Compte rendu journée d’études .Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaDepuis les trente dernières années, le mot banlieue désigne l’inscription territoriale d’une question sociale, comme dénote l’historienne experte de la banlieue parisienne Annie Fourcaut[1]. Très en vogue dans les débats médiatiques et politiques, notamment depuis les premières émeutes urbaines des années 1980 en passant par celles médiatisées de la décennie successive, jusqu’à arriver aux plus violentes en 2005, la banlieue semble rassembler autour d’elle et de sa jeunesse surtout, les connotations les plus disparates et péjoratives. De la peur des faubourgs et de la périphérie industrielle avec ses côtés violents, sombres, misérables (les Apaches, la Banlieue Rouge, les Blousons Noirs etc.) du siècle précédent nous sommes survenus à une rhétorique et à des représentations liées aux banlieues, ou mieux encore aux cités[2], devenues expression d’un malaise saisi par des spécialistes comme: « épicentre du problème social contemporain »[3] :

Dans le langage courant le mot ‘banlieue’ renvoie non pas à une entité spatiale précise, mais à une zone vaguement urbaine susceptible de qualifier tout secteur enclavé et tout groupement de population qui s’écarterait de la norme et se replierait sur lui-même. Le terme met en exergue le soupçon qu’inspire toute marginalité et son usage montre qu’il est confondu régulièrement avec celui de ‘quartier’, alors même que le périphérisme en question est plus social que géographique[4]

À ce propos le géographe et spécialiste des banlieues françaises Hervé Vieillard Baron nous propose de considérer le mot banlieue en tant que singulier conjugué au pluriel, en donnant cinq notions touchant plusieurs domaines : juridique, géographique, sociologique, culturel et enfin symbolique. Pour cela il est nécessaire de prendre en compte une lecture multiple de ce terme qui pendant le cours du temps a subi un glissement de sens.

C’est donc dans ce contexte que s’insère la journée d’études du titre « Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir » organisé par Ilaria Vitali au Département de Langues et Littératures Étrangères de l’Université de Bologne, ayant comme intérêt celui d’étudier les rapports entre ces marges périphériques les plus « sensibles », le politique et la littérature pour s’interroger sur les renouvellements des formes d’engagement à présent.

Laura Reeck (Allegheny College) a ouvert la journée avec une communication du titre Taking On the Center in Rachid Djaidani’s Rengaine. Ce film est le dernier effort de Rachid Djaidani fruit de plus de neuf ans de travail, tourné sans acteurs de profession, pour lequel il n’a obtenu aucun financement, ni sponsor également qu’aucun aide par les institutions cinématographiques françaises.

Paris est le cœur où se déroule l’histoire d’amour turbulente entre une femme arabe et un homme de descendance africaine. Pourtant la représentation de la ville aussi bien que l’histoire fait preuve d’un détachement de tout stéréotype et de transgression des tabous dans un jeu qui veut inverser les lieux communs, donnant un exemple de ce qu’on appelle accented cinema[5].  Un nouveau genre émergent que Hamid Naficy propose d’opposer aux films Hollywoodiens se caractérisant par le déplacement des metteurs en scène, leurs modalités de productions alternatives ainsi que leur style. Laura Reeck a ainsi montré l’ampleur de la déterritorialisation de Paris mise en place par Djaïdani à travers des scènes dévoilant une perspective décentrée, contribuant ainsi à la ré-conceptualisation du centre et de la marge.

Kathryn Kleppinger (George Washington University) est intervenue sur : Politics and Invention in Sabri Louatah’s Les Sauvages. Les Sauvages est thriller sociopolitique se déroulant pendant les élections présidentielles françaises de 2012. Les quatre romans tournent autour de la planification de l’attentat contre le futur premier président arabe Idder Chaouch ayant la capacité d’unir la nation grâce à son charisme et ses messages positifs. Cependant la situation subit un bouleversement lorsqu’un jeune d’origine algérienne tire dessus au candidat. Le climat s’assombrit tournant alors vers la violence des émeutes auxquels les institutions ne savent pas répondre.

Kathryn Kleppinger développe ainsi le thème de l’engagement romanesque de Louatah pour lequel au-delà d’un intérêt précis sur des personnages vivant dans les marges, il essaye de dépasser les questions ethniques et démontrer que le thriller et la comédie sociale peuvent à présent s’investir de thèmes sociaux contemporains. Bref ce que la littérature peut faire pour la sphère publique.

