Archives de catégorie : Les graffiti/Les tags

« Banlieue » Exposition d’art à Milan

L’Institut français Milano et l’Associazione ArtGallery présentent l’exposition d’art collective « Banlieue » organisée sous la direction de Federica Morandi. Des artistes italiens et français : Ador&Sémor, Michele Guidarini, Massimiliano Petrone, Sanja Milenkovic, Jacopo Prina, Giulio Vesprini e Silvano Belloni presenteront leurs oeuvres nous feront découvrir les banlieues françaises dans toute leur richesse

Cette exposition qui inaugurera avec le vernissage le 4 février 2015 à 18.30 au “Palazzo delle Stelline” -Corso Magenta 63 à Milan (siège de L’Institut français de Milan), s’interrogera sur la valeur et le concept de périphérie/banlieue dans nos jours. En effet, la banlieue prise dans son sens large est à concevoir non seulement comme limite géographique « Extra muros » au-delà de la ville, mais en tant que lieu d’échange et berceau de nouvelles formes d’expression.

L’exposition sera visitable du 4 février au 6 mars 2015

Mardi – vendredi 15.00 – 19.00

Informations :

http://institutfrancais-milano.com/it/eventi/arte-fotografia

http://www.fmap.it/

Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.