Journée d’études / One Day Conference Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

flyer banlieue BolognaJournée d’études / One Day Conference

Banlieues engagées. Littérature, cinéma et pouvoir

11 décembre 2014

http://www2.lingue.unibo.it/francofone/banlieues/index.html

Dans l’ouvrage Le pays de la littérature (2003), Pierre Lepape souligne qu’en France plus qu’ailleurs politique et création littéraire sont liées intimement depuis les Serments de Strasbourg (841). Mais que se passe-t-il quand, dans un pays fortement centralisé comme la France, politique et pouvoir ne sont plus représentées par les écrivains situés dans un « centre » symbolique, mais plutôt par ceux qui se placent à titres divers (ethnique, social, culturel) dans les « marges » ?

Cette journée d’études propose d’analyser les représentations politiques et les pratiques d’engagement et de résistance des auteurs provenant de la marge française par excellence : la banlieue.

Espace liminal d’exclusion/inclusion, interne et en même temps externe à la ville, la banlieue française doit son nom au droit féodal, selon lequel elle désigne un territoire annulaire de l’ampleur d’une lieue (environ 4 km) autour du domaine seigneurial où s’exerce le droit de ban. Cela dit, ce terme a été re-sémantisé par de nombreux écrivains et artistes qui le reconduisent à l’ancienne pratique de la mise au ban, en soulignant ainsi la forte tendance ghettoïsante à la base de l’organisation architectonique, sociale et culturelle de ces espaces suburbains. Habitée aujourd’hui par de « nouveaux Français », d’origines autres, la banlieue devient le territoire idéal pour examiner la représentation littéraire du pouvoir et la mise en œuvre de formes d’engagement inédites qui, à partir de pratiques de résistance sédimentées, acquièrent maintenant de nouveaux sens. A presque dix ans des émeutes des banlieues qui ont marqué l’automne 2005, considérées en France les plus significatives après mai 1968, cette journée d’études propose de faire un tour d’horizon, en prenant en considération les aspects multiples de la « parole des marges » à travers l’analyse de quelques auteurs parmi les plus représentatifs du panorama actuel.

Intervenants

Laura Reeck is Associate Professor of French at Allegheny College. Her research interests include the Beur/banlieue literary and cultural field, ethnic minority writing in France, the harkis in literature, and contemporary literary movements. She is the author of Writerly Identities in Beur Fiction and Beyond (Lexington Books, 2011 ; paperback 2013).  Recent articles and chapters have appeared in Contemporary French and Francophone Studies, Francophone Postcolonial Studies, Hommes et migrations, and Sefar.

Kathryn Kleppinger is Assistant Professor of French and Francophone Studies at The George Washington University. She has previously published articles on the media construction of ‘beur’ literature, the social and political stakes of writing by Alain Mabanckou and Léonora Miano, and the Littérature-Monde Manifesto. Her book, Branding the ‘Beur’ Author: Minority Writers and the Media in France, 1983-2013 is forthcoming from Liverpool University Press.

Christina Horvath est docteur en littérature française de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et maître de conférences en études françaises à l’Université Oxford Brookes. Spécialiste de la littérature française contemporaine et auteur d’un ouvrage sur le roman urbain contemporain en France, elle travaille actuellement sur une monographie portant sur les récits de banlieue. Co-fondatrice de Banlieue Network, elle a organisé deux colloques interdisciplinaires sur la banlieue, ainsi que deux workshops, une résidence d’été dans le département 93 et une exposition d’art intitulé « Voix et images de la banlieue ».

Simona Barello est chercheuse indépendante. Elle collabore avec des universités européennes et américaines, parmi lesquelles la Sorbonne Paris IV, New York University, Iowa State University. Ses recherchent portent sur les questions identitaires et d’hybridité culturelle aussi bien que sur la subversion des canons littéraires. Elle a publié plusieurs articles et l’essai At the Margins of the Margins: Female Identities within Beur Literature and Film (2009). Elle est aussi traductrice et récemment s’est occupée de l’édition italienne de Nine Unlikely Tales de Edith Nesbit et du dossier sur la littérature italienne de la revue Siècle XXI à paraître au printemps 2015.

Serena Cello. Née en 1986, elle est actuellement doctorante en Langues, Cultures et Technologies de l’Information et de la Communication à l’Université de Gênes (Italie) et en cotutelle avec l’Université François Rabelais de Tours en Langues arts et humanités – littérature française (E.A. 6297 – Équipe Interactions Culturelles et Discursives (ICD). Sujet de thèse : « La littérature de « banlieue » : un engagement littéraire contemporain » sous la direction de Mme Elisa Bricco et Mme Catherine Douzou. Elle est aussi membre de l’ARGEC, Atelier de recherches génois sur l’écriture contemporaine. Blog de thèse : http://banlit.hypotheses.org/.

Ilaria Vitali est Docteur en littératures française et comparée de l’Université Paris IV-Sorbonne et de l’Université de Bologne, où elle est actuellement «Assegnista di ricerca Senior». Ses recherches portent sur la circulation et à la réécriture des classiques, sur les écritures migrantes et sur la «banlieue littéraire» (La nebulosa beur, 2014; Intrangers, 2011;  Aritmetica dell’emigrazione, 2003). Traductrice du français vers l’italien, elle a contribué à faire connaître en Italie plusieurs écrivains liés aux banlieues, dont Rachid Djaïdani, Samuel Benchetrit, Saphia Azzeddine et Mabrouck Rachedi.

 


Serena Cello

Docteur en Lingues, Cultures et Tic (Université de Gênes) et docteur en Lettres Modernes/ spécialité littérature française (Université François Rabelais de Tours)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *