Archives de catégorie : Colloques/Seminars

Appel à communication  » Banlieues/Periferie : quelles représentations contemporaines des quartiers « sensibles »? »

Depuis les trente dernières années, le mot banlieue désigne l’inscription territoriale d’une question sociale, comme le souligne l’historienne experte de la banlieue parisienne Annie Fourcaut . Très en vogue dans les débats médiatiques et politiques, notamment depuis les premières émeutes urbaines médiatisées des années 1990 jusqu’à arriver aux plus violentes en 2005, les banlieues entendues comme quartiers « sensibles », semblent rassembler autour d’elles et de leur jeunesse surtout, les connotations les plus disparates et péjoratives : paupérisation socio/économique, ségrégation résidentielle, dégradation du bâtiment, violence et délinquance. Nombreux sont les sociologues, philosophes, urbanistes et ethnologues contemporains qui signalent l’apparition de nouveaux phénomènes, au-delà du cas français, dans cet espace urbain. Celui-ci se configure, au niveau mondial, comme un champ ouvert au sein duquel de nouvelles formes de lutte, d’occupation, de consommation, de nomadisme s’instaureraient. La rhétorique et les représentations liées à ces lieux sont donc devenues expression d’un malaise saisi par les spécialistes comme « épicentre du problème social contemporain » .
Le projet de ce colloque s’inscrit dans ce contexte d’actualité et vise à réfléchir sur les représentations sociales et artistiques contemporaines de ces lieux, incluant la littérature et les arts visuels tels que le cinéma, la photographie et les arts urbains. Ces formes artistiques sembleraient s’insérer dans une mouvance de contestation de l’autorité dominante par une remise en question de l’ordre établi. C’est pour cette raison que nous prenons en compte les discours critiques qui les accompagnent interrogeant la figure de l’auteur en tant qu’artiste responsable et/ou impliqué.
À ce titre, le projet s’insère dans le programme scientifique du laboratoire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) de l’Université de Tours intitulé « Les paradigmes de l’autorité » aussi bien que dans le projet de recherche de l’Université de Gênes (PRA 2014) intitulé : « Conflictualité urbaine et imaginaire littéraire du tournant du millénaire à aujourd’hui ».
On privilégiera la pluridisciplinarité dans les communications, aussi bien qu’une ouverture vers d’autres figurations des marges urbaines, non seulement européennes mais aussi mondiales.
Les trois pistes de réflexions autour desquelles nous pourrons travailler sont les suivantes :

Axe 1 : Réflexions socio-urbaines autour des zones marginales : des réalités « invisibles ».
Axe 2 : Au-delà du paysage, voyage en périphérie entre les arts visuels et la musique.
Axe 3 : Narrer les banlieues : quelle « implication » pour l’écrivain à présent ?

Le premier axe questionnera l’affirmation selon laquelle ces périphéries s’imposent désormais comme la nouvelle « question urbaine » . Depuis quelques décennies, en effet, émerge une topographie sociale toujours plus contrastée où les inégalités sociales et spatiales se mélangent créant des dispositifs d’exclusion. Pour le cas italien, l’architecte Renzo Piano et son équipe G124 viennent de présenter au Sénat un premier rapport annuel totalement dédié à la restructuration des périphéries de Rome, Catane et Turin, depuis longtemps abandonnées et tenues à l’écart. Au cours de la présentation il a affirmé que le véritable enjeu social des prochaines trente années est la transformation des périphéries en villes. Ce qui revient à dire que la question des banlieues est l’un des plus grands défis auquel toutes les sociétés contemporaines devront faire face. C’est donc sur la portée de ces récentes réflexions et recherches socio-urbaines que nous nous interrogerons pour commencer.
Le second axe de réflexion portera sur le rôle politique et social que les arts visuels (cinéma, vidéo, photographie, graffitis, arts numériques) et la musique (rap, slam et autres) jouent dans les multiples représentations des banlieues, qu’ils contribuent à la construction de clichés et de mythologies ou qu’ils s’attachent au contraire à les contester.
Le troisième axe accordera un espace privilégié à la littérature, en se focalisant sur ce que la critique appelle depuis les émeutes françaises de 2005 : « littérature des banlieues » ou « urbaine ». Nous rejoindrons alors la question du rôle de l’écrivain en tant qu’acteur dévoilant à travers ses fictions « critiques » un univers méconnu, ou connu seulement à travers l’image que nous en donnent les médias.

Le colloque aura lieu à l’Université de Gênes les 16 et 17 septembre 2015.
Les propositions de communications accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique doivent être transmises par courriel avant le 10 mai 2015.
Une publication des actes est prévue.

Langues acceptées : français, italien.

Calendrier :
envoi des propositions de communication : avant le 10 mai 2015
acceptation des propositions : 1er juin 2015
colloque : 16 et 17 septembre 2015

Comité scientifique :
Elisa Bricco (Università di Genova)
Serena Cello (Università di Genova)
Catherine Douzou (Université de Tours)
Christina Horvath (Oxford Brookes University)
Nancy Murzilli (Università di Genova/Institut français d’Italie)
Laura Reeck (Allegheny College)

Comité d’organisation :
Elisa Bricco, Serena Cello, Anna Fochesato, Nancy Murzilli (Università di Genova)

Contact :
colloquebanlit2015@gmail.com
http://banlit.hypotheses.org/

Mots clé : banlieues, quartiers sensibles, littérature, cinéma, art, photographie, cultures urbaines, hip-hop, urbanisme, sociologie.

Brève bibliographie :
Avenel, Cyprien, Sociologie des quartiers sensibles, 3ème édition, Paris, Armand Colin, 2010.
Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
Béthune, Christian, « Le hip hop : une expression mineure », Volume !, 8 : 2, 2011, en ligne http://volume.revues.org/pdf2728, consulté le 20/01/2014.
Carpenter, Juliet et Christina Horvath, Regards croisés sur la banlieue, Bruxelles, Oxford, Peter Lang, 2015.
Chaulet-Achour, Cristiane, « Banlieue et Littérature », in Situations de banlieue – Enseignement, langues, cultures, INRP, coll. « Education, politiques, sociétés », sous la dir. de M-M. Bertucci et V. Houdart-Merot, déc. 2005, p.129 à 150.
Cyrille, François, «Des littératures de l’immigration à l’écriture de la banlieue», Synergies Sud–Est européen, n°1, 2008.
Dikeç, Mustafa, Badlands of the Republic. Space, politics and urban policy, Oxford, Blackwell Publishing, 2007.
Fourcaut, Annie, « Les banlieues populaires ont aussi une histoire », Projet 4/2007 (n° 299), p. 7-15.
Hargreaves. Alec.G, Gans Guinone,A.M., « Au delà de la littérature beur ? », Expressions Maghrébines, revue de la CICLIM, Vol 7, n°1, 2008.
Horvath, Christina (ed.), Francosphères, 2014, vol.3, n°2.
Horvath, Christina, Le roman urbain contemporain, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2008.
Kokoreff, M., Lapeyronnie,D., Refaire la cité, Paris, Seuil, 2013.
Le Goaziou Véronique et Mucchielli Laurent, Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005. Édition revue et augmentée, Paris, La Découverte « Sur le vif », 2007.
Lepoutre, David, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.
Paquot, Thierry, Banlieues/Une anthologie, Lusanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2008.
Reeck, Laura, Writerly identities. In Beur fiction and Beyond, USA, Lexington Books, 2011.
Viart, D., Rubino, G., Écrire le présent, Paris, Armand Colin, 2013.
Viart D., Vercier B., La littérature française au présent, Paris, Bordas, 2008.
Villechaise-Dupont, Agnès, Amère banlieue, les gens des grands ensembles, Paris, Grasset et Fasquelle, Le Monde de l’éducation, 2000, pp.266-267.
Vitali, Ilaria, Intrangers- Post-migration et nouvelles frontières de la littérature beur, Tome I, Bruxelles, Editions Academia, 2011.
Vitali, Ilaria, «De la littérature beure à la littérature urbaine: Le Regard des Intrangers», Nouvelles Études Francophones, Vol.24, N°1, Printemps 2009.
Wacquant, Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006.

Colloque international : La banlieue loin des clichés : Nouvelles Voix, Images and Identités émergeant à la périphérie des villes françaises

Voici le programme du colloque auquel je participerai avec une communication di titre : « Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement »Banlieue Project Conference poster

 

3-4 April 2014, Oxford Brookes University

Conference Programme

Thursday 3rd April 2014

9.00 – 9.15 Welcome by Juliet Carpenter and Christina Horvath (Banlieue Network)

9.15 – 10.15Keynote by Professor Edward Welch(University of Aberdeen)Apprehending the banlieueLes Passagers du Roissy-Express and the politics of spatial enquiry

 

10.15 – 10.40       Tea and coffee in the Dining Room

 

10.40 – 12.30Session 1. Music Room   Chair: Isabelle GalichonCommunautés, Voix, Participation /Communities, Voices, Participation
Barbara Morovich(ENSAS-Strasbourg)Participation, négociation et réception : quartiers populaires et projets dans l’espace public
Juliet Carpenter(Oxford Brookes – ENS Lyon)Listening for ‘unheard voices’?Giving a voice to the banlieues through community participation in urban regeneration
Beth Epstein(NYU Paris)In Defense of «Social Mixing»: Cosmopolitan Hope from Below
Bruno Levasseur (Roehampton University)Décentrer l’étude des représentations des banlieues au 21è siècle: vers une approche ordinaire des productions culturelles suburbaines 

 

12.30– 13.50       Lunch at the Brookes Restaurant

14.00–15.30 Session 2. Music RoomChair: Anaïs MarshallApproches comparatives et holistiquesComparative and holistic approaches 14.00–15.30 Session 3. Green RoomChair: Beth EpsteinVoix cinématographiquesCinematographic voices
Alex B. Schafran(University of Leeds)Representing the Banlieue: Adventures in a massive territory  Aline Caillet(Université Paris I)Chemins de traverse
Paul Kirkness(University Of Edinburgh)The right to the cité: Displaying place attachment in two French housing estates Joe Bender(Harvard University )En direct avec les immigrés: Self-Representation and Intervention in the Films of the MohamedCollective
Daniel Laforest(University of Alberta)Narrating Digital Urbanism project  

 

15.30– 16.00       Tea and coffee in the Dining Room

Session 4. Music Room Chair: Edward WelchÉcrire contre ou avec les clichés / Writing against or with clichés
Elise Bouhet(Trinity College, SUNY, Albany)Reconstruire les banlieues. Déconstruire les clichés
Christina Horvath(Oxford Brookes)Les lieux-clichés dans l’espace romanesque de la banlieue
Mourad Khelil /Skander Kali(Université Paris IV-Paris Sorbonne)De l’utilité des clichés pour raconter la banlieue

 

18.00-20.00         Glass Tank Gallery, Oxford Brookes

Private view of the exhibition ‘Voices and Images from the Banlieue’

Book Launch event with writers Mamadou Mahmoud N’Dongo and Skander Kali

Refreshments / Vin d’honneur

Friday 4th April 2014

 

9.30 – 10.30 keynote by Mohamed Mechmache(ACLEFEU) +1“La démocratie ne se fera plus sans nous » : la participation des habitants dans la politique de la ville

10.30 – 10.50       Tea and coffee in the Dining Room

10.50 – 12.20Session 5. Music roomChair: Christina HorvathVoix collectives-voix individuellesCollective-Individual voices 10.50 – 12.20Session 6. Green roomChair: Barbara MorovichMedia et stigmatisationStigmatisation and media
Isabelle Galichon(Université Bordeaux III)« Restaurer la voix »Le récit de soi comme résistance éthique face à l’invisibilité politique  Mehdi Derfoufi(Université de Lyon I)De Zidane le « grand-frère » à la trahison nationale:Les constructions médiatiques des garçons des banlieues
Serena Cello(Universités de Gênes et François Rabelais de Tours)Le collectif littéraire « Qui fait la France ? » : nouvelles voix d’engagement   Dorothée Bertenhoff(Philips-Universität Marburg)A l’encontre de l’opinion véhiculée par les médias : une perspective de l’intérieur – La littérature (issue) des banlieues  
Chikako Mori(Hitotsubashi University Tokyo)Les banlieues, un espace sans écriture ? Place de l’écriture dans les « pratiques culturelles de banlieue » Yannick Hascoet(Université de Lyon, UMR5600)La mise en valeur d’un espace stigmatisé. Le rôle des artistes et de touristes « hors des sentiers battus » dans la légitimation des quartiers Nord de Marseille

 

12.30–13.50        Lunch at the Brookes Restaurant

14.00- 15.30 Session 7. Music Room Chair: Chikako MoriEntre littérature et musiqueBetween literature and music
Sarra Khaled(Universités de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis / de la Manouba- Tunis)Grand Corps Malade: la voix poétique de la banlieue
Bettina Ghio (Université Paris 3)La représentation de la banlieue dans le rap français : vérité du réel ou perspective littéraire ?
Helena Zubcekova(Université Masaryk, Brno,)Lexique identitaire homophonique dans le rap français.Analyse qualitative des chansons de Diam’s, MC Solaar et Rohff.

 

15.30– 15.50       Tea and coffee in the Dining Room

15.50- 17.00Session 10.Music RoomChair: Juliet CarpenterBanlieues: sites of diversity / Banlieues: sites de diversité
Anaïs Marshall, Laure Cormier(Université Paris13-Nord)Natures en banlieues : vecteurs d’appropriation de territoire ?
Dominique Lanni(University of Malta)« J’ai de mes ancêtres gaulois… » ou les voix de la banlieue à l’épreuve de l’héritage littéraire national
Anaïs Stampfli (Université Grenoble III)La banlieue d’après la plume guadeloupéenne de Frankito : humour, poésie et vitalité…

 

17.00-17.30         Closing remarks / Clôture

 

 

 

 

 

Colloque international sur « le retour à la narration », « the return of the narrative »

http://thelord01.deviantart.com/art/Ice-Skating-373483075

Le 16 et 17 janvier 2014 l’Université d’Amsterdam organise un colloque international qui portera sur le concept, souvent avancé par des commentateurs du roman contemporain, du retour à la narration. Des critiques tels que Viart et Vercier (La littérature française au présent, 2005) et Blanckeman (Les récits indécidables, 2000) parlent d’un retour au narratif qui aurait marqué les années 80 et suivantes : la renarrativisation du texte.

Programme

Le romancier contemporain s’opposerait à l’hermétisme du roman postmoderne et désirerait rétablir le lien entre le texte et son lecteur et entre la littérature et la réalité extralittéraire. Les écrivains se lassent du formalisme et reprennent les conventions du réalisme sans toutefois les appliquer passivement. Cette tendance résulte tout d’abord en un grand nombre de romans centrés sur la personnalité de l’auteur ou d’une figure historique (autobiographie/autofiction et biographie/biofiction).

Beaucoup d’auteurs contemporains rompent avec le principe postmoderne que la représentation du caractère est d’importance secondaire ; ils cherchent à nouveau à évoquer des individualités. Cette quête de l’identité va de pair avec un renouveau d’intérêt pour le contexte socio-historique : on songe par exemple à tous ces romans contemporains qui ont pour cadre la Première et la Seconde Guerre Mondiale et aux nombreux textes qui commentent notre société capitaliste moderne. Il semble que beaucoup d’auteurs de l’extrême contemporain appliquent les stratégies du roman réaliste : des personnages psychologiquement et socialement bien déterminés, une chronologie fermement indiquée, déterminisme, engagement, un style simple, beaucoup de couleur locale, des sujets tabou, une aversion pour l’ironie postmoderne et cetera.

Des commentateurs du roman de l’extrême contemporain reconnaissent toutefois que ces techniques sont appliquées d’une façon nouvelle et que l’auteur actuel se souvient bel et bien des ruptures modernes. Il n’envisage pas de restaurer une forme traditionnelle, mais de réécrire au second degré certains modèles romanesques afin de mieux représenter le monde contemporain. Le roman contemporain serait donc une forme hybride qui combine des tendances réalistes et postmodernes. Les contributions doivent porter sur un roman européen de l’extrême contemporain et discuter des questions qui élucident un ou plusieurs aspects de ce fameux ‘retour à la narration » signalé par maint commentateur :

1.       Est-ce qu’on écrit à nouveau des romans engagés ?

2.       Est-ce que le romancier actuel rejette l’ironie postmoderne ?

3.       Applique-t-on les conventions du roman réaliste ?

4.       Comment établit-on le lien entre la quête de l´identité et le contexte socio-historique ?

5.       La recherche du réel sous le signe même de la déréalisation

6.       Est-ce que l’intrigue redevient le pivot moteur de la structure narrative ?

Direction scientifique : dr. Sabine van Wesemael et dr. Suze van der Poll (Université d’Amsterdam)