Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Livre: Periferie. Da problema a risorsa

Ce livre publié en 2009 par l’éditeur Sandro Teti est né de la rencontre de Franco Ferrarotti et Maria Immacolata  Maciotti. Le premier doyen de sociologie, fondateur en 1951 des célèbres « Quaderni di sociologia » enseignant depuis 1961 de sociologie à l’Université de Roma « La Sapienza ». Macioti est depuis 1976 professeur auprès de la faculté de « Sciences de la communication » à « La Sapienza ».

Leurs recherches rendent compte d’un voyage parmi les périphéries du monde et plus particulièrement de Rome en tant que lieux de confrontation, collisions et contaminations. Des endroits où l’incertitude, le désordre mais aussi la nouveauté, la créativité et une vivacité inné.

L’introduction donnée par le sociologue Khaled Fouad Allam est lucide et désarmante. Autrement dit, nous serions face à une nouvelle « question urbaine » qui représente en ce début de siècle ce qui fut la « question sociale » au début du XX siècle.

La logique centre-périphérie s’est progressivement annulée, cédant la place à un plus ample désordre urbain animé par la violence et la naissance de nouvelle frontières symboliques qui utilisent l’idée cde culture et les appartenances ethniques et religieuses (gated communities) pour construire des frontières mentales dans le territoire urbain.

La crise des banlieues est donc l’image de la perte des racines et de l’identité ainsi que de forte solitude. Des contextes qui cachent des drames de vie le plus souvent silencieux. Il faut redéfinir les périphéries, repenser, réinventer ces lieux qui nécessitent d’une solution on ne peut plus urgente.

 

PERIFERIE DA PROBLEMA A RISORSA

Franco Ferrarotti e Maria Immacolata Macioti
Préface : Flavio Albanese
Introduction : Khaled Fouad Allam
Pages: 168
Prix: € 17,00
ISBN 978-88-88249-17-9

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Revenons sur les « Grands Ensembles »

Au lendemain du deuxième conflit mondial, l’habitat français était fortement en souffrance, selon Christian Bachmann et Nicole Le Guennec (Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la Ville,1996), sur l’ensemble du territoire, 4 millions d’immeubles étaient vétustes, dont 500.000 à démolir; au total 10% des logements étaient considérés comme insalubres et 40% réputés d’une qualité médiocre, et surpeuplés.

C’est pour ces raisons que, à partir de 1954, le Ministre à la Reconstruction et au Logement évalue le besoin en logements à 2.000.660[1], devenant ainsi une priorité nationale. Quelques années plus tard à l’appel de l’Abbé Pierre[2], le journaliste Gilbert Mathieu, en avril 1957 publiait dans le quotidien Le Monde une série d’articles sur la situation dramatique du logement : Logement, notre honte et dénonçant le nombre réduit de logements et leur impitoyable état.

Robert Doisneau, Banlieue après-guerre, 1943-1949 /

Le mandat se veut triple : reconstruire le parc immobilier détruit durant les bombardements essentiellement du printemps/été 1944, faire face à l’essor démographique et enfin résorber l’habitat insalubre[3] notamment les bidonvilles et les cités de transit. Une ambition qui paraît, dès le début, très élevée, associée à l’industrialisation progressive de la nation entre autre celle du secteur de la construction (voir le vidéo de l’INA du 17 juillet 1957 intitulée La crise du logement, un problème national[4]).

Cela dit, l’effort pour l’État français était d’une ampleur jamais vue  ailleurs. La double nécessité de construire davantage et vite, est en partie la cause de la forme architecturale excentrique qui constituera les Grands Ensembles[5] dans les banlieues françaises.

Cinq caractéristiques permettent de mieux comprendre ce terme : la rupture avec le tissu urbain ancien, un minimum de mille logements, une forme collective (tours, barres) de quatre jusqu’à vingt niveaux, la conception d’appartements aménagés et équipés et enfin une gestion destinée pour la plupart à des bailleurs de logement social.

