Tous les articles par Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

Journée d’études / One Day Conference Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaJournée d’études / One Day Conference

Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

11 décembre 2014

http://www2.lingue.unibo.it/francofone/banlieues/index.html

Dans l’ouvrage Le pays de la littérature (2003), Pierre Lepape souligne qu’en France plus qu’ailleurs politique et création littéraire sont liées intimement depuis les Serments de Strasbourg (841). Mais que se passe-t-il quand, dans un pays fortement centralisé comme la France, politique et pouvoir ne sont plus représentées par les écrivains situés dans un « centre » symbolique, mais plutôt par ceux qui se placent à titres divers (ethnique, social, culturel) dans les « marges » ?

Cette journée d’études propose d’analyser les représentations politiques et les pratiques d’engagement et de résistance des auteurs provenant de la marge française par excellence : la banlieue.

Espace liminal d’exclusion/inclusion, interne et en même temps externe à la ville, la banlieue française doit son nom au droit féodal, selon lequel elle désigne un territoire annulaire de l’ampleur d’une lieue (environ 4 km) autour du domaine seigneurial où s’exerce le droit de ban. Cela dit, ce terme a été re-sémantisé par de nombreux écrivains et artistes qui le reconduisent à l’ancienne pratique de la mise au ban, en soulignant ainsi la forte tendance ghettoïsante à la base de l’organisation architectonique, sociale et culturelle de ces espaces suburbains. Habitée aujourd’hui par de « nouveaux Français », d’origines autres, la banlieue devient le territoire idéal pour examiner la représentation littéraire du pouvoir et la mise en œuvre de formes d’engagement inédites qui, à partir de pratiques de résistance sédimentées, acquièrent maintenant de nouveaux sens. A presque dix ans des émeutes des banlieues qui ont marqué l’automne 2005, considérées en France les plus significatives après mai 1968, cette journée d’études propose de faire un tour d’horizon, en prenant en considération les aspects multiples de la « parole des marges » à travers l’analyse de quelques auteurs parmi les plus représentatifs du panorama actuel.

Intervenants

Laura Reeck is Associate Professor of French at Allegheny College. Her research interests include the Beur/banlieue literary and cultural field, ethnic minority writing in France, the harkis in literature, and contemporary literary movements. She is the author of Writerly Identities in Beur Fiction and Beyond (Lexington Books, 2011 ; paperback 2013).  Recent articles and chapters have appeared in Contemporary French and Francophone Studies, Francophone Postcolonial Studies, Hommes et migrations, and Sefar.

Kathryn Kleppinger is Assistant Professor of French and Francophone Studies at The George Washington University. She has previously published articles on the media construction of ‘beur’ literature, the social and political stakes of writing by Alain Mabanckou and Léonora Miano, and the Littérature-Monde Manifesto. Her book, Branding the ‘Beur’ Author: Minority Writers and the Media in France, 1983-2013 is forthcoming from Liverpool University Press.

Christina Horvath est docteur en littérature française de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et maître de conférences en études françaises à l’Université Oxford Brookes. Spécialiste de la littérature française contemporaine et auteur d’un ouvrage sur le roman urbain contemporain en France, elle travaille actuellement sur une monographie portant sur les récits de banlieue. Co-fondatrice de Banlieue Network, elle a organisé deux colloques interdisciplinaires sur la banlieue, ainsi que deux workshops, une résidence d’été dans le département 93 et une exposition d’art intitulé « Voix et images de la banlieue ».

Simona Barello est chercheuse indépendante. Elle collabore avec des universités européennes et américaines, parmi lesquelles la Sorbonne Paris IV, New York University, Iowa State University. Ses recherchent portent sur les questions identitaires et d’hybridité culturelle aussi bien que sur la subversion des canons littéraires. Elle a publié plusieurs articles et l’essai At the Margins of the Margins: Female Identities within Beur Literature and Film (2009). Elle est aussi traductrice et récemment s’est occupée de l’édition italienne de Nine Unlikely Tales de Edith Nesbit et du dossier sur la littérature italienne de la revue Siècle XXI à paraître au printemps 2015.

