvre aux masses, perdant ainsi sa valeur aristocratique qui la caractérisait jusqu’à ce moment. Ce qu’il appelle l’Aura, son hic et nunc, un élément qui la situe dans une position préférentielle abordable seulement par une élite sélectionnée.

L’œuvre de Pasolini et plus particulièrement celle cinématographique, a été conçue dans cet esprit démocratique. Des films mettant en scène des classes populaires, destinés à tout public mélangé, non élitiste, échappant à quelconque pensée de masse, à laquelle l’artiste s’oppose durement.  Au contraire il envisage créer de l’art pour tous ceux qui sont intéressé par son message, indépendamment de leur classe sociale.

Suivant cette thèse, nous pourrions apercevoir cette exposition virtuelle organisée par avec le même regard. Sous une forme très simple et divulgatrice abordable à tous, plus de cents contenus multimédia entre photos, affiches, tableaux, manuscrits, films et vidéos sont présents, dont le principe premier est d’accompagner et de connaître au plus près Pasolini au long de sa vie multiple et foisonnante en tension permanente : celle d’un homme créant et luttant sur tous les fronts. Ces reproductions techniques nous permettent de voyager avec lui au cœur de ce qui constitue et définit son génie: l’amitié, la littérature, la politique, l’amour, le sexe, le cinéma. Mais, en même temps, l’exposition nous révèle également le sens politique et social de l’art multimédia en tant que nouvel instrument démocratique sur la suite des deux précédents, finalisé à concrète accessibilité de masse.