Pour la banlieue parisienne leur localisation s’est opérée majoritairement dans la périphérie, tandis que dans les autres cas, plus de la moitié a été construite dans le centre ville, le plus souvent à la limite des anciens faubourgs.

Architecture d’Aujourd’hui n° 46, 1953 p. 58-55

C’est le triomphe de l’urbanisme fonctionnel et rationaliste cher à Le

Corbusier. Entre 1958 et 1973, cent quatre-vingt-quinze Zones à Urbaniser en Priorité (ZUP)[6]  sont créées, comprenant deux millions de logements, essentiellement de type populaire en Habitations à Loyer Modéré (HLM), mais pas exclusivement, remplaçant ainsi les

anciennes Habitations à Bon Marché (HBM) crées en 1894.

Selon le décret du 27 mars 1954 qui en fixe les conditions d’attribution, les bénéficiaires de la législation n’ont pas changé, ce sont toujours des « personnes peu fortunées vivant principalement de leur salaire », selon la loi Strauss de 1906.

En 1953, tous les HLM voient leur surface maximale se réduire, en passant de 71 à 65 mètres carrés pour un quatre pièces. L’accès au logement des familles modestes se fera donc au détriment de la qualité et quantité de l’espace habité pour des familles nombreuses.

À ce propos, le sociologue Thierry Oblet[7] a bien montré comment se sont articulées les pensées des architectes et des ingénieurs modernistes, avec leur souci planificateur d’un État interventionniste[8] grâce à l’hégémonie du béton,

de la ligne droite et de la standardisation de la construction.

Les exemples de cette architecture restent nombreux : de la Cité de 4000 (pour 4000 logements) à la Courneuve en Seine-Saint-Denis (93) aux logements de 15 étages aux balcons pétales, appelés « Chou-

fleur » à Créteil en Val-de Marne (94) dessinés au début des années 70 par l’architecte Gérard Grandval. De la Cité des nuages  à Nanterre dans les Hauts-de-Seine (92) à la Grande borne  construite entre 1967 et 1971 sur le territoire des communes de Grigny et

Viry-Châtillon, dans l’Essonne (91) en passant par la Noé  à Chanteloup-les-Vignes dans le département des Yvelines (78) scénario du célèbre film La Haine[9] de Kassovits.

Récemment, plusieurs expositions photographiques se sont

concentrées sur cette nouvelle figure de l’urbanisme fonctionnaliste français de l’après-guerre. Par exemple  Toit&Moi, 100 ans de logement social (2012), Les Grands ensembles 1960-2010 (2012) produite par l’école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg, selon un projet du Ministère de la Culture et de la Communication. Enfin l’exposition Photographie à l’œuvre, (2011-2012) d’Henri Salesse, photographe du service de l’inventaire du Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme et Voyage en périphérie (2012) de Cyrus Cornut.

Il s’agissait là non seulement d’un progrès matériel, mais aussi démocratique, donnant ainsi à chaque citoyen, la possibilité d’accéder à son petit appartement doté de tous les conforts de l’époque.

Cité Pablo Picasso, dites "les tours nuages". Nanterre,2010/Cyrus Cornut
Cité Pablo Picasso, dites « les tours nuages ». Nanterre,2010/Cyrus Cornut 

 

La recherche d’économie et de rapidité dans la conduite des chantiers portent à l’utilisation du béton comme matériel privilégié et à des plans architecturaux aussi simples que possible avec la réalisation de logements standardisés, dont les barres et les tours deviennent les figures principales :

Au mitan des années cinquante, apparurent d’étranges formes urbaines. Des immeubles d’habitation de plus en plus longs et de plus en plus hauts, assemblés en blocs qui ne s’intégraient pas aux villes existantes. Ces blocs s’en différenciaient ostensiblement et parfois comme systématiquement, s’en isolaient. Ils semblaient faire ville à part. Surtout ils ne ressemblaient pas à ce qu’on avait l’habitude d’appeler ville. Et leur architecture aussi, qui était tellement déroutante. On les a nommés  » grands ensembles[10].