Engagement dans la « littérature de la banlieue » entre stratégies de dé stigmatisation et prise de parole. Christina Horvath (Oxford Brookes University)   aborde de son côté l’engagement des récits de fiction et non-fiction des banlieues pour faire face à la stigmatisation. L’écriture se fait ainsi porteuse des préoccupations de la société et des questions sociales sachant qu’il y a une urgence de la parole provenant de ces territoires. Quelles stratégies d’écriture sont donc mises en place ? Elle en entrevoit trois : de l’extérieur pour démasquer le clivage social ; de l’intérieur afin de de-stigmatiser les clichés véhiculés sur la banlieue, et enfin la parole donnée aux résidents en tant qu’acte d’empowerment.

La deuxième session est ouverte par Simona Barello (Université Paris IV-Sorbonne) avec une communication du titre J’écris donc je suis: voile, engagement ou engagement voilé?. Dans la dernière décennie la fonction du voile a changé remarquablement dans l’usage qu’en font les jeunes femmes issues de familles musulmanes habitant les banlieues françaises.

Après avoir été trop facilement réduit à marque d’obéissance et de soumission pendant longtemps, pour certaines filles le voile est devenu bannière de l’orgueil de leur origine et appartenance culturelle, comme pour la protagoniste de l’épisode Quai de Seine du film Paris je t’aime (2006).

À partir des situations présentées dans le film Douce France (1995) de Malik Chibane  et dans le récit Dans la peau d’un teug (2013) de Nargesse Bibimoune, Simona Barello a analysé les formes de cet engagement dans toute leur ambiguïté et ses contradictions face à la société française aussi bien qu’à la vie quotidienne des jeunes femmes dans les soi-disant « quartiers sensibles » comme dans les « centres ».

Engagement délibéré ou implication nécessaire? Romancer les banlieues à présent Serena Cello (Université de Gênes / Université F. Rabelais de Tours) essaye d’apporter une réponse en analysant le corpus de douze romans appartenant à la « littérature des banlieues » publiés en 2006. Au delà du débat taxinomique, la spécificité de ces narrations consiste dans le fait de donner une représentation sur les réalités actuelles des banlieues « sensibles ». En effet, la raison qui pousse ces écrivains est l’urgence de la parole, la volonté de dénoncer en portant à la connaissance d’un plus large public une situation critique restant souvent un tabou, dans laquelle vit une multitude de gens qu’ils définissent comme oubliés tout en déconstruisant les stéréotypes médiatiques et les visions catastrophiques. Ces narrations au-delà d’une conception anachronique d’engagement sartrien, paressaient se lier à la notion de « fictions critiques » où l’écrivain s’impliqué en tant que citoyen pour dévoiler une vérité « peu » ou « mal » connue.

En clôture de cette journée d’études, Ilaria Vitali (Université de Bologne) a traite la problématique de La banlieue des enfants: petits narrateurs engagés dans trois narrations : Le Gone du Chaaba (1986) d’Azouz Begag, Samira des quatre-routes(1999) de Jeanne Benameuret et le Petit Malik (2008) de Mabrouck Rachedi. Les trois romans traversant les trente dernières décennies sembleraient liées par un fil rouge.

En effet, tous les trois enfants protagonistes racontent un monde loin des clichés. Qu’il s’agisse de démêler une identité complexe ou de réhabiliter un «quartier sensible», ces «petits narrateurs engagés» exposent leurs préoccupations, luttent pour leurs causes et réinvestissent à leur manière des formes d’engagement sédimentées. Situés aux marges de la ville ainsi que de la communauté adulte, ils sont bien placés pour fournir de nouvelles grilles d’interprétation du monde qui les entoure.

 


[1] Annie Fourcaut, « Quelle était belle la banlieue… », L’Histoire, n°315, 2006.

[2] Nous nous referons à la cité dans le contexte des quartiers populaires, voire sensibles, comme un ensemble d’immeubles formant un tout homogène d’un point de vue architectural, social, économique à l’intérieur du quartier urbain défavorisé, détournant ce vocabulaire de son sens originel, celui d’une ville et de la communauté solidaire de ses citoyens.  Definition du Dictionnaire Larousse 2013 : « Nom donné à des ensembles d’immeubles, de maisons formant un tout homogène ou ayant une même destination ».

[3] Baron, Hervé-Vieillard, Banlieues et périphéries-des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, 2011.

[4] Ibidem.

[5] Hamid Naficy, An Accented Cinema: Exilic and. Diasporic Filmmaking, Princeton and Oxford: Princeton University Press, 2001.


Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *