Indicibles Témoignages? Autour de Charlotte Delbo

Indicibles Témoignages? Tel est le titre de la journée d’étude internationale dédiée à l’œuvre de l’écrivaine Charlotte Delbo au centenaire de sa naissance, organisée par Catherine Douzou (ICD) et François Olvier Touati (CITERES) de l’Universit François Rabelais de Tours.

Figure peu évoquée dans le panorama littéraire français, passée en second plan parmi les femmes de la Résistance, Delbo a été un grand témoin du traumatisme de la déportation.

Née dans une famille d’origine italienne, Charlotte Delbo s’engage tout jeune dans les rangs des filles communistes, où connaîtra son futur mari, Georges Dudach responsable dans le PCF. Leur avenir sera marqué par une forte implication dans la résistance au nazisme qui les séparera pour toujours.

En effet après avoir été attrapés, incarcérés et interrogés par les Allemands, Delbo sera déportée dans le convoi de 230 femmes « politiques » le 24 janvier 1943 à destination d’Auschwitz-Birkenau, tandis que Georges mourra fusillé à l’âge de 28 ans. L’ADIEU lors de leur dernière rencontre, sera pour elle source d’inspiration dans plusieurs œuvres.

Pendant son enfermement, elle n’abandonne pas sa passion théâtrale qui avait connue lorsqu’elle était assistante du metteur en scène Louis Jouve, continuant à réciter devant ses compagnes deux pièces de Girodoux : Electre et Ondine.

Dès son retour avec les autres quarante-huit femmes survivantes, elle entend témoigner de son expérience de déportée politique dans les champs de concentration, répondant à un souci personnel de faire savoir et en même temps d’obligation envers les autres, particulièrement envers les futures générations auxquelles elle s’adresse plus intentionnellement.

Delbo donne à voir l’engagement du témoin : « Je transpose, je n’invente rien » dit-elle. Son style pauvre de repères, sans aucun souci chronologique, a comme conséquence de placer le lecteur dans la désorientation, tel était véritablement le sentiment des déportés.

Elle s’efface en prenant le rôle de porte parole de l’expérience d’une collectivité de femmes, racontant le ressenti de ces compagnes et en même temps le sien dans plusieurs récits et pièces théâtrales dont : Aucun de nous ne reviendra, Le Convoi du 24 janvier, Qui rapportera ces paroles ?, Une connaissance inutile, L’adieu, Mesure de nos jours.

20131120_175234[1]

Cette journée développée autour du rôle du témoignage historique aussi bien que dans le domaine des arts du spectacles et de la littérature, nous a permis la rencontre avec l’œuvre de cette femme résistante soucieuse de sa postérité.

Colloque international sur « le retour à la narration », « the return of the narrative »

http://thelord01.deviantart.com/art/Ice-Skating-373483075

Le 16 et 17 janvier 2014 l’Université d’Amsterdam organise un colloque international qui portera sur le concept, souvent avancé par des commentateurs du roman contemporain, du retour à la narration. Des critiques tels que Viart et Vercier (La littérature française au présent, 2005) et Blanckeman (Les récits indécidables, 2000) parlent d’un retour au narratif qui aurait marqué les années 80 et suivantes : la renarrativisation du texte.

Programme

Le romancier contemporain s’opposerait à l’hermétisme du roman postmoderne et désirerait rétablir le lien entre le texte et son lecteur et entre la littérature et la réalité extralittéraire. Les écrivains se lassent du formalisme et reprennent les conventions du réalisme sans toutefois les appliquer passivement. Cette tendance résulte tout d’abord en un grand nombre de romans centrés sur la personnalité de l’auteur ou d’une figure historique (autobiographie/autofiction et biographie/biofiction).

Beaucoup d’auteurs contemporains rompent avec le principe postmoderne que la représentation du caractère est d’importance secondaire ; ils cherchent à nouveau à évoquer des individualités. Cette quête de l’identité va de pair avec un renouveau d’intérêt pour le contexte socio-historique : on songe par exemple à tous ces romans contemporains qui ont pour cadre la Première et la Seconde Guerre Mondiale et aux nombreux textes qui commentent notre société capitaliste moderne. Il semble que beaucoup d’auteurs de l’extrême contemporain appliquent les stratégies du roman réaliste : des personnages psychologiquement et socialement bien déterminés, une chronologie fermement indiquée, déterminisme, engagement, un style simple, beaucoup de couleur locale, des sujets tabou, une aversion pour l’ironie postmoderne et cetera.

Des commentateurs du roman de l’extrême contemporain reconnaissent toutefois que ces techniques sont appliquées d’une façon nouvelle et que l’auteur actuel se souvient bel et bien des ruptures modernes. Il n’envisage pas de restaurer une forme traditionnelle, mais de réécrire au second degré certains modèles romanesques afin de mieux représenter le monde contemporain. Le roman contemporain serait donc une forme hybride qui combine des tendances réalistes et postmodernes. Les contributions doivent porter sur un roman européen de l’extrême contemporain et discuter des questions qui élucident un ou plusieurs aspects de ce fameux ‘retour à la narration » signalé par maint commentateur :

1.       Est-ce qu’on écrit à nouveau des romans engagés ?

2.       Est-ce que le romancier actuel rejette l’ironie postmoderne ?

3.       Applique-t-on les conventions du roman réaliste ?

4.       Comment établit-on le lien entre la quête de l´identité et le contexte socio-historique ?

5.       La recherche du réel sous le signe même de la déréalisation

6.       Est-ce que l’intrigue redevient le pivot moteur de la structure narrative ?

Direction scientifique : dr. Sabine van Wesemael et dr. Suze van der Poll (Université d’Amsterdam)

Programme Banlieue Summer School 8-12 juillet 2013

Le groupe
Le groupe

“Regards croisés sur la banlieue”

8-12 juillet 2013

Résidence d’été à Saint-Denis, Bondy, Drancy, Bobigny

organisée par Banlieue Network

   La Résidence d’été

  La banlieue occupe une place particulière dans l’imaginaire français contemporain. Lieu de concentration de nombreuses questions sociales majeures, elle est souvent associée à la précarisation et à une série de stéréotypes qui pèsent lourdement sur la vie des résidents. Selon les sociologues Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, les cités de banlieue sont devenues aujourd’hui « des zones où personne ne va, hormis les personnes qui y vivent ». Véhiculés par les discours médiatiques et politique, les clichés qui reflètent les peurs et remettent en cause l’appartenance des cités à l’espace commun, contribuent à l’écart qui les sépare de la société française.

La résidence d’été « Regards croisés sur la banlieue » propose d’abolir cette distance en explorant l’hétérogénéité des territoires situés au-delà du Périphérique que les discours publics, politiques ou médiatiques, tendent souvent à aplatir et s’efforcera à révéler le dynamisme culturel, l’effervescence associative et la créativité de trois communes du département 93 : Saint-Denis, Bondy et Drancy.

Cette résidence a été conçue dans le but de permettre aux résidents des villes concernées de comparer leur perception de leur commune avec celle des chercheurs, artistes, urbanistes, acteurs urbains et artistes dont le travail porte sur les banlieues. Comment ces villes sont-elles perçues par les personnes qui y vivent et comment sont-elles vues par les chercheurs qui les  explorent dans différentes disciplines telles que la linguistique, la géographie, la littérature, la sociologie ou l’histoire? Comment sont-elles représentées par les artistes qui les photographient, dessinent, filment ou mettent en scène dans leurs textes? Pour croiser nos regards sur la banlieue, nous proposons un programme intensif d’échanges de savoirs qui, pendant cinq jours, revisitera les aspects clés de la banlieue tout en offrant aux participants l’opportunité de faire valoir leur savoir spécifique et leur expérience professionnelle ou personnelle.

Durant la semaine du 8 au 12 juillet, une vingtaine de chercheurs et une dizaine d’artistes internationaux participeront à des rencontres intellectuelles, des conférences-débats, des balades et des ateliers créatifs à Saint-Denis, Bobigny, Drancy et Bondy. Le programme universitaire de la résidence se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme – Paris Nord. Les cinq séances thématiques qui porteront tour à tour sur les espaces, les images, les voix, les identités, la mémoire et l’avenir de la banlieue, familiariseront les participants avec les résultats des recherches les plus actuelles dans différentes disciplines. Ces séances seront suivies de balades urbaines et d’ateliers d’écriture, de dessin, de théâtre et de photographie qui permettront aux participants et aux résidents de produire ensemble un portfolio d’œuvres créatives inspirées par l’environnement périurbain du département 93. Notre exploration des espaces et des représentations périurbains s’articulera autour des thèmes de l’identité, de l’inscription du sujet dans l’espace, de la représentation, du portrait et de l’autoportrait, du journal, des objets personnels, des expériences collectives, de la nourriture ainsi que du développement durable. Une sélection des œuvres créées durant ces ateliers sera exposée dans différentes villes d’Europe et publiée sous forme de livre.

Les balades effectuées dans différents quartiers du territoire arpenté seront encadrées par des universitaires qui y ont mené des recherches, par des artistes français et britanniques qui l’ont investi de leurs projets et par des personnes qui y résident. Les déambulations et ateliers de photographie seront dirigés par Jean-Michel Delage, photographe originaire de Saint-Denis, Mish Aminoff et John Perivolaris, photographes londoniens, Ibrahim Kaba (Kalou), spécialiste de la technique du sténopé et Samuel Nja Kwa, connu pour ces portraits réalisés en Afrique, en France et aux États-Unis. Jean-Michel Delage propose une déambulation dans le quartier du Stade de France. Liza Dimbleby, artiste britannique qui anime régulièrement des ateliers de dessin sous la forme déambulatoire dans des villes comme Londres, Glasgow ou Moscou, animera une balade au long du canal de l’Ourcq du parc de la Villette à Bobigny. Des ateliers d’écriture et de théâtre seront encadrés par des auteurs publiés qui ont une expérience de la représentation littéraire du soi, de l’identité ou de la banlieue tels que Mamadou Mahmoud N’Dongo, Sophie Tonneau et Fabienne Kanor. Pour terminer, la nomade urbaine Dianne Regisford invitera des membres des différentes communautés à se réunir et à participer à une performance autour d’un repas.

Qui sommes-nous ?

Le réseau Banlieue Network cherche à favoriser le rapprochement et la collaboration entre les universitaires, les artistes, les urbanistes, les élus, les associations et les résidents. Notre but est de susciter des débats et de créer un cadre approprié pour un échange de savoirs ainsi qu’un partage d’expertises et de bonnes pratiques autour du sujet de la banlieue.

Notre domaine d’intervention prioritaire est la banlieue parisienne, notamment les villes de  Saint-Denis, Drancy, Bobigny et Bondy, mais notre réseau entend encourager, à terme, des approches comparées de communautés urbaines dans d’autres villes en Europe et ailleurs. L’objectif principal du réseau est de lutter contre la stigmatisation et les clichés simplificateurs qui s’attachent à certains quartiers en créant un forum de discussion interdisciplinaire favorisant des visions futures de la ville et le développement de communautés durables.

Nous visons à collaborer avec un grand nombre de partenaires afin de stimuler des approches comparatives et l’émergence de nouvelles manières de penser.  En travaillant en collaboration étroite avec les mairies et des associations locales, nous espérons que nos activités contribueront à une société plus équitable.

Le programme scientifique

Le programme universitaire sera composé de séances de discussions interdisciplinaires qui auront lieu quotidiennement dans les locaux de la MSH Paris-Nord située au 4, rue de la croix Faron 93210 Saint-Denis la Plaine et de soirées conférence-débats qui se dérouleront dans les communes de Saint-Denis, Drancy, Bondy et Bobigny, avec la participation d’un public local.

Notre but étant de faire dialoguer les disciplines, nous proposons des axes pour chaque séance en laissant le choix aux participants d’intervenir autour des thèmes qui correspondent à leurs intérêts de recherche et expertise. Pour pouvoir consacrer assez de temps aux débats, ces séances seront composées de brèves présentations liées aux recherches et pratiques de chacun plutôt que de communications. Celles-ci seront suivies de discussions présidées par des experts de différentes disciplines. Nous proposons également une série de conférences-débats qui se dérouleront dans les locaux des mairies, des médiathèques et des associations locales à Saint-Denis, Drancy, Bondy et Bobigny.

Le calendrier des séances interdisciplinaires

Lundi 8 juillet : 10h – 12h Séance d’Introduction. Chacun se présente brièvement.
13h -15 : Séance 1 : Espaces de la banlieueJournée présidée par Juliet Carpenter
Mardi 9 juillet 9h30 – 12h Séance 2. Images de la banlieue.Journée présidée par Ed Welch
Mercredi 10 juillet 9h30 – 12h Séance 3. Voix de banlieueJournée présidée par Christina Horvath
Jeudi 11 juillet 9h30 – 12h Séance 4. Identités de la banlieue.Journée présidée par Bruno Levasseur
Vendredi 12 juillet 9h30 – 12h30 Séance 5.Banlieues : Mémoire et AvenirJournée présidée par Marie-Madeleine Bertucci

Séance 1 : Espaces de la banlieue

Journée présidée par Juliet Carpenter (Institut d’Urbanisme de Lyon – Université Lyon 2 / Oxford Brookes University)

Cette première séance porte sur les « espaces de la Banlieue », dans leurs formes multiples. Qu’entend-on par « espaces »? S’agit-il d’espaces de vie, de rencontre, de travail, d’espaces physiques ou imaginaires ? En cherchant à favoriser les échanges interdisciplinaires et à profiter des multiples perspectives représentées par les participants de la Résidence d’été, cette séance abordera, entre autres, les questions suivantes:

–              Par qui les espaces sont-ils construits ?

–              À qui sont-ils destinés ?

–              Qui gère ces espaces ? (questions de pouvoir)

–              Quelles visions futures pour ces espaces ?

En croisant les différents regards des participants sur ces sujets, on arrivera à mieux comprendre la réalité des espaces de banlieue tels qu’ils sont vécus aujourd’hui, et les possibilités qui se présentent quant à leur avenir.

Séance 2. Images de la banlieue.

Journée présidée par Ed Welch (Durham University)

Cette séance se penchera sur la représentation visuelle de la banlieue. On se confronte depuis longtemps aux images de la banlieue qui ne cessent de circuler, dans les médias, au cinéma, dans les publications officielles, dans des travaux académiques. On essaie de décrypter et de comprendre la banlieue à partir de ces images; ou bien, s’en servir pour imposer une certaine manière de voir. Comment décrire et comprendre ‘l’économie visuelle’ de la banlieue? Comment cette économie a-t-elle évoluée au cours des décennies? Peut-on y intervenir, en tant qu’artiste ou chercheur? Quelles sont les conditions de production des images de la banlieue? Comment changer ces conditions, ou créer de nouveaux contextes de productions? La séance essaiera de répondre à ces questions, ainsi que de poser d’autres auxquelles le travail des artistes et de leurs collaborateurs peut aussi esquisser une réponse.

Séance 3. Voix de banlieue

Journée présidée par Christina Horvath (Oxford Brookes University)

La troisième journée de la Résidence d’été sera consacrée à la création littéraire en banlieue. Les critiques sont partagés concernant la littérature de banlieue. Selon certains, pas d’auteur digne de ce nom s’est intéressé à la banlieue depuis Céline alors que d’autres prétendent que c’est un vivier de nouveaux talents et un haut lieu de créativité, en musique comme en littérature.

Quelles sont les nouvelles voix de la banlieue? À quel public s’adressent-elles de préférence? Quels sont les genres à travers lesquels elles choisissent de s’exprimer? Ont-ils des thèmes de prédilection, des types d’intrigue caractéristiques? Quelles sont leurs sources d’inspiration, leurs influences, leurs références culturelles ? Par qui sont-elles sélectionnées et publiées, dans quel but et selon quels critères ? Quelle est leur authenticité, et doivent-elles être mesurée à l’échelle de l’authenticité ? Quelle est la place qui leur revient dans le paysage littéraire contemporain ? La discussion s’articulera autour de ces questions et bien d’autres.

Séance 4. Identités de la banlieue.

Journée présidée par Bruno Levasseur

Depuis la fin des années 1970, la production foisonnante de représentations culturelles sur les cités périphériques a largement contribué à stimuler le débat national sur la relation entre banlieue et identité. Cette séance s’assigne comme objectif de réfléchir aux constructions identitaires des banlieues dans une France postindustrielle, postcoloniale et multiculturelle. Les questions ci-dessous pourront servir à amorcer notre travail de réflexion:

  • Quels déplacements se sont opérés dans les représentations médiatico-artistiques des banlieues depuis les années 70?
  • Comment les habitants des banlieues négocient-ils les notions de culture, d’identité, de citoyenneté et de nation de même que de prolétarisation, de colonialisme et de décolonisation dans la France contemporaine?
  • De quelle manière les populations des cités construisent-elles un ‘troisième espace’ d’énonciation pour négocier leurs identités locales, nationales et transnationales?
  • Quelles différences et similitudes peuvent être établies entre les représentations dominantes et dissidentes des banlieues? Jusqu’à quel point les pratiques des cultures urbaines recoupent-elles les usages communs de la société française?

 

Séance 5.Banlieues : Mémoire et Avenir

Journée présidée par Elizabeth Auclair et Marie-Madeleine Bertucci (Université de Cergy-Pontoise)

L’atelier s’efforcera de montrer que les lieux de mémoire évoqués sont à la fois stigmatisés et symboliques, qu’ils révèlent des modes d’habiter spécifiques et  qu’ils font apparaître les liens qui se tissent entre les territoires et les histoires de vies. Ces lieux participent à une construction identitaire, à l’élaboration d’une mémoire sociale collective, enracinée dans des lieux bien précis, les cités, qui ne sont pas des « territoires sans histoire […] » « noyés sous le béton » (Béghain, 1998).

Dans cette perspective, on fera l’hypothèse qu’ils contribuent à leur manière à la production symbolique de lieux exemplaires (Micoud, 1991 : 7) dotés d’une efficience historique (Gadamer, 1996). Aptes à susciter une interprétation, ils constituent des objets sémiotiques analysables dans le cadre d’une économie des biens symboliques (Bourdieu, 1977), les objets patrimoniaux n’étant pas consommés réellement mais symboliquement.

On développera la dimension sentimentale de l’attachement des habitants à ces cités et on tentera de mettre en évidence un processus original de patrimonialisation et d’appropriation de ces lieux, qui a des difficultés à se dire, en raison de la faiblesse du capital social et culturel des locuteurs

On verra d’abord comment les cités de la périphérie constituent le patrimoine d’une altérité minorée à travers la mise en évidence de l’attachement des habitants à leur égard, puis qu’elles sont le lieu de solidarités communautaires sur lesquelles se construit une forme de mémoire, laquelle met en évidence l’originalité du processus de patrimonialisation à l’œuvre ici. On verra ensuite comment cette patrimonialisation constitue un ancrage pour l’avenir, lequel nuance les discours pessimistes sur le futur.

Le calendrier des conférences-débats

Lundi 8 juillet :

Saint-Denis

Salle de Spectacle La Ligne 13

« Le Hip-Hop : culture de banlieue, culture jeune ou culture universelle ? »

Débat animé par Béatrice Turpin (Université de Cergy-Pontoise) avec la participation d’Hugues Bazin, chercheur indépendant, auteur d’un ouvrage sur la culture hip-hop, Moustafa Traoré, docteur en études anglophones. Artistes invités : Helias JHR de l’association JHR Crew, Salif du Collectif Street Talent, Nolly Zoanet de l’Association Jeunes Prodiges.Mardi 9 juillet

Drancy,

Salle Jean-Jaurès« Être femme en banlieue »

Projection du film Les Roses noires (74’) d’Hélène Milano suivi d’un débat animé par Marie-Madeleine Bertucci (Université de Cergy-Pontoise).

Participantes : Hélène Milano et Sylvie Brodziak

19h30 à la salle Jean-Jaurès, 168-170 rue Jean Jaurès, 93700 Drancy

Mercredi 10 juillet

Bondy , Hôtel de Ville, Salle des Fêtes« La jeunesse de banlieue et les médias ».

Table ronde animée par Ixchel Delaporte (L’Humanité)

Jeudi 11 juillet

Drancy,

Salle Jean-Jaurès« La banlieue, nouveau lieu de création littéraire »

Conférence-débat animé par Christina Horvath (Oxford Brookes University)

Invités : Mamadou Mahmoud N’Dongo, Wilfried N’Sondé, Thomté Ryam et Rachid Santaki.

19h30 à la salle Jean-Jaurès, 168-170 rue Jean Jaurès, 93700 Drancy

Vendredi 12 juillet

Saint-Denis

Salle de Spectacle La Ligne 13

« L’Avenir de la banlieue »

Table ronde animée par Ixchel Delaporte (L’Humanité)

avec des invités incluant Bally Bagayoko et Mohamed Mechmache.

 

Programme détaillé

Lundi 8 juillet :

9.30-10.00 : Inscriptions /Thé, café

10h – 12h : Introduction à la résidence d’été. Les participants font connaissance

12h – 13h : Déjeuner (buffet)

13h -15 : Séance 1 : « Espaces de la banlieue » animée par Juliet Carpenter

15h30-16.30 : Présentation de Jean-Michel Delage: Pratiques de la photographie à Saint-Denis. Projet de portraits et film réalisés à Saint-Denis

16.30-18.30 : Balade urbaine photographique dans le quartier Stade de France (départ : MSH Paris-Nord)

19.30 Programme de soir: « Le Hip-Hop : culture de banlieue, culture jeune ou culture universelle ? » suivi par un spectacle de danse hip-hop, Salle Ligne 13, Saint-Denis.

Mardi 9 juillet

9h30 – 12h : Séance 2. « Images de la banlieue », modérée par Ed Welch

Déjeuner (buffet froid)

12h30 – 13h30 : Intervention de Jörg Knieling (Hafen City University, Hambourg) « Who owns the city? Reflections on public participation and urban governance in the banlieue»

13h30 – 14.30 : Intervention d’Ed Welch et de John Perivolaris

16h00 : Ballade de pont en pont avec John Perivolaris et Ed Welch

18h00 : Visite de la Médiathèque Gorges Brassens

19h30 – 22.00 « Être femme en banlieue ». Projection du film Les Roses noires (74’) d’Hélène Milano suivi d’un débat animé par Marie-Madeleine Bertucci (Université de Cergy-Pontoise). Invitées : Hélène Milano et Sylvie Brodziak. Salle Jean-Jaurès, 168-170 rue Jean Jaurès, 93700 Drancy.

21h00 Cocktail par l’Association Planète Sésame Métisse

Mercredi 10 juillet

9h30 – 12.30h : Séance 3. « Voix de banlieue » modérée par Christina Horvath

Pause de déjeuner

14h – 15h : Atelier photo avec Jean-Michel Delage

16h30 : Rencontre devant l’Hôtel de Ville de Bondy

Interventions de Dianne Regisford et de John Perivolaris/ Ed Welch à Bondy

19.30 : Bondy , Hôtel de Ville, Salle des Fêtes.

« La jeunesse de banlieue et les médias ».

Table ronde animée par Ixchel Delaporte (L’Humanité)

21h00 Cocktail

Jeudi 11 juillet

9h30 – 12h : Séance 4. « Identités de la banlieue » modérée par Bruno Levasseur

13h-15h Ateliers

14h00 – 18.30 : Ballade urbaine du parc de la Villette à Bobigny avec Liza Dimbleby

19h30 : Salle Jean-Jaurès, Drancy.

« La banlieue, nouveau lieu de création littéraire » Table ronde animée par Christina Horvath (Oxford Brookes University). Invités : Mamadou Mahmoud N’Dongo, Wilfried N’Sondé, Thomté Ryam et Rachid Santaki.

21h00 Cocktail.

Vendredi 12 juillet

9h30 – 12h30 : Séance 5 Banlieues : « Mémoire et Avenir » modérée par Marie-Madeleine Bertucci

Pause de déjeuner

Clôture des ateliers photo : Sélection des photographes pour une projection et une exposition itinérante

19h00 Salle de Spectacle La Ligne 13, Saint-Denis

Conférence-débat sur « L’avenir de la banlieue » animée par Ixchel Delaporte (L’Humanité)

avec la participation de Bally Bagayoko et de Mohamed Mechmache.

21h00 Performances avec Fabienne Kanor, Dianne Regisford et Sophie Tonneau

Cocktail de clôture avec projection des photos résultant de la Résidence d’été et soirée de clôture

Les artistes en résidence

Mish Aminoff

Photographe, enseignante en études cinématographiques, Royaume-Uni (Londres)

Jean-Michel Delage

Photographe, France (Angers / Saint-Denis)

Liza Dimbleby

Artiste, écrivain et enseignante, avec un intérêt particulier à arpenter la ville en écrivant et dessinant Royaume-Uni (Glasgow)

Ibrahim Kaba (Kalou)

Photographe, France/ Mali (Paris /Bamako)

Fabienne Kanor

Écrivain, cinéaste, France /Cameroun (Martinique, Paris / Yaoundé)

Mamadou Mahmoud N’Dongo

Écrivain, photographe, cinéaste, auteur de théâtre, France (Drancy)

Samuel Nja Kwa

Photographe, France /Cameroun (Paris).

John Perivolaris

Photographe documentaire et d’art, conservateur. Écrivain, chercheur et organisteur d’événements photographiques Royaume-Uni (Londres, Nottingham)

Dianne Regisford

Sculpteure sociale, Royaume-Uni/Jamaïque/Afrique (Oxford/ Londres).

Sophie Tonneau

Comédienne, chanteuse, musicienne, auteure de théâtre, metteure en scène, France (Paris)

Les organisateurs

Juliet Carpenter est chercheure en urbanisme à l’Oxford Institute for Sustainable Development avec des intérêts particuliers en régénération urbaine et participation communautaire. Elle travaille actuellement comme chercheure invitée à l’Institut d’Urbanisme de Lyon.

Christina Horvath est une spécialiste de la littérature française contemporaine et plus particulièrement du genre du roman urbain. Maître de conférences à Oxford Brookes University, elle enseigne des cours sur la société et la culture françaises contemporaines ainsi que sur la littérature française et francophone. Auteure de l’ouvrage Le roman urbain: un genre de la surmodernité, elle travaille actuellement sur une monographie portant sur les récits de banlieue.

Jӧrg Knieling est professeur en urbanisme et développement régional à HafenCity University Hambourg. Membre de l’Académie de Recherche Spatiale et d’Urbanisme, il est impliqué dans plusieurs consortiums de recherche internationaux. Il a publié quatre livres sur des sujets tels que le changement climatique et les cultures urbanistiques.

Marie-Madeleine Bertucci est professeur en sociolinguistique à l’université de Cergy-Pontoise. Elle travaille sur les banlieues, le parler jeune, des situations plurilingues and pluriculturelles, entre autres. Elle travaille actuellement à une étude dédiée aux joutes verbales et insultes rituelles parmi les jeunes d’origines immigrées.

Bruno Levasseur est maître de conférences en Études Françaises à Roehampton University, avec des intérêts de recherches dans le domaine des représentations culturelles de la France postcoloniale. Il travaille en particulier sur les représentations de la cité des 4000 à La Courneuve.

Edward Welch est maître de conférences en Études Françaises à Durham University. Ses domaines de spécialité incluent la culture visuelle et littéraire de la France d’après-guerre. Il travaille actuellement à un projet lié au développement urbain en France depuis la seconde guerre mondiale. Il est le fondateur du Durham Centre for Advanced Photography qu’il codirige.

Les participants

Abeer Aloush enseigne à l’université de Pennsylvania. Elle termine une thèse qui porte à la fois sur le langage utilisé par immigrants maghrébins de la seconde génération et sur la littérature du Maghreb.

Études françaises / Multiculturalisme, théorie identitaire, politiques de l’immigration, l’islam dans les banlieues, langage des banlieues, littérature Beur, psychanalyse des immigrants de la seconde génération.

Mohammad Atashinbar est doctorant au laboratoire LADYSS /L’université Paris-Diderot Paris 7- UFR GHSS. Diplômé d’architecture de l’université de Téhéran en 2007, il a collaboré avec un bureau d’architecture comme dessinateur et chef de projet et travaille actuellement à une étude comparative des agglomérations téhéranaise et parisienne.

Le paysage, l’architecture, l’étude urbaine /Le paysage de la rue

Frédéric Barbe est géographe, docteur en géographie, enseignant, auteur/performeur, éditeur et animateur d’atelier d’écriture. Ses thèmes de recherches incluent les suivants: géographie sociale et culturelle, littérature, bibliothèque mondiale, échelles.

Géographie / littérature géographique et écritures contemporaines, mondialisation, épistémologie et éthique, recherche-action écriture-lecture-édition, politiques publiques et sociétés (aménagement, conflits, justice spatiale, précarité, développement durable, paysage, innovation), Mali, Corée du sud, Métropole nantaise.

Dorothée Bertenhoff est doctorante et chargée de cours à l’université de Marbourg. Elle s’intéresse à la recherche de l’esthétique de la banlieue dans la littérature française d’un point de vue historique. Elle enseigne un séminaire sur «La banlieue dans la littérature française».

Littérature française et italienne / Littérature des banlieues et littérature de jeunesse.

Elise Bouhet prépare une thèse en Études Françaises à l’University d’Albany (SUNY). Elle enseigne le français et est en charge d’un atelier de théâtre français à Trinity College, à Hartford, Connecticut. Spécialiste de la société française contemporaine, elle travaille actuellement à une dissertation qui porte sur les émeutes de 2005 en France.

Études françaises, culture et société française contemporaines.

Marie-Pierre Caquot Baggett est enseignante-chercheure à South Dakota State University, USA. Sa recherche porte sur les tensions entre culture and politique en France, et plus particulièrement sur des questions identitaires dans le cinéma populaire français banlieue, frontières et espaces ruraux.

Études françaises, cinéma de la période extrême-contemporaine, cinéma de banlieue.

Serena Cello prépare présentement un doctorat en cotutelle. Sa thèse porte sur la littérature dite de « banlieue » et la culture urbaine (musique rap et slam) aux universités de Gênes et de Tours.

Littérature et culture françaises, nouvelles technologies, littérature de banlieue

Ibrahima Diallo travaille à l’université de South Australia. Diplômée de l’Ecole Normale Supérieure (Dakar-Cachan, elle a fait son doctorat en linguistique appliquée à Griffith University et enseigne des modules en études francophones, notamment sur l’immigration et la société la française contemporaine qui focalise sur les banlieues.

Linguistique appliquée, études culturelles, études francophones (France et Sénégal), identité noire en France, religions.

Isabelle Galichon vient de soutenir sa thèse de doctorat en Littérature et Civilisation française à l’université Bordeaux 3 sur le « récit de soi comme écriture de résistance face au nazisme ». Elle enseigne depuis un an à l’Université de Bordeaux 3 un cours de littérature intitulé « Lire et écrire le monde contemporain », à des étudiants inscrits dans un cursus d’apprentissage des langues.

Littérature et philosophie française du XXème siècle / pratiques du souci de soi dans une approche littéraire et philosophique, récits de soi.

Ravi Hensman est en dernière année de thèse en histoire à l’université de Manchester, et sa thèse porte sur des espaces imaginaires de la banlieue dans des discours variés : ceux de l’élite politique, des urbanistes, des résidents et de la police. Il travaille en particulier sur les grands ensembles de Les Courtillières, Pantin and les 4000 à La Courneuve, 1955-1980.

Histoire/ banlieues imaginaires / discours tenus sur la banlieue

Ray Hutchison est professeur en sociologie à l’université de Wisconsin-Green Bay. Sa recherche s’inscrit dans le domaine des études urbaines (il est l’éditeur de The Encyclopedia of Urban Studies) et sociologie urbaine (il édite également Research in Urban Sociology  et est le coauteur de The New Urban Sociology). Il a également publié The Ghetto: Contemporary Global Issues and Controversies (Westview Press, 2012) qui inclue plusieurs essais sur la banlieue parisienne.

Études urbaines, suburbanisation, immigration, ethnicité

Charlotte Maconochie est diplômée de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Marseille en design et elle vient de terminer un Master en Photographie et Cultures urbaines à Goldsmith College, Londres. Elle travaille actuellement comme traductrice et écrivain en freelance ainsi que coordinatrice pour une organisation dont le but est de rendre l’art accessible à des malvoyants.

Sociologie urbaine, langue et culture françaises / sociologie visuelle, photographie comme méthode de recherche, multilinguisme, communautés, urbanisme, représentations urbaines

Maryam Alsadat Mansouri est architecte de formation. Elle a travaillé à un centre iranien de Recherche sur l’Art, l’Architecture, la Ville et le Paysage. Actuellement, elle est inscrite en 1ère année de thèse à l’Université Pais Ouest – Nanterre et travaille sur la question de la sociabilité de l’espace urbain

Paysage, aménagement de l’espace et urbanisme /les espaces sociaux urbains, la pratique des espaces sociaux par les usagers, la sociabilité des espaces urbains

Anaïs Marshall est maître de conférences en géographie à l’université Paris 13 – Nord sur le campus de Villetaneuse. Ses recherches portent sur les dynamiques rurales et périurbaines en France et au Pérou, confrontant l’approche spatiale aux perceptions des acteurs. Elle est passionnée par la photographie qu’elle pratique régulièrement.

Géographie / Dynamiques et mutations rurales, mondialisation, marges, entretiens, aménagement du territoire, géographie de la mondialisation, les outils de la géographie (SIG et photographie)

Imke Momann prépare une thèse en littérature française à l’université Friedrich-Schiller de Jena et la Freie Universität Berlin, en Allemagne. Dans le cadre de son projet de doctorat, elle travaille sur la façon dont sont évoquées les banlieues en littérature française contemporaine. Après avoir été employée à la Freie Universität Berlin, elle travaille comme enseignante-chercheuse à l’Université de Iéna depuis 2012.

Littérature française/ représentations littéraires de la banlieue

Ruth Scales est en troisième année de thèse ai Département de français du National University of Ireland, Galway. Ses recherches portent sur la littérature émergente des banlieues parisiennes, notamment dans les romans de Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany et Faïza Guène. Elle s’intéresse en particulier à la littérature qui s’adresse aux adolescents et à leur potentiel de préparer la voie pour un changement social.

Etudes françaises, études postcoloniales, littérature des banlieues parisiennes

Béatrice Turpin est maître de conférences en sciences du langage à l’université de Cergy-Pontoise. Elle s’est intéressée au parler des jeunes des quartiers populaires et aux représentations qui y sont sous-jacentes. Plus récemment, ses recherches ont porté sur les représentations de la banlieue dans la presse écrite en France ou dans des blogs tels que le Bondy blog (représentations des révoltes de 2005 ou d’espaces ciblés, tels que la cité des 4000 ou celle des Bosquets).

Linguistique / sémiotique et analyse de discours; sociolinguistique et lexicologie.

Sarah Wood finit sa deuxième année de thèse à l’université de Manchester. Elle explore les dynamiques de l’Identité culturelle en Guyane française depuis 1946, en relation à l’environment et les politiques du ‘développent’ et de conservation de la région.

Histoire/ histoire culturelle et sociale, Guyane française

Helena Zubceková vient de finir son master à l’Université Masaryk, et commence une thèse de linguistique sous la codirection d’Alena Podhorna-Policka et Jean-Marc Leblanc sur la poétique du rap français. Elle s’intéresse particulièrement à la sociolinguistique urbaine.

Linguistique française / rap français

 

 

Photos Banlieue Summer School 8-12 juillet 2013

Une semaine de séminaires et balades explorant l’hétérogénéité des territoires situés au-delà du Périphérique Parisien.

Voici le programme de la semaine.

Livre: Une autre histoire des « Trente glorieuses » Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre

Feuilletez le texte ici

Céline Pessis, Sezin Topçu, Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2013, 309 p., ISBN : 978-2-7071-7547-2.  24 €

Comme était doux le temps des « Trente Glorieuses » ! La démocratisation de la voiture et de la viande ! L’électroménager libérant la femme ! La mécanisation agricole éradiquant la famine ! La Troisième Guerre mondiale évitée et la grandeur nationale restaurée grâce à la dissuasion nucléaire ! Etc. Telle est aujourd’hui la vision dominante de cette période d’« expansion », objet d’une profonde nostalgie passéiste… au risque de l’aveuglement sur les racines de la crise contemporaine.
À rebours d’une histoire consensuelle de la modernisation, cet ouvrage dévoile l’autre face, noire, du rouleau compresseur de la « modernité » et du « progrès », qui tout à la fois créa et rendit invisibles ses victimes : les irradié.e.s des essais nucléaires en Algérie et en Polynésie, les ouvrier.ère.s de l’amiante ou des mines d’uranium contaminé.e.s, les rivières irrémédiablement polluées, les cerveaux colonisés par les mots d’ordre de la « croissance » et de la publicité…
Les conséquences sociales et environnementales des prétendues « Trente Glorieuses », de leur mythologie savamment construite par les « modernisateurs » eux-mêmes, de leurs choix technico-économiques et de leurs modes de vie, se révèlent aujourd’hui très lourdes. Il nous faut donc réévaluer la période et faire resurgir la voix des vaincu.e.s et des critiques du « progrès » (de l’atome, des pollutions, du productivisme et du consumérisme) antérieures à 1968. L’enjeu est non seulement de démonter les stratégies qui permirent alors de les contourner, mais aussi de les réinscrire dans les combats politiques et écologiques contemporains.

Les auteurs

Céline Pessis est doctorante en histoire à l’EHESS et travaille sur la technocratie colo-niale et sur l’émergence d’une critique du « développement » après 1945. Elle a publiéSurvivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l’écologie (L’Échappée, 2013).

Sezin Topçu est historienne et sociologue des sciences, chargée de recherche au CNRS (Institut Marcel Mauss-CEMS). Spécialiste du nucléaire et de sa contestation depuis 1945, elle est l’auteure de La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée (Le Seuil, 2013).

Christophe Bonneuil est historien au Centre A. Koyré (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur les rapports entre science, nature et société depuis la fin du XIXe siècle. Il a notamment publié Gènes, pouvoirs et profits (Quae, 2009, avec F. Thomas) et Science, technique et société (La Découverte, 2013, avec P-B. Joly), et l’Événement anthropocène (Le Seuil, 2013, avec J.-B. Fressoz).