Cité de l’Abreuvoir, Bobigny (93), 2003 (Inventaire général du Patrimoine, Région Ile de France / Stéphane Asseline)

Bref, entre 1946 et 1975 le parc immobilier français passe de 12,7 millions à 21 millions de logements. Environ 8 millions de ceux-ci sont neufs, construits entre 1953-1975 – dont la moitié sous forme de grands ensembles – et près de 80 % des logements grâce à une aide de l’État avec des crédits publics. Le nombre de logements sociaux passe de moins de 500.000 à près de 3 millions, dont 43 % en région parisienne, où la demande est la plus forte[11]. Ce qui témoigne d’un effort énorme.


[1] Secrétariat d’État à la Reconstruction et au Logement, Supplément du logement en 1954, cité par Bachmann, C. Le Guennec, N., Violences urbaines…Op.cit, p.24.

[2] Alors que l’hiver 1954 est particulièrement rigoureux, l’abbé Pierre lance un appel en faveur des sans-logis et déshérités et organise des collectes de vêtements et de nourriture pour les plus démunis. Cela nous rappelle également que les inégalités sociales restaient particulièrement importantes à l’époque, malgré les débuts de la croissance économique, et que la crise du logement n’était pas encore complètement résolue.

[3] Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997.

[4] Les Actualités françaises, La crise du logement, un problème national, 17 juillet, 1957, in http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01800/la-crise-du-logement-un-probleme-national.html, consulté le 20/02/2014.

[5] C’est l’urbaniste Marcel Rotival dans un numéro d’Architecture d’Aujourd’hui de juin 1935 (vol.1, n°6, juin 1935, p.57) qui propose pour la première fois cette terminologie pour désigner les Habitations à Bon Marché (HBM) et leur transformation en Habitations à Loyer Modéré (HLM), par la loi du 21 juillet 1951: « Nous espérons, un jour, sortir des villes comme Paris, non seulement par l’avenue des Champs Elysées, la seule réalisation de tenue sans laquelle Paris n’existerait pas, mais sortir par Belleville, par Charonne, par Bobigny, etc., et trouver harmonieusement disposés le long de larges autostrades, au milieu de grands espaces boisés, de parcs, de stades, de grandes cités claires, bien orientées, lumineusement éclairées par le soleil. » Largement reprise depuis les années 1950 dans le jargon administratif et public, elle apparaît pour la première fois dans un texte officiel qu’en 1973 avec la Circulaire Guichard, alors Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Equipement, du Logement et du tourisme. Celui-ci met un terme à la politique initiée après-guerre afin « d’empêcher la réalisation des formes d’urbanisation désignées généralement sous le nom de “grands ensembles”, peu conforme aux aspirations des habitants et sans justification économique sérieuse ». Paradoxalement, le terme de grands ensembles s’officialise donc au moment même où ils son mis en question.

[6] ZUP est un acronyme qui signifie Zone à Urbaniser en Priorité. Elles ont été créées par le décret N°58-1464 du 31 décembre 1958, afin de planifier et d’encadrer sur le territoire national, le développement urbain pour répondre à la carence de logements face à l’accroissement démographique et favoriser enfin la résorption de l’habitat insalubre.

[7] Oblet, Thierry, Gouverner la ville. Les voies urbaines de la démocratie moderne, Paris, PUF, 2003.

[8]En particulier par l’intermédiaire de la Société centrale de construction et de la Société centrale pour l’équipement du territoire, créées au milieu des années 1950 en tant que filiales de la Caisse des dépôts et consignations.

[9] Kassovitz, Mathieu, La Haine, France, 1995.

[10] Cornu, Marcel, Libérer la ville, Bruxelles, Casterman, 1977, p.60.

[11] Annie Fourcaut « Les banlieues populaires ont aussi une histoire », Projet 4/2007 (n° 299), pp. 7-15.

 

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Journée d’étude Sorbonne Nouvelle: Écritures de la réalité

Écritures de la réalité aux XXeet XXIe siècles

programme Ecritures de la réalité

Journée d’étude de l’École doctorale
« Europe latine-Amérique latine » (ED122)
Vendredi 20 juin 2014
9h00 – 18h00
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Salle Las Vergnas (3ème étage)13 rue Santeuil – 75005 Paris


Renato Guttuso, La notte di Gibellina (1970), avec l’aimable autorisation de la Direction duMuseo civico di Gibellina.
PROGRAMME
9h00 – 9h15  Accueil des participants
9h15 – 9h30Présentation de la Journée par M. le Professeur Pierre Civil, Directeur de l’École doctorale 122
« Europe latine – Amérique latine »
Ouverture des travaux par Lucrezia Chinellatoet Louise Pommeret
1ère partie : Fiction romanesque et mémoire historique
9h30 – 9h50   Livia Escobar, Université de Rouen
La fiction littéraire à l’aide du fait réel historique. Étude du roman bolivien El precio del estañode
Néstor Taboada Terán.
9h50 – 10h10  Marion Labourey, Université Paris – Sorbonne
« Una realidad estrictamente seguida en todos sus detalles ». La représentation du passé
colonial dans le récit magico-réaliste du Royaume de ce monded’Alejo Carpentier.
10h10 – 10h30  Isabelle Billoo, Université d’Artois
Las Travesías de Luís Gontánou la revanche d’un héros oublié.
10h30 – 11h00   Débat
11h00 – 11h20Pause
2e partie :Histoire et société, matériaux pour la création
11h20 – 11h40  Louise Pommeret, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Les usages du passé dans In Italia sono tutti maschi. Una graphic novel sul confi no degli
omosessuali durante il fascismode Luca De Santis et Sara Colaone.
11h40 – 12h00  Vera Broichhagen, Université Paris 8 – Vincennes Saint Denis
Julio Cortázar : écritures politiques, écritures du politique.
12h00 – 12h20  Serena Cello, Université de Gênes (Italie) / Université François Rabelais de Tours
Les romans de “banlieue” entre fiction, réalité et engagement.
12h20 – 12h50  Débat
13h00 – 14h30  Pause déjeuner
3e partie : Réalités du « je(u) »
14h30 – 14h50  Manuel Billi, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Sur-réalités et fictions du Je : Walter Siti et Giuseppe Genna.
14h50 – 15h10  Elodie Carrera, Université Lille 3 – Charles de Gaulle
Autofiction et essai chez Andrés Neuman. Deux façons d’écrire la réalité.
15h10 – 15h30  Beatrice Istria, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Théâtre et scène psychique : l’écriture du suicide dans Come tu mi vuoide Luigi Pirandello.
15h30 – 16h00  Débat
16h00 -16h20  Pause
4e partie : D’une écriture à une autre
16h20 – 16h40  Sara De Benedictis, Université Paris – Ouest Nanterre La Défense
Les écritures de la réalité dans l’œuvre de Pasolini : une lecture de La Rabbia.
16h40 – 17h00  Margherita Pastore, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
L’écriture scénique de Giorgio Strehler entre réalisme poétique et illusion magique.
17h00  Débat, conclusions et clôture
Organisation : Lucrezia Chinellato et Louise Pommeret
Contact : ecrituresdelarealité@gmail.com
Programme sur le site de l’ED 122 : http://www.univ-paris3.fr/ed122

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Rachid Santaki: les polars de Saint-Denis s’écrivent au rythme de hip-hop

C’est dans un contexte fortement juvénile et urbain qui se situe l’écrivain Rachid Santaki et sa production littéraire. En effet, la culture hip-hop et urbaine avec ses différentes branches, ses codes et son langage, apparaissent à petites touches dans l’ensemble de ses narrations, se déroulant dans les quartiers les plus sensibles et sombres de la banlieue de Saint-Denis.

Par la suite, nous nous proposons d’analyser le rôle que ces références jouent à l’intérieur de, Flic ou caillera (2013) le dernier roman de sa trilogie néo-polar, en remarquant comment ces renvois ne semblent pas simplement faire partie du sombre décor représenté. Au contraire, ils constituent les fondements identitaires d’une culture de jeunesse métissée, à la marge qui, s’opposant à l’autorité dominante, invente de nouvelles formes d’expression dérivant de ses bas-fonds et de ses contre-cultures.P1040726

Rachid Santaki

Né en 1973 à Casablanca d’un père marocain et d’une mère française, Rachid Santaki a grandi à Saint-Ouen en banlieue parisienne avant de s’installer à Saint-Denis. Avant de se consacrer à l’écriture, il était un ancien éducateur sportif, passionné de boxe. Son intérêt pour la culture urbaine qui côtoyait quotidiennement depuis son adolescence, le pousse d’abord à créer le site internet hiphop.fr puis, en 2003, le premier magazine gratuit 5styles dédié, pareillement qu’au premier, aux artistes urbains et pour lequel il a obtenu de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris le prix Espoir de l’économie 2006. C’est comme cela qu’il découvre le monde de la rédaction, le poussant à écrire son premier récit La Petite Cité dans la prairie (2008), concernant son parcours personnel et professionnel.

Après ses deux premiers romans, à savoir Les anges s’habillent en caillera (2011) et Des chiffres et des litres (2012), parus aux éditions indépendantes Moisson Rouge (dont le titre reprend le célèbre roman policier américain de Dashiell Hammet paru en 1929), nous retrouvons Santaki aux Éditions du Masque (spécialisés dans les romans policier), avec Flic ou caillera (2013), troisième volet de la série de romans polar mettant en scène son Saint-Denis.

Le roman, divisé en quatre parties et en trente quatre chapitres alterne la voix omnisciente du narrateur à celle de la première personne du protagoniste. L’intrigue met en scène le jeune Medhi vivant avec sa mère dans un quartier « sensible » de Saint-Denis. Il est dans une situation très précaire : tagueur et peintre par passion, passionné de culture hip-hop, paraît constituer la seule figure angélique que met en scène Santaki. Un monde où les policiers sont corrompus dans des trafics illicites de drogue, mais aussi piégés par un passé qui les hante, faisant parfois confiner le polar avec le récit de filiation.

Saint-Denis: un véritable personnage

Dans toute la trilogie, plus qu’un décor, la ville devient elle aussi un véritable personnage à part entière, témoignant ainsi de l’attachement que l’auteur porte à son Saint-Denis. La banlieue, ses cités à la marge où il a toujours vécu, et l’intérêt pour la culture urbaine l’ont mené à s’inspirer d’histoires de banlieusards bien réels pour écrire ses polars.  Il affirme, à plusieurs reprises, qu’il s’agit de fiction mais inspirée de la réalité: « J’ai beaucoup observé les parcours autour de moi. Certains sont passés de l’autre côté, sont partis en prison et sont revenus changés »[1], souligne-t-il.

Le choix du polar, qui jouit d’une reconnaissance considérable dans la production littéraire contemporaine, lui octroie une véritable liberté d’écriture, permettant de mettre en lumière le pire de la société, fonçant le trait sur ses cotés les plus sombres et violents de la société, comme soulignent les critiques Dominique Viart et Bruno Vercier : « Alors que l’ancien roman policier confortait les valeurs bourgeoises en rétablissant l’ordre perturbé, le « néo-polar », au contraire, exhibe les diverses formes de la violence étatique et les injustices». (Viart et Vercier, 2008 : 367).

Ajoutons que la grande réussite de ce genre concerne la volonté d’interpeller et de questionner le réel, tout en narrant d’un passé ressenti comme incertain ou duquel remettre en question les choix interprétatifs dominants. Voilà donc les réalités historiques évoquées dans le roman: les cicatrices du 17 octobre 1961, la mort des deux jeunes Zyed et Bouna déclenchant les émeutes urbaines d’automne 2005, les mots de Nicolas Sarkozy qui voulait « nettoyer les cités au Karcher »[2] dont le narrateur en revient tout au long du récit.

C’est donc une terre de liberté pour Santaki, lui permettant de dévoiler les conduites d’une société qui, à son avis, a perdu ses repères, tel est le cas des délinquants de banlieue qu’il fresque.

Entre littérature, hip-hop et cinéma

L’agir de la police joue alors un rôle central, tout comme la culture urbaine et ses références cinématographiques. Ces-ci ont énormément influencé la culture hip-hop entre la fin des années 1970 et 1980, laquelle, à son tour, le réinsère fréquemment sous forme intertextuelle dans ses différentes formes narratives, dont les textes rap. Avec Santaki la littérature paraît réunir tous ces approches, en faisant l’un des traits les plus remarquables de sa poétique.

Tout d’abord, son inspiration dérive de sa connaissance du septième art à partir des années quatre-vingts, et aussi des séries policières, dont les récentes Braquo (2005) ou Engrenages (2009) l’ont marqué par la mise en scène d’un univers judiciaire humanisé.

 

D’autres indications et clins d’œil cinématographiques sont présents au fur et en mesure de la narration dont La Haine (1995) de Matthieu Kassovitz, New Jack City (1991) de Mario Van Peebles,  Flic ou voyou (1979) de Georges Lautner, Scarface (1983) de Brian de Palma ou Bad boys (1995) de Michel Bay. Des références dans lesquelles une large partie des la jeunesse des quartiers se retrouve et avec lesquelles le romancier s’amuse à les actualiser, comme le remplacement du fameux « voyou » par « caillera ».

Santaki ne s’inspire pas uniquement du cinéma pour élaborer les titres de ses livres. Tout au long des 238 pages, le hip-hop est omniprésent comme lui-même assène: « Pour moi la culture hip hop est une culture qui a trente ans et qui est révolutionnaire car elle utilise la ville comme support et véhicule des valeurs, ce sont celle que j’utilise dans mon travail d’auteur »[3].

La musique joue un rôle fondamental qui évolue et se densifie au fil des pages. Oscillant entre les leaders du rap et du funky américain et leurs équivalents français des années 1980-1990, cette musique consacre des épisodes précis de la vie des personnages.

Au rythme de hip-hop

L’originalité réside dans le fait qu’elles rentrent dans la narration sous une forme intertextuelle, s’insérant à chaque fois pour décrire l’état d’âme des personnages ou expliquer une scène. Ces textes ont le but d’élucider la situation. Un exemple parmi d’autres, est la citation de la chanson Dear Mama de Tupac, considérée par les critiques comme l’une des plus grandes chansons de hip-hop de tous les temps.

Une culture avec laquelle il a grandi en lui rendant toujours hommage : « je suis très attaché aux valeurs de cette culture. Ses valeurs, peace, love, unity and havin fun me suivent dans mon travail, et j’affiche mon roman avec les codes de la culture hip hop, toujours plus loin »[4].

Dans la narrations nous trouvons trente chansons, en passant de Fifty Cent à Booba, de Sting à Rohff, accompagnés pour la plupart par des brefs morceaux de textes en italique et aussi par de brèves descriptions relevant d’une forme d’ekphrasis , les liant au contexte, permettant tout d’abord à l’auteur de cligner l’œil à son lecteur potentiel qui, lui, comprendra sans problème les renvois, se sentant ainsi plus rapproché. 

Sampler donc des titres déjà connus parce qu‘ils parlent, transposer tous les codes du hip-hop dans la littérature, voilà le style de Santaki : « Je suis issu de la culture hip hop, je suis issu aussi du street marketing, ».

« Aux Etats-Unis, les rappeurs ont influencé des auteurs. Il faut désacraliser l’écriture »[5], estime-t-il, citant volontiers l’écrivain américain George Pelecanos, dont les romans plongent dans les bas-fonds de Washington.

Tout en dévoilant une parfaite maitrise de la langue standard, élément prioritaire de son écriture, notre auteur travaille pour restituer le parler de ces jeunes, en utilisant ce langage comme une valeur. Une volonté d’être au plus près de la langue des personnages qu’il veut mettre en scène, en se documentant ou en s’inspirant de ses contextes quotidiens, tels que la salle de boxe qu’il fréquente : «Mon style est oral, je voulais qu’on se retrouve à Saint Denis et l’intérêt n’est pas de faire vivre le lecteur avec une langue étrangère ou une ambiance décalé mais de le plonger dans mon Saint Denis, qui reste un univers sombre et fictif»[6].

Et encore, similairement au rappeur qui pour parler haut est obligé à parler fort et surtout contre quelqu’un utilisant la force et la violence du phrasé, Santaki aussi fait usage d’un langage violent et vulgaire l’insérant dans les dialogues entre les personnages. Ce qui dénote gout pour la provocation des valeurs établis, de l’ordre social et des institutions. Une salissure verbale qui n’est pas très éloignée des bavures visuelles que les taggueurs imposent aux murs des villes.

La qualité de son polar paraît résider donc, dans cette forme de toile que l’écrivain tisse entre ses différentes composantes. Tout au long du roman, nous voyons comment la langue et le rythme participent aussi à la constitution d’un amalgame indivisible, qui, avec les autres composantes de la culture urbaine que nous avons analysé, dont le cinéma et les codes de l’hip-hop ont le résultat d’établir un dialogue unique qui explicite la visée de l’auteur et que comme nous venons de montrer, crée son style. Dans le cas de Santaki, opter pour le renvoi à cette culture « de rue » n’est donc ni une fatalité, ni un choix aussi irresponsable comme certains assènent, mais une option réellement choisie.

 Romans:

Flic ou Caillera, Ed. du Masque, 2013.

Des chiffres et des litres, Ed. Moisson Rouge, 2012.

Les anges s’habillent en caillera, Ed. Moisson Rouge, 2011.

 

Dernière parution: Business dans la cité, Seuil, 2014.

 

Bibliographie

Barret, Julien, Le rap ou l’artisanat de la rime, Paris, L’harmattan, 2008.

Bazin, Hugues, La culture hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

Béthune, Christian, « Le hip hop : une expression mineure »,  Volume !, 8 : 2, 2011, en ligne http://volume.revues.org/pdf2728, consulté le 20/01/2014.

Lepoutre, David, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997

Santaki, Rachid, « Anges et voyous du 9-3 » – Le Monde  par Catherine Simon- 29juin 2012.

Viart D., Vercier B., La littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008.

 


[1] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki, un auteur de polar au plus près des « cailleras » », ladepeche.fr, 23 février 2011, in http://www.ladepeche.fr/article/2011/02/23/1020794-rachid-santaki-auteur-polar-plus-pres-cailleras.html, consulté le 20/01/2014.

[2] Nicolas Sarkozy, Le Monde, 21 juin 2005.

[3] Santaki, Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.

[4] Ibidem.

[5] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki affiche son polar urbain », Le Parisien, 21 novembre 2011, http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/rachid-santaki-affiche-son-polar-urbain-21-01-2011-1236615.php, consulté le 20/01/2014.

[6] Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.

 

Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

La littérature de « banlieue » : un engagement littéraire contemporain