Archives de catégorie : Le rap

Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.

L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de « la haine ».
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe « New African Poets » (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient « Abd al Malik » (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle « L’art et la révolte » au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)