Archives de catégorie : Littérature

Rachid Santaki: les polars de Saint-Denis s’écrivent au rythme de hip-hop

C’est dans un contexte fortement juvénile et urbain qui se situe l’écrivain Rachid Santaki et sa production littéraire. En effet, la culture hip-hop et urbaine avec ses différentes branches, ses codes et son langage, apparaissent à petites touches dans l’ensemble de ses narrations, se déroulant dans les quartiers les plus sensibles et sombres de la banlieue de Saint-Denis.

Par la suite, nous nous proposons d’analyser le rôle que ces références jouent à l’intérieur de, Flic ou caillera (2013) le dernier roman de sa trilogie néo-polar, en remarquant comment ces renvois ne semblent pas simplement faire partie du sombre décor représenté. Au contraire, ils constituent les fondements identitaires d’une culture de jeunesse métissée, à la marge qui, s’opposant à l’autorité dominante, invente de nouvelles formes d’expression dérivant de ses bas-fonds et de ses contre-cultures.P1040726

Rachid Santaki

Né en 1973 à Casablanca d’un père marocain et d’une mère française, Rachid Santaki a grandi à Saint-Ouen en banlieue parisienne avant de s’installer à Saint-Denis. Avant de se consacrer à l’écriture, il était un ancien éducateur sportif, passionné de boxe. Son intérêt pour la culture urbaine qui côtoyait quotidiennement depuis son adolescence, le pousse d’abord à créer le site internet hiphop.fr puis, en 2003, le premier magazine gratuit 5styles dédié, pareillement qu’au premier, aux artistes urbains et pour lequel il a obtenu de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris le prix Espoir de l’économie 2006. C’est comme cela qu’il découvre le monde de la rédaction, le poussant à écrire son premier récit La Petite Cité dans la prairie (2008), concernant son parcours personnel et professionnel.

Après ses deux premiers romans, à savoir Les anges s’habillent en caillera (2011) et Des chiffres et des litres (2012), parus aux éditions indépendantes Moisson Rouge (dont le titre reprend le célèbre roman policier américain de Dashiell Hammet paru en 1929), nous retrouvons Santaki aux Éditions du Masque (spécialisés dans les romans policier), avec Flic ou caillera (2013), troisième volet de la série de romans polar mettant en scène son Saint-Denis.

Le roman, divisé en quatre parties et en trente quatre chapitres alterne la voix omnisciente du narrateur à celle de la première personne du protagoniste. L’intrigue met en scène le jeune Medhi vivant avec sa mère dans un quartier « sensible » de Saint-Denis. Il est dans une situation très précaire : tagueur et peintre par passion, passionné de culture hip-hop, paraît constituer la seule figure angélique que met en scène Santaki. Un monde où les policiers sont corrompus dans des trafics illicites de drogue, mais aussi piégés par un passé qui les hante, faisant parfois confiner le polar avec le récit de filiation.

Saint-Denis: un véritable personnage

Dans toute la trilogie, plus qu’un décor, la ville devient elle aussi un véritable personnage à part entière, témoignant ainsi de l’attachement que l’auteur porte à son Saint-Denis. La banlieue, ses cités à la marge où il a toujours vécu, et l’intérêt pour la culture urbaine l’ont mené à s’inspirer d’histoires de banlieusards bien réels pour écrire ses polars.  Il affirme, à plusieurs reprises, qu’il s’agit de fiction mais inspirée de la réalité: « J’ai beaucoup observé les parcours autour de moi. Certains sont passés de l’autre côté, sont partis en prison et sont revenus changés »[1], souligne-t-il.

Le choix du polar, qui jouit d’une reconnaissance considérable dans la production littéraire contemporaine, lui octroie une véritable liberté d’écriture, permettant de mettre en lumière le pire de la société, fonçant le trait sur ses cotés les plus sombres et violents de la société, comme soulignent les critiques Dominique Viart et Bruno Vercier : « Alors que l’ancien roman policier confortait les valeurs bourgeoises en rétablissant l’ordre perturbé, le « néo-polar », au contraire, exhibe les diverses formes de la violence étatique et les injustices». (Viart et Vercier, 2008 : 367).

Ajoutons que la grande réussite de ce genre concerne la volonté d’interpeller et de questionner le réel, tout en narrant d’un passé ressenti comme incertain ou duquel remettre en question les choix interprétatifs dominants. Voilà donc les réalités historiques évoquées dans le roman: les cicatrices du 17 octobre 1961, la mort des deux jeunes Zyed et Bouna déclenchant les émeutes urbaines d’automne 2005, les mots de Nicolas Sarkozy qui voulait « nettoyer les cités au Karcher »[2] dont le narrateur en revient tout au long du récit.

C’est donc une terre de liberté pour Santaki, lui permettant de dévoiler les conduites d’une société qui, à son avis, a perdu ses repères, tel est le cas des délinquants de banlieue qu’il fresque.

Entre littérature, hip-hop et cinéma

L’agir de la police joue alors un rôle central, tout comme la culture urbaine et ses références cinématographiques. Ces-ci ont énormément influencé la culture hip-hop entre la fin des années 1970 et 1980, laquelle, à son tour, le réinsère fréquemment sous forme intertextuelle dans ses différentes formes narratives, dont les textes rap. Avec Santaki la littérature paraît réunir tous ces approches, en faisant l’un des traits les plus remarquables de sa poétique.

Tout d’abord, son inspiration dérive de sa connaissance du septième art à partir des années quatre-vingts, et aussi des séries policières, dont les récentes Braquo (2005) ou Engrenages (2009) l’ont marqué par la mise en scène d’un univers judiciaire humanisé.

 

D’autres indications et clins d’œil cinématographiques sont présents au fur et en mesure de la narration dont La Haine (1995) de Matthieu Kassovitz, New Jack City (1991) de Mario Van Peebles,  Flic ou voyou (1979) de Georges Lautner, Scarface (1983) de Brian de Palma ou Bad boys (1995) de Michel Bay. Des références dans lesquelles une large partie des la jeunesse des quartiers se retrouve et avec lesquelles le romancier s’amuse à les actualiser, comme le remplacement du fameux « voyou » par « caillera ».

Santaki ne s’inspire pas uniquement du cinéma pour élaborer les titres de ses livres. Tout au long des 238 pages, le hip-hop est omniprésent comme lui-même assène: « Pour moi la culture hip hop est une culture qui a trente ans et qui est révolutionnaire car elle utilise la ville comme support et véhicule des valeurs, ce sont celle que j’utilise dans mon travail d’auteur »[3].

La musique joue un rôle fondamental qui évolue et se densifie au fil des pages. Oscillant entre les leaders du rap et du funky américain et leurs équivalents français des années 1980-1990, cette musique consacre des épisodes précis de la vie des personnages.

Au rythme de hip-hop

L’originalité réside dans le fait qu’elles rentrent dans la narration sous une forme intertextuelle, s’insérant à chaque fois pour décrire l’état d’âme des personnages ou expliquer une scène. Ces textes ont le but d’élucider la situation. Un exemple parmi d’autres, est la citation de la chanson Dear Mama de Tupac, considérée par les critiques comme l’une des plus grandes chansons de hip-hop de tous les temps.

Une culture avec laquelle il a grandi en lui rendant toujours hommage : « je suis très attaché aux valeurs de cette culture. Ses valeurs, peace, love, unity and havin fun me suivent dans mon travail, et j’affiche mon roman avec les codes de la culture hip hop, toujours plus loin »[4].

Dans la narrations nous trouvons trente chansons, en passant de Fifty Cent à Booba, de Sting à Rohff, accompagnés pour la plupart par des brefs morceaux de textes en italique et aussi par de brèves descriptions relevant d’une forme d’ekphrasis , les liant au contexte, permettant tout d’abord à l’auteur de cligner l’œil à son lecteur potentiel qui, lui, comprendra sans problème les renvois, se sentant ainsi plus rapproché. 