Serena Cello. Née en 1986, elle est actuellement doctorante en Langues, Cultures et Technologies de l’Information et de la Communication à l’Université de Gênes (Italie) et en cotutelle avec l’Université François Rabelais de Tours en Langues arts et humanités – littérature française (E.A. 6297 – Équipe Interactions Culturelles et Discursives (ICD). Sujet de thèse : « La littérature de « banlieue » : un engagement littéraire contemporain » sous la direction de Mme Elisa Bricco et Mme Catherine Douzou. Elle est aussi membre de l’ARGEC, Atelier de recherches génois sur l’écriture contemporaine. Blog de thèse : http://banlit.hypotheses.org/.

Ilaria Vitali est Docteur en littératures française et comparée de l’Université Paris IV-Sorbonne et de l’Université de Bologne, où elle est actuellement «Assegnista di ricerca Senior». Ses recherches portent sur la circulation et à la réécriture des classiques, sur les écritures migrantes et sur la «banlieue littéraire» (La nebulosa beur, 2014; Intrangers, 2011;  Aritmetica dell’emigrazione, 2003). Traductrice du français vers l’italien, elle a contribué à faire connaître en Italie plusieurs écrivains liés aux banlieues, dont Rachid Djaïdani, Samuel Benchetrit, Saphia Azzeddine et Mabrouck Rachedi.

 

Le hip-hop a fêté ses 30 ans

LOGO-HIPHOP-V2« Cette culture, moi, j’y crois » affirmait Jack Lang en 1990, alors Ministre de la Culture sous la présidence de François Mitterrand.

À trente ans du débarquement de l’hip-hop d’outre Atlantique, les codes du mouvement, qui ont envahi la mode et la musique en passant par le graffiti et la break-dance, viennent de fêter leur parution sur le sol français.

C’est contre les conditions de vie dans les ghettos noirs américains et le violent système des gangs que sa voix, se voulant pacifique, se lève dans les années 1970 et représentant une possibilité pour les minorités de se faire entendre par l’establishment.

Ce mouvement mondial made in U.S.A. trouve un terrain fertile chez la jeunesse populaire des banlieues des années quatre-vingts. Avec la libération des ondes radio FM en 1981 et la naissance des premières radios libres, le rap prend son élan en France grâce aussi à une forte impulsion médiatique des transmissions télévisées parmi lesquelles HIP-HOP[1] en 1984.

Ce sont des années qui marquent un tournant culturel pour la génération issue de l’immigration avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme. De ce moment-là, la révolution hip-hop en France est devenue irréversible, faisant de ce pays le deuxième marché rap au monde. Dans la première enquête ethnographique sur les formes culturelles et associatives de la jeunesse des banlieues, Lepoutre, définit cette culture comme « de rue », remarquant de ce fait, sa composante urbaine, plus précisément celle des grands ensembles des banlieues populaires où elle s’est développée.

Récemment la littérature puise parmi ces quatre pratiques appartenant au mouvement de l’hip-hop originaire d’outre Atlantique. Tout en restant dans le panorama littéraire français, le premier à avoir inauguré ce style a été Rachid Djaïdani, enrichissant sa plume d’un rythme ultra-rapide, syncopé, ainsi que des références au monde musical (rap, funky et slam) ainsi qu’au cinéma.

En effet, ce dernier avec son premier roman Boumkoeur publié en 1999, a déclenché cette nouvelle production littéraire dite de « banlieue » ou « urbaine ». L’écrivain, également comédien et boxeur lui-aussi, a connu un grand succès avec plus de 90.000 exemplaires vendus. Il est devenu immédiatement un best-seller au point même d’être invité dans l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot.

