Octobre à Paris : ce que l’artiste peut contre la censure

Dans le cadre des films Censure et films interdits  du cinéma Studio de Tours, j’ai pu profiter de la vision du documentaire Octobre à Paris de Jacques Panijel (1962) retraçant la préparation, l’organisation et les conséquences de la manifestation parisienne des Algériens du 17 octobre 1961. Il a été tourné entre la fin de l’année 1961 et les premiers mois en 1962, juste après les faits. Puisqu’il remettait en cause l’autorité française et présentait des actes considérés comme illégaux, le documentaire fut réalisé de manière clandestine et financé par des organisations souterraines telles que le Comité Audin ou le FLN. C’est dans la même année qu’il a été montré au festival de Cannes et de Venise, mais aussitôt censuré. Une version épurée a été autorisé seulement en 1973, dépouillé de ses parties les plus crues concernant la violence de la police sur les manifestants.  Il a fallu donc attendre le 19 octobre 2011 pour briser la censure et profiter ainsi de sa vision complète.

Quel est donc le sujet alors de ce documentaire ? Le réalisateur repart à la recherche des motivations, des causes qui ont amené les manifestants algériens, mais pas seulement, puisque il montre aussi les Français solidaires, à manifester long les bords de la Seine pendant cette nuit tragique.

Il se rend alors dans le décor des bidonvilles ouvrières autour de la capitale pour interviewer les protagonistes ou bien les survivants, quelques mois après, tout en essayant de leur faire revivre ces jours. Le contexte est bel est bien celui de la guerre d’Algérie. Des attentats ainsi que des assassinats à la fois d’indépendantistes algériens et de policiers se multiplient. La pression est si forte que le préfet de police, Maurice Papon, finit par instaurer le 5 octobre un couvre-feu de 20h30 à 5h30 pour tous les « Français musulmans d’Algérie ». Le 17 octobre 1961, la Fédération de France du FLN appelle les Algériens de Paris et de sa région à manifester pacifiquement contre ce couvre-feu jugé discriminatoire. À cette époque le ministre de l’Intérieur et le général de Gaulle, Roger Frey, donne carte blanche à Maurice Papon pour interdire la manifestation.

Au coucher du soleil, ces Algériens, majoritairement des ouvriers, se rendent dans la capitale en costume du dimanche, avec le put de manifester pacifiquement. Le documentaire souligne l’interdiction d’utilisation de toute arme par un fort autocontrôle de la part des organisateurs-mêmes. Pour certains, c’était la première fois qu’ils quittaient leurs bidonvilles. Plus de 30.000 Algériens sont accueillis par des milliers de policiers à Paris. La répression policière est sans limite : arrestations – plus de 12 000- tortures, expulsions, disparus, rafle. Ces signes nous les voyons à travers les cicatrices des survivants repris par la camera de Panijel. De plus, ce qui marque cette nuit sanglante, ce sont les morts jetés dans la Seine, le bilan est macabre, on parle de plus de 300 morts biens que les chiffres officielles s’arrêtent à quelques morts.

La journée du 17 octobre a été un tournant dans la guerre d’Algérie, qui continuera jusqu’au cessez-le-feu du 19 mars 1962 et à l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet. Une forte censure s’est abattue sur les journaux, les livres, les documentaires, qui tenteront de faire la lumière sur cette nuit si douloureuse, comme le documentaire Octobre à Paris en témoigne.

Seulement quelque décennie plus tard on a levé le voile sur cet événement de l’histoire française grâce aussi à l’écrivain Didier Daeninckx et à son célèbre roman Meurtres pour mémoire (1984).

À travers son travail de documentation auprès des archives de la Bibliothèque nationale et de son beau frère kabyle, il a eu accès à des témoignages recueillis par le FLN auprès des manifestants. Comme il dit ces événements n’étaient pas tenus au secrets, mais « ignorés, étouffés, minorés ». C’est justement au début des années quatre-vingts qu’également la nation découvre l’affaire Papon accusé de « crime contre l’humanité » révélant son rôle dans la déportation des Juifs bordelais ainsi que son rôle dans la répression policière des années 1961 et 1962 contre les algériens à la suite d’une recrudescence des attentats du FLN contre des policiers français.

Le scandale fait ouvrir les yeux sur cette période noire de l’histoire française, comme en témoigne aussi l’historien Jean-Luc Einaudi à travers son livre La Bataille de Paris – 17 octobre 1961 (1991). C’est dans la même année que Daeninckx obtient le premier article dans Le Monde sur le susdit roman.

Il est curieux que la diffusion d’Octobre à Paris dans les salles, coïncide avec un autre documentaire traitant exactement du même sujet : Ici on noie les Algériens (2011) de Yasmina Adi.

La cinéaste met en lumière elle-aussi, une vérité encore taboue, mêlant témoignages et archives inédites. Son film retrace les différentes étapes de ces événements et révèle la stratégie et les méthodes de manipulation et de censure et mise en place au plus haut niveau de l’État.

Il paraît ainsi que le silence ait traversé les décennies, et que l’art dans toutes ses formes, ait su au contraire, éclaircir ces zones d’ombre. Elle serait ici un exemple de comment elle servirait à déranger, à ouvrir des portes tout en interrogeant une réalité opaque. L’écrivain ou le cinéaste, dans notre cas, ne peuvent pas se taire, leur silence les rendrait complices de ces coups portés à l’humanité. Ce qu’ils nous proposent ce sont des témoignages qui n’ont pas la prétention de tout dire sur l’événement, tel un essai d’histoire. Au contraire, leur voix parle pour les absents, les « sans voix » et tous ceux  qui ont été privés de la parole. Leur travail ouvre une brèche dans le mur des faux semblants, une fenêtre sur la réalité avec un décalage temporel qui nous oblige à méditer.

Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 2

Les Choux, Créteil 2009 / Cyrus Cornut
Les Choux, Créteil 2009 / Cyrus Cornut 

Après avoir vu et apprécié l’œuvre du photographe Cyrus Cornut (Voir première pertie Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 1 ), je l’ai contacté afin de pouvoir parler avec lui de son travail. Voici donc l’interview qu’il m’a gentiment accordé à propos de ses photos et de son expérience qu’il a conduit dans les périphéries françaises.

Moi: Comment s’est déroulée votre démarche? Combien de temps vous y avez dédié?

Cornut: Ce travail a dans un premier temps été produit dans le cadre un travail collectif de 14 photographes qui ont décidé de travailler sur différentes thématiques concernant la France. J’ai choisi de travailler sur les zones de logement de masses des banlieues de Paris, par fascination et curiosité. Je me suis d’abord rendu sur plusieurs sites, pour tester différentes approches photographiques et évaluer la réalité du terrain. J’ai alors choisi dans un premier temps de travailler en hiver très tôt le matin, pour ne pas prendre de risques. J’ai travaillé sur le projet 3 hivers de suites, et au fur et a mesure le soir également. Je souhaitais ces horaires pour les mélanges de lumières naturelles et artificielles. Puis j’ai eu une commande d’un bailleur social qui m’a donné carte blanche sur ses territoires et j’ai continué encore une saison. Le travail a finalement duré 4 années, et il faudrait que je photographie encore quelques sites pour le terminer et en faire un livre.

Comment est-ce que vous avez choisi le cadre? Pourquoi se concentrer sur ces lieux?

J’ai choisi de travailler sur ces cités par défit personnels. D’abord par fascination pour ces formes urbaines, mais aussi parce que l’idée qu’il y ai des territoires à 5 ou 10 km du centre de Paris, que je connais moins bien que les grandes métropoles Asiatiques a des milliers de km d’ici, des territoires dans lesquels je n’irais jamais, même parfois réputé pour être dangereux et non conseillé. Cette idée me dérangeait. J’ai voulu aller voir moi même, et me confronté à ces visions, ces sensations. Et voir aussi, ce que la pensée théoriques des architectes et urbanistes de l’époque valait en réalité.

Cité du Clos Saint-Lazare, commune de Stains, 2009/Cyrus Cornut
Cité du Clos Saint-Lazare, commune de Stains, 2009/Cyrus Cornut 

Quels ont-été vos sensations en visitant ces lieux?

J’ai eu évidemment un sentiment permanent d’insécurité d’autant plus que j’allais la bas avec un appareil photo. Ce sont des lieux ou l’on ne va pas si l’on n’y habite pas. C’est un peu comme si l’on rentrait dans un « territoire » surveillé. On est tout de suite remarqué comme « étranger » et l’appareil photo peut provoquer les imaginaires (est ce que je suis de la police?). Les formes ouvertes, et non délimités des espaces extérieurs renforcent  l’impression que l’ont est observé, ou que l’on est dans un no man’s land, comme si l’on arrivait sur une plaine devant un château d’ou les gardent nous observe depuis les donjons..

Outre le sentiment de ne pas être en sécurité, il y a la perception de l’architecture des logements de masse. Ca me donne toujours l’impression que l’on met les gens dans des boites, quel que soient les raisons, économiques, idéologiques… Et puis beaucoup d’entres eux sont très dégradés, comme si les gens la bas avaient été abandonnées.

Pouriez vous expliquer plus en détail ce sentiment d’abandon que vous aviez eprouvé?

Bien que des grosses campagnes de réhabilitation et de destruction ait été entreprise, beaucoup de ces sites sont très délabrés, et ghettoïsés. Les façades des bâtiments, les cages d’escaliers, les rues sont parfois dans des états de décrépitudes qui laisse à penser que plus personnes ne s’en occupe. Les pires endroits sont ceux ou il y a eu une accession a la propriété et ou les copropriété sont surendettés et n’ont pas les moyen d’entretenir. Une certaine réalité concernant l’insécurité et différents type de trafic entretient ce délabrement et cet abandon en créant des zones de non droit.

Les Presles, Épinay-sur-Seine 2008/Cyrus Cornut
Les Presles, Épinay-sur-Seine 2008/Cyrus Cornut 

À côté des jugements plutôt négatifs que vous avez tout à l’heure cité : « zone de non droit », « sentiment d’insécurité », quelle à été votre personnelle perception ? Au delà des réputations de ces lieus comme « dangereux et non conseillé » quelle a été votre confrontation à cette realité? Bref avez-vous changé votre perception?

Je en vous cache pas que j’ai eu des problèmes à plusieurs reprises malgré ma discrétion. Mais en passant par des fixeurs sur place , c’est a dire des personnes qui connaissent les lieux, on peux travailler. Il faut aussi s’annoncer, et ne pas venir « voler des photos » au risque d’être mal perçu. Je ne sais pas si j’ai changé ma perception. J’ai tout même bien constaté les efforts de l’état et des bailleurs privés pour rendre ces lieux plus agréables. Beaucoup de choses ont été faites, et beaucoup de quartiers ont retrouvés peau neuve. Mais il reste néanmoins un problème structurel, ce sont des lieux ou l’ont ne vas pas si on n’y habite pas car il n’y a pas de commerces, de lieu culturels… et le manque de mixité sociale ne permet pas vraiment l’ouverture culturelle. Aussi, l’échelle des construction est une négation de l’échelle humaine.

Avez-vous eu des contactes avec les habitants ? Est-ce qu’ils étaient intéressés à votre travail ?

Oui j’ai eu des contacts avec les habitants, certains que je photographiais, d’autres qui me guidaient, d’autres encore qui me menaçaient (c’est une réalité, on ne peux pas l’occulter, même si évidemment il s’agit d’une extrême minorité). Globalement les gens n’étaient pas vraiment intéressé par mon travail. Ils n’ont souvent pas la culture de l’image, ou d’autres préoccupations, et se demande vraiment pourquoi on photographie ce genre d’endroit qu’ils considèrent eux même comme « moche ». Parfois des jeunes ayant une culture de cité étaient amusés de reconnaitre d’autres cités dans mes photos.

Cité de la Noue. Parc des Guilands, Bagnolet, 2008/Cyrus Cornut
Cité de la Noue. Parc des Guilands, Bagnolet, 2008/Cyrus Cornut 

En tant que photographe, quelle était votre visée en photographiant ces lieux? Est-ce que la vôtre est une démarche de dénonciation?

Non il n’a aucune démarche de dénonciation ou de jugement mais simplement une fascination et l’envie de faire un constat, un inventaire de ce que les architectes et les urbanistes, ainsi que les contraintes économiques et sociales ont produit. L’envie d’une part de me confronter au terrain, et d’autre part de traiter ces architectures de logement comme des monuments dont ils ont l’envergure. Le traitement photographique (couleur, lumière) en fait des objets presque irréels, posé comme des ovnis.

 

 

Je remercie Cyrus Cornut pour le temps qu’il m’a accordé ainsi que pour sa merveilleuse oeuvre artistique sur les Grands Ensembles.

L’auteur:

Français d’origine irano-irakienne, Cyrus Cornut, vit d’abord à Bagdad, le Caire puis Paris où il étudie l’architecture. Un parcours sinueux qui explique en partie sa fascination pour le principe du palimpseste urbain et son travail sur la ville, ses évolutions, ses trames et ses traces, ses vides et les comportements humains qu’elle induit. Dans le cadre du projet F14 qui unit 14 photographes de la sélection Arles 2006 et qui porte sur la France et son territoire, il présente son Voyage en Périphérie en banlieues, ces territoires d’« antivoyages », souvent dortoirs plus que sites touristiques, zones d’activité plus que quartiers touristiques.

http://www.cyruscornut.com/

http://picturetank.com/photographer.php?id=468

 

 

Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 1

Cité Champagne, Argenteuil 2010. Cyrus Cornut
Cité Champagne, Argenteuil 2010.Cyrus Cornut 

 

 

Le photographe Cyrus Cornut nous amène avec lui dans son « Voyage en péripherie »  à travers son exposition photographique qui a eu lieu en Avril 2012 voici le lien

Présentation du travail de l’auteur :

Dans le cadre du projet F14 qui unit 14 photographes de la sélection Arles 2006, portant sur la France et son territoire, et en réponse amicale au travail de Raymond Depardon sur la France en 20×25, Cyrus Cornut présente «Voyage en Périphérie» : « L’important n’est pas la destination, mais la déambulation », suivant le mot de Stevenson. La photographie est pour moi une condition mentale. J’y suis arrivé par le voyage. Inversement, la nature fixe de l’image a le pouvoir de transporter son spectateur. Dans la  riche diversité des paysages français, les banlieues restent  des territoires d’« antivoyages ». Construites dans la hâte et dans une histoire courte, elles sont loin de véhiculer l’image consensuelle d’une France romantique. Elles sont souvent des dortoirs plutôt que des sites touristiques, des zones d’activités plutôt que des quartiers historiques. Les formes urbaines adoptées épousent la grande échelle. Les principes de la ville classique ont été inversés. Le bâti n’est plus la résultante du dessin de l’espace public, il ne s’insère plus dans un tissu. Émergent alors des volumes platoniciens inspirés des préceptes de la charte d’Athènes où l’espace public devient lâche et résiduel. Le plan urbain s’adapte aux véhicules motorisés et le piéton n’a plus de raison d’être. Si le territoire a ses centres géographiques, économiques, politiques ou culturels, les banlieues en sont le centre névralgique. Fragiles comme toutes entités ayant grandi trop vite, elles nourrissent nos fantasmes et cristallisent bon nombre de questions de l’époque actuelle. « Voyage en périphérie » est une extraspection. C’est l’histoire d’un voyage physique dans les banlieues de « ma ville » qui me semblaient hier plus lointaines que quelques grandes métropoles du monde. Cyrus Cornut – http://www.cyruscornut.com/

Voir la suite: Voyage en périphérie/Cyrus Cornut 2 – Interview avec l’auteur

Films

Quelques suggestions cinématographiques autour du sujet :

Amelio, Gianni, Il primo uomo, France-Italie-Algérie, 2011.

Ben Jadir, Nabil, La marche, France, 2013.

Carné, Michel, Terrain vague, France-Italie, 1960.

Chibane, Malik, Voisins, Voisines, France, 2005.

Chibane, Malik, Douce France, 1995.

Chibane, Malik, Hexagone, 1993.

Cisterne, Hélier, Vandal, France, 2013.

De Palma, Brian,  Scarface, États-Unis,1983.

Djaidani, Rachid, Rengaine, France, 2012.

Giovannesi, Claudio, Ali ha gli occhi azzurri, Italie, 2013.

Ghorab-Volta, Zaïda, Jeunesse dorée, France, 2000.

Godard, Jean-Luc, Deux ou trois choses que je sais sur elle, France, 1967.

Kassovits, Matthieu, La haine, France, 1995.

Kechiche, Abdellatif, L’esquive, France, 2004.

Lilenfeld, Jean-Paul, La journée de la jupe, France-Belgique, 2009.

Pasolini, Pier Paolo, Mamma Roma, Italie, 1962.

Pasolini, Pier Paolo, Accattone, Italia, Italie, 1961.

Verneuil, Henri, Mélodie en sous-sol, France, 1962.

Pirès, Gérard , Elle court, elle court la banlieue, France-Italie, 1973.

 

Documentaires :

Bertrand Tavernier, Nils Tavernier, De l’autre côté du périph’ : au cœur de la cité, France, 1997.

Cabrera, Dominique, Une poste à La Courneuve, France, 1994.

Del Debbio, Christophe-Emmanuel, Banlieues : sous le feu des médias, France, 2006.

Gir, François et De Tourenne, Henri, Ils ont trouvé un appartement, France, 1965.

Djaidani, Rachid, La ligne brune, France, 2010.

Djaidani, Rachid, Sur ma ligne, France, 2006.

Tchernia, Pierre, 40.000 voisins, France, 1960.