Sampler donc des titres déjà connus parce qu‘ils parlent, transposer tous les codes du hip-hop dans la littérature, voilà le style de Santaki : « Je suis issu de la culture hip hop, je suis issu aussi du street marketing, ».

« Aux Etats-Unis, les rappeurs ont influencé des auteurs. Il faut désacraliser l’écriture »[5], estime-t-il, citant volontiers l’écrivain américain George Pelecanos, dont les romans plongent dans les bas-fonds de Washington.

Tout en dévoilant une parfaite maitrise de la langue standard, élément prioritaire de son écriture, notre auteur travaille pour restituer le parler de ces jeunes, en utilisant ce langage comme une valeur. Une volonté d’être au plus près de la langue des personnages qu’il veut mettre en scène, en se documentant ou en s’inspirant de ses contextes quotidiens, tels que la salle de boxe qu’il fréquente : «Mon style est oral, je voulais qu’on se retrouve à Saint Denis et l’intérêt n’est pas de faire vivre le lecteur avec une langue étrangère ou une ambiance décalé mais de le plonger dans mon Saint Denis, qui reste un univers sombre et fictif»[6].

Et encore, similairement au rappeur qui pour parler haut est obligé à parler fort et surtout contre quelqu’un utilisant la force et la violence du phrasé, Santaki aussi fait usage d’un langage violent et vulgaire l’insérant dans les dialogues entre les personnages. Ce qui dénote gout pour la provocation des valeurs établis, de l’ordre social et des institutions. Une salissure verbale qui n’est pas très éloignée des bavures visuelles que les taggueurs imposent aux murs des villes.

La qualité de son polar paraît résider donc, dans cette forme de toile que l’écrivain tisse entre ses différentes composantes. Tout au long du roman, nous voyons comment la langue et le rythme participent aussi à la constitution d’un amalgame indivisible, qui, avec les autres composantes de la culture urbaine que nous avons analysé, dont le cinéma et les codes de l’hip-hop ont le résultat d’établir un dialogue unique qui explicite la visée de l’auteur et que comme nous venons de montrer, crée son style. Dans le cas de Santaki, opter pour le renvoi à cette culture « de rue » n’est donc ni une fatalité, ni un choix aussi irresponsable comme certains assènent, mais une option réellement choisie.

 Romans:

Flic ou Caillera, Ed. du Masque, 2013.

Des chiffres et des litres, Ed. Moisson Rouge, 2012.

Les anges s’habillent en caillera, Ed. Moisson Rouge, 2011.

 

Dernière parution: Business dans la cité, Seuil, 2014.

 

Bibliographie

Barret, Julien, Le rap ou l’artisanat de la rime, Paris, L’harmattan, 2008.

Bazin, Hugues, La culture hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

Béthune, Christian, « Le hip hop : une expression mineure »,  Volume !, 8 : 2, 2011, en ligne http://volume.revues.org/pdf2728, consulté le 20/01/2014.

Lepoutre, David, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997

Santaki, Rachid, « Anges et voyous du 9-3 » – Le Monde  par Catherine Simon- 29juin 2012.

Viart D., Vercier B., La littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008.

 


[1] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki, un auteur de polar au plus près des « cailleras » », ladepeche.fr, 23 février 2011, in http://www.ladepeche.fr/article/2011/02/23/1020794-rachid-santaki-auteur-polar-plus-pres-cailleras.html, consulté le 20/01/2014.

[2] Nicolas Sarkozy, Le Monde, 21 juin 2005.

[3] Santaki, Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.

[4] Ibidem.

[5] Santaki, Rachid, « Rachid Santaki affiche son polar urbain », Le Parisien, 21 novembre 2011, http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/rachid-santaki-affiche-son-polar-urbain-21-01-2011-1236615.php, consulté le 20/01/2014.

[6] Rachid, interview «Vous avez interviewé Rachid Santaki, auteur de «Flic ou caillera» 20minutes.fr, 13 mars 2013, in « http://www.20minutes.fr/vousinterviewez/1116999-20130312-interviewez-rachid-santaki-auteur-flic-caillera, consulté le 20/01/2014.