L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de « la haine ».
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe « New African Poets » (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient « Abd al Malik » (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle « L’art et la révolte » au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)

Livre: Periferie. Da problema a risorsa

Ce livre publié en 2009 par l’éditeur Sandro Teti est né de la rencontre de Franco Ferrarotti et Maria Immacolata  Maciotti. Le premier doyen de sociologie, fondateur en 1951 des célèbres « Quaderni di sociologia » enseignant depuis 1961 de sociologie à l’Université de Roma « La Sapienza ». Macioti est depuis 1976 professeur auprès de la faculté de « Sciences de la communication » à « La Sapienza ».

Leurs recherches rendent compte d’un voyage parmi les périphéries du monde et plus particulièrement de Rome en tant que lieux de confrontation, collisions et contaminations. Des endroits où l’incertitude, le désordre mais aussi la nouveauté, la créativité et une vivacité inné.

L’introduction donnée par le sociologue Khaled Fouad Allam est lucide et désarmante. Autrement dit, nous serions face à une nouvelle « question urbaine » qui représente en ce début de siècle ce qui fut la « question sociale » au début du XX siècle.

La logique centre-périphérie s’est progressivement annulée, cédant la place à un plus ample désordre urbain animé par la violence et la naissance de nouvelle frontières symboliques qui utilisent l’idée cde culture et les appartenances ethniques et religieuses (gated communities) pour construire des frontières mentales dans le territoire urbain.

La crise des banlieues est donc l’image de la perte des racines et de l’identité ainsi que de forte solitude. Des contextes qui cachent des drames de vie le plus souvent silencieux. Il faut redéfinir les périphéries, repenser, réinventer ces lieux qui nécessitent d’une solution on ne peut plus urgente.

 

PERIFERIE DA PROBLEMA A RISORSA

Franco Ferrarotti e Maria Immacolata Macioti
Préface : Flavio Albanese
Introduction : Khaled Fouad Allam
Pages: 168
Prix: € 17,00
ISBN 978-88-88249-17-9