Voici sa récente interview à 30 ans du débarquement du hip-hop en France:


[1] H.I.P. H.O.P. était une émission de télévision française sur TF1 conçue et animée par le dj Sidney, qui a diffusé la culture Hip-hop en France en la rendant populaire. L’émission, diffusée en 1984, est, au niveau mondial, la première émission entièrement hip-hop 2 (rap et break dance).
A lire:
Djaïdani, Rachid, Boumkoeur, Paris, Seuil, 1999.
Bazin, Hugues, La culture hip-hop. Paris, Desclée de Brower, 1995
Lepoutre, David, Coeur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1997.

L’autobiographie d’Abd-al- Malik fait son entrée au cinéma

 

Qu’Allah bénisse la France  est l’adaptation de l’autobiographie éponyme parue en 2004 d’Abd Al Malik (Régis de son vrai prénom), qui réalise lui-même le film.

La décision de tourner son film en noir et blanc, fait revenir immédiatement aux esprits de ses fans et non le célèbre film La Haine de M.Kassovitz, étant toujours la référence pour tout film tourné en banlieue depuis 1995. Voici les commentaires sur sa page FB : « pourquoi le film est en noir et blanc ? la critique va très probablement le comparé à celui de « la haine ».
Je devine le verdict …. Dommage … 
»

Pourtant  du premier trailer en ligne, la camera s’annonce soignée, dans une ambiance plutôt poétique.

 

Quel est donc le sujet du film ? Dans une cité de Strasbourg, Régis (Marc Zinga,) né en France d’un père haut fonctionnaire congolais grandit dans une cité HLM du quartier du Neuhof à Strasbourg. Après le divorce de ses parents, c’est sa mère seule qui l’élève dans le milieu catholique avec ses six frères et sœurs. Dans sa cité il connaît la délinquance: vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d’overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme comme l’atteste la liste non exhaustive qui clôt le premier chapitre :

Abd El Slam / overdose

Alain / accident de voiture

Christophe / rupture d’anévrisme

David / assassiné

Djamel / assassiné

Régis est pourtant « sauvé » par son goût pour les études, appris par son père. Grâce à son institutrice, Mlle Schaeffer, il entre au collège privé catholique de Sainte-Anne. Au même temps, c’est la découverte du rap, par le biais de son frère, Bilal, un des fondateurs du groupe « New African Poets » (NAP) dont il devient très vite membre.

Parallèlement à ses études de Lettres Classiques à l’Université de Sciences Humaines de Strasbourg, Régis se rapproche de la religion musulmane. Il embrasse l’Islam et devient « Abd al Malik » (nom du cinquième calife omeyyade, né en 646 à La Mecque et mort en 705)

Sa conversion à l’islam réfléchi, fait de tolérance et de désir d’intégration, change sa route. Il a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l’amour universel qui l’a réconcilié avec l’esprit de la citoyenneté exprimé dans ses albums, notamment Gibiltar (2006).

Slameur, écrivain, poète et musicien engagé et engageant, Abd Al Malik est récemment parti à la rencontre de la pensée d’Albert Camus. Le résultat : un nouveau spectacle « L’art et la révolte » au Grand Théâtre de Provence, où le rappeur-poète mélange la culture hip-hop à l’oeuvre d’Albert Camus. Il est actuellement en tournée dans toute la France.

Son film a été projeté au prestigieux Festival de Toronto et nous attendons sa sortie le 10 décembre 2014 pour revenir sur le sujet.

Site internet: Abd-al-Malik

Écriture

Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel,‎ 2004, 208 p. L’ouvrage obtient en Belgique le prix Laurence Tran en 2005.

La guerre des banlieues n’aura pas lieu, Paris, Le Cherche midi,‎ 2009, 180 p. Prix de littérature politique Edgar-Faure 2010.

Le dernier Français, Paris, Le Cherche midi,‎ 2012, 240 p.

L’Islam au secours de la République, Paris, Flammarion,‎ 2013, 146 p

   

Discographie

Album solos

  1. Le Face à face des cœurs (2004)
  2. Gibraltar (2006)
  3. Dante (2008)
  4. Château Rouge (2010)
Album avec les N.A.P.
  1. La Racaille Sort 1 Disque (1996)
  2. La Fin du monde (1998)
  3. À L’Intérieur De Nous (2000)

Livre: Periferie. Da problema a risorsa

Ce livre publié en 2009 par l’éditeur Sandro Teti est né de la rencontre de Franco Ferrarotti et Maria Immacolata  Maciotti. Le premier doyen de sociologie, fondateur en 1951 des célèbres « Quaderni di sociologia » enseignant depuis 1961 de sociologie à l’Université de Roma « La Sapienza ». Macioti est depuis 1976 professeur auprès de la faculté de « Sciences de la communication » à « La Sapienza ».

Leurs recherches rendent compte d’un voyage parmi les périphéries du monde et plus particulièrement de Rome en tant que lieux de confrontation, collisions et contaminations. Des endroits où l’incertitude, le désordre mais aussi la nouveauté, la créativité et une vivacité inné.

L’introduction donnée par le sociologue Khaled Fouad Allam est lucide et désarmante. Autrement dit, nous serions face à une nouvelle « question urbaine » qui représente en ce début de siècle ce qui fut la « question sociale » au début du XX siècle.

La logique centre-périphérie s’est progressivement annulée, cédant la place à un plus ample désordre urbain animé par la violence et la naissance de nouvelle frontières symboliques qui utilisent l’idée cde culture et les appartenances ethniques et religieuses (gated communities) pour construire des frontières mentales dans le territoire urbain.

La crise des banlieues est donc l’image de la perte des racines et de l’identité ainsi que de forte solitude. Des contextes qui cachent des drames de vie le plus souvent silencieux. Il faut redéfinir les périphéries, repenser, réinventer ces lieux qui nécessitent d’une solution on ne peut plus urgente.

 

PERIFERIE DA PROBLEMA A RISORSA

Franco Ferrarotti e Maria Immacolata Macioti
Préface : Flavio Albanese
Introduction : Khaled Fouad Allam
Pages: 168
Prix: € 17,00
ISBN 978-88-88249-17-9

Revenons sur les « Grands Ensembles »

Au lendemain du deuxième conflit mondial, l’habitat français était fortement en souffrance, selon Christian Bachmann et Nicole Le Guennec (Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la Ville,1996), sur l’ensemble du territoire, 4 millions d’immeubles étaient vétustes, dont 500.000 à démolir; au total 10% des logements étaient considérés comme insalubres et 40% réputés d’une qualité médiocre, et surpeuplés.

C’est pour ces raisons que, à partir de 1954, le Ministre à la Reconstruction et au Logement évalue le besoin en logements à 2.000.660[1], devenant ainsi une priorité nationale. Quelques années plus tard à l’appel de l’Abbé Pierre[2], le journaliste Gilbert Mathieu, en avril 1957 publiait dans le quotidien Le Monde une série d’articles sur la situation dramatique du logement : Logement, notre honte et dénonçant le nombre réduit de logements et leur impitoyable état.

Robert Doisneau, Banlieue après-guerre, 1943-1949 /

Le mandat se veut triple : reconstruire le parc immobilier détruit durant les bombardements essentiellement du printemps/été 1944, faire face à l’essor démographique et enfin résorber l’habitat insalubre[3] notamment les bidonvilles et les cités de transit. Une ambition qui paraît, dès le début, très élevée, associée à l’industrialisation progressive de la nation entre autre celle du secteur de la construction (voir le vidéo de l’INA du 17 juillet 1957 intitulée La crise du logement, un problème national[4]).

Cela dit, l’effort pour l’État français était d’une ampleur jamais vue  ailleurs. La double nécessité de construire davantage et vite, est en partie la cause de la forme architecturale excentrique qui constituera les Grands Ensembles[5] dans les banlieues françaises.

Cinq caractéristiques permettent de mieux comprendre ce terme : la rupture avec le tissu urbain ancien, un minimum de mille logements, une forme collective (tours, barres) de quatre jusqu’à vingt niveaux, la conception d’appartements aménagés et équipés et enfin une gestion destinée pour la plupart à des bailleurs de logement social.

Pour la banlieue parisienne leur localisation s’est opérée majoritairement dans la périphérie, tandis que dans les autres cas, plus de la moitié a été construite dans le centre ville, le plus souvent à la limite des anciens faubourgs.

Architecture d’Aujourd’hui n° 46, 1953 p. 58-55

C’est le triomphe de l’urbanisme fonctionnel et rationaliste cher à Le

Corbusier. Entre 1958 et 1973, cent quatre-vingt-quinze Zones à Urbaniser en Priorité (ZUP)[6]  sont créées, comprenant deux millions de logements, essentiellement de type populaire en Habitations à Loyer Modéré (HLM), mais pas exclusivement, remplaçant ainsi les

anciennes Habitations à Bon Marché (HBM) crées en 1894.

Selon le décret du 27 mars 1954 qui en fixe les conditions d’attribution, les bénéficiaires de la législation n’ont pas changé, ce sont toujours des « personnes peu fortunées vivant principalement de leur salaire », selon la loi Strauss de 1906.

En 1953, tous les HLM voient leur surface maximale se réduire, en passant de 71 à 65 mètres carrés pour un quatre pièces. L’accès au logement des familles modestes se fera donc au détriment de la qualité et quantité de l’espace habité pour des familles nombreuses.

À ce propos, le sociologue Thierry Oblet[7] a bien montré comment se sont articulées les pensées des architectes et des ingénieurs modernistes, avec leur souci planificateur d’un État interventionniste[8] grâce à l’hégémonie du béton,

de la ligne droite et de la standardisation de la construction.

Les exemples de cette architecture restent nombreux : de la Cité de 4000 (pour 4000 logements) à la Courneuve en Seine-Saint-Denis (93) aux logements de 15 étages aux balcons pétales, appelés « Chou-

fleur » à Créteil en Val-de Marne (94) dessinés au début des années 70 par l’architecte Gérard Grandval. De la Cité des nuages  à Nanterre dans les Hauts-de-Seine (92) à la Grande borne  construite entre 1967 et 1971 sur le territoire des communes de Grigny et

Viry-Châtillon, dans l’Essonne (91) en passant par la Noé  à Chanteloup-les-Vignes dans le département des Yvelines (78) scénario du célèbre film La Haine[9] de Kassovits.

Récemment, plusieurs expositions photographiques se sont

concentrées sur cette nouvelle figure de l’urbanisme fonctionnaliste français de l’après-guerre. Par exemple  Toit&Moi, 100 ans de logement social (2012), Les Grands ensembles 1960-2010 (2012) produite par l’école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg, selon un projet du Ministère de la Culture et de la Communication. Enfin l’exposition Photographie à l’œuvre, (2011-2012) d’Henri Salesse, photographe du service de l’inventaire du Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme et Voyage en périphérie (2012) de Cyrus Cornut.

Il s’agissait là non seulement d’un progrès matériel, mais aussi démocratique, donnant ainsi à chaque citoyen, la possibilité d’accéder à son petit appartement doté de tous les conforts de l’époque.

Cité Pablo Picasso, dites "les tours nuages". Nanterre,2010/Cyrus Cornut
Cité Pablo Picasso, dites « les tours nuages ». Nanterre,2010/Cyrus Cornut 

 

La recherche d’économie et de rapidité dans la conduite des chantiers portent à l’utilisation du béton comme matériel privilégié et à des plans architecturaux aussi simples que possible avec la réalisation de logements standardisés, dont les barres et les tours deviennent les figures principales :

Au mitan des années cinquante, apparurent d’étranges formes urbaines. Des immeubles d’habitation de plus en plus longs et de plus en plus hauts, assemblés en blocs qui ne s’intégraient pas aux villes existantes. Ces blocs s’en différenciaient ostensiblement et parfois comme systématiquement, s’en isolaient. Ils semblaient faire ville à part. Surtout ils ne ressemblaient pas à ce qu’on avait l’habitude d’appeler ville. Et leur architecture aussi, qui était tellement déroutante. On les a nommés  » grands ensembles[10].

Cité de l’Abreuvoir, Bobigny (93), 2003 (Inventaire général du Patrimoine, Région Ile de France / Stéphane Asseline)

Bref, entre 1946 et 1975 le parc immobilier français passe de 12,7 millions à 21 millions de logements. Environ 8 millions de ceux-ci sont neufs, construits entre 1953-1975 – dont la moitié sous forme de grands ensembles – et près de 80 % des logements grâce à une aide de l’État avec des crédits publics. Le nombre de logements sociaux passe de moins de 500.000 à près de 3 millions, dont 43 % en région parisienne, où la demande est la plus forte[11]. Ce qui témoigne d’un effort énorme.


[1] Secrétariat d’État à la Reconstruction et au Logement, Supplément du logement en 1954, cité par Bachmann, C. Le Guennec, N., Violences urbaines…Op.cit, p.24.

[2] Alors que l’hiver 1954 est particulièrement rigoureux, l’abbé Pierre lance un appel en faveur des sans-logis et déshérités et organise des collectes de vêtements et de nourriture pour les plus démunis. Cela nous rappelle également que les inégalités sociales restaient particulièrement importantes à l’époque, malgré les débuts de la croissance économique, et que la crise du logement n’était pas encore complètement résolue.

[3] Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997.

[4] Les Actualités françaises, La crise du logement, un problème national, 17 juillet, 1957, in http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01800/la-crise-du-logement-un-probleme-national.html, consulté le 20/02/2014.

[5] C’est l’urbaniste Marcel Rotival dans un numéro d’Architecture d’Aujourd’hui de juin 1935 (vol.1, n°6, juin 1935, p.57) qui propose pour la première fois cette terminologie pour désigner les Habitations à Bon Marché (HBM) et leur transformation en Habitations à Loyer Modéré (HLM), par la loi du 21 juillet 1951: « Nous espérons, un jour, sortir des villes comme Paris, non seulement par l’avenue des Champs Elysées, la seule réalisation de tenue sans laquelle Paris n’existerait pas, mais sortir par Belleville, par Charonne, par Bobigny, etc., et trouver harmonieusement disposés le long de larges autostrades, au milieu de grands espaces boisés, de parcs, de stades, de grandes cités claires, bien orientées, lumineusement éclairées par le soleil. » Largement reprise depuis les années 1950 dans le jargon administratif et public, elle apparaît pour la première fois dans un texte officiel qu’en 1973 avec la Circulaire Guichard, alors Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Equipement, du Logement et du tourisme. Celui-ci met un terme à la politique initiée après-guerre afin « d’empêcher la réalisation des formes d’urbanisation désignées généralement sous le nom de “grands ensembles”, peu conforme aux aspirations des habitants et sans justification économique sérieuse ». Paradoxalement, le terme de grands ensembles s’officialise donc au moment même où ils son mis en question.

[6] ZUP est un acronyme qui signifie Zone à Urbaniser en Priorité. Elles ont été créées par le décret N°58-1464 du 31 décembre 1958, afin de planifier et d’encadrer sur le territoire national, le développement urbain pour répondre à la carence de logements face à l’accroissement démographique et favoriser enfin la résorption de l’habitat insalubre.

[7] Oblet, Thierry, Gouverner la ville. Les voies urbaines de la démocratie moderne, Paris, PUF, 2003.

[8]En particulier par l’intermédiaire de la Société centrale de construction et de la Société centrale pour l’équipement du territoire, créées au milieu des années 1950 en tant que filiales de la Caisse des dépôts et consignations.

[9] Kassovitz, Mathieu, La Haine, France, 1995.

[10] Cornu, Marcel, Libérer la ville, Bruxelles, Casterman, 1977, p.60.

[11] Annie Fourcaut « Les banlieues populaires ont aussi une histoire », Projet 4/2007 (n° 299), pp. 